Ad Top Header

Togo: les députés approuvent le budget 2021 pour le bien-être de la population

By December 18, 2020 1423
Les députés vendredi en séance plénière Les députés vendredi en séance plénière

L’Assemblée nationale togolaise a adopté vendredi le budget de l’Etat, gestion 2021. Cette loi consacre la budgétisation des engagements de la feuille de route du gouvernement. Le budget s’équilibre en dépenses et en recettes à 1.521,6 milliards de francs CFA. C’est à l’unanimité que les députés présents ont voté cette loi de finance au grand bonheur du ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya et de la Présidente de l’Assemblée nationale, Chantal Yawa Tsegan. Selon les autorités, ce budget vise le bien-être de la population togolaise en 2021.

La loi de finances exercice 2021 reflète les priorités du Plan national de développement (PND, 2018-2022) et la feuille de route gouvernementale 2020-2025 qui convergent tous vers la recherche du bien-être de la population togolaise. Elle s’équilibre en ressources et en charges à 1.521,6 milliards de francs CFA, en léger recul par rapport à l’exercice 2020, tandis que les recettes budgétaires s’établissent à 839,6 milliards de francs CFA et que les dépenses budgétaires se chiffrent à 1120,4 milliards de francs CFA.

Selon le ministre de l’économie et des finances, la loi de finances 2021 traduit la mise en œuvre intégrale du budget programme qui se matérialise, d’une part par la déconcentration de la fonction d’ordonnancement et d’approbation des marchés publics ainsi que le renforcement du rôle des contrôleurs financiers, des responsables de programmes, des planificateurs et du suivi évaluation pour plus d’efficacité et d’efficience dans la gestion des ressources budgétaires axée sur les résultats..

Le budget consacre aux secteurs sociaux, y compris la protection sociale, un montant de 445, 1 milliards de francs CFA contre 401,7 milliards de francs CFA dans le budget 2020 soit une hausse de 10,8%. La part relative de ces secteurs dans le projet de budget, exercice 2021, est de 53,7% des crédits budgétaires contre 52,9% dans le budget 2020.

Les présidents des différents groupes parlementaires à savoir NET-PDP, UFC et UNIR ont tous salué l’élaboration minutieuse d’un budget qui prend en compte les besoins réels des togolais et ont appelé leurs collègues à accorder leur vote. Et c’est à l’unanimité que la loi des finances a été adoptée.

« En adoptant la loi de finances pour l’exercice budgétaire 2021, vous permettez ainsi au Gouvernement de disposer d’un instrument essentiel pour la mise en œuvre des politiques publiques. Par cet acte, vous autorisez le Gouvernement à percevoir les impôts de toutes natures, à recourir au financement du budget par la mobilisation des ressources auprès des partenaires et sur le marché et à exécuter les dépenses, conformément aux dispositions de la présente loi », a salué Sani Yaya.

Le projet adopté par les députés met aussi l’accent sur les programmes visant l’amélioration du capital humain, de la politique d’accès à l’éducation pour tous, du système de santé universelle et de protection sociale, des mécanismes de promotion de l’équité genre, de l’accompagnement des exploitants agricoles, des mesures visant la création d’emplois des jeunes, des capacités opérationnelles des forces de sécurité et de défense.

« Les choix budgétaires de la loi de finances exercices 2021 qui s’élève à 1.521 646.626.000 Fcfa concernant aussi les orientations fiscales et visent entre autres, à doter l’’Etat et les collectivités territoriales des moyens nécessaires pour l’atteinte des objectifs de financement des actions de développement durable et de riposte contre la pandémie. Même s’il ne s’agit pas à ce niveau d’une innovation, il nous semble opportun de souligner que l’élargissement de l’assiette fiscale et l’amélioration du rendement de l’impôt font appel à notre conscience de citoyen », a déclaré Chantal Yawa Tsegan.

La présidente du Parlement indique que la représentation nationale continuera à veiller à ce que le gouvernement mette tout en œuvre pour atteindre effectivement les objectifs poursuivis, notamment en relevant les défis de capacités institutionnelles et humaines qu’implique la réforme budgétaire dans laquelle il a engagé le pays.

OTR