1

Des Togolais détenus dans un camp au Burkina-Faso

Rich results on Google's SERP when serching for 'Papson'

Le Mouvement Martin Luther King (MMLK) alerte sur la prise en otage des togolais au Burkina-Faso. Selon l’organisation de défense des droits humains, ces togolais ont été sollicités pour de prétendus et fictifs emplois dans le pays des Hommes intègres. Le Mouvement s’inquiète de leur sort et appelle le gouvernement au secours.

L’information circulait depuis quelques jours. Vendredi, le MMLK révèle qu’il a rencontré une dame dont le fils et la nièce sont dans le cas. Ils sont détenus dans le camp mobile qui est tantôt à Ouagadougou, Bobo Dioulasso et Tenkokorogo.

Selon l’aveu de l’organisation du Pasteur Edoh Komi, la dame a remis une vidéo dans laquelle des jeunes Togolais apparaissent déprimés fatigués et ahuris.

« Dans la vidéo, les victimes dénoncent la supercherie et la complicité d’autres Togolais, qui étant sur place au Burkina-Faso les avaient convaincus à venir travailler avec eux, alors que tout est faux. Une fois sur place, ils se sont rendus compte qu’ils sont victimes de la traite de personnes et de l’exploitation. L’emploi qui leur est promis n’est que du vent et de l’illusion », a décrit le MMLK dans un communiqué. 

La même source détaille que les jeunes filles sont exploitées sexuellement et livrées à la prostitution et au proxénétisme. Dans le camp, les ravisseurs leur exigent un certain montant qui leur garantirait un voyage en occident.

Le gouvernement togolais interpellé

Les plus courageux, férus et passionnés qui croient toujours au voyage européen, bousculent leurs parents, proches ou amis à leur envoyer de l’argent, pensent-ils, poursuivre leur aventure vers l’Eldorado.

« Alors qu’en fait, ils sont enfermés dans un camp dont les localités ne sont pas identifiées avec précision », déplore le Mouvement.

Au regard, le MMLK estime que l’heure est grave surtout que la vie des compatriotes est en danger. Les vidéos illustrent l’altération et la gravité de la situation. L’organisation demande au gouvernement togolais de réagir.

« Il faut rompre la chaîne et démasquer ce réseau d’illusionnistes et de véreux recruteurs vers la destination de Burkina Faso pour éviter que d’autres compatriotes n’en soient victimes », recommande l’organisation.

Pour finir, le MMLK donne une sérieuse piste. Le mouvement révèle que selon les informations, le cerveau du réseau est un Burkinabè du nom de LASSINA WATTARA.