Ad Top Header

Quelques jours seulement après l’officialisation de la nouvelle dénomination, les jeunes du parti d’Agbeyome Kodjo sonnent la mobilisation pour les prochaines élections. La branche juvénile du désormais Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) entend faire sa part et prendre sa part en s’imposant dans le landerneau politique togolais. Et pour les « jeunes patriotes », les prochaines élections doivent être sérieusement préparées pour un résultat probant du parti.

Agbeyomé Messan Kodjo est convaincu que le Togo doit connaître un changement qui devra se traduire par une alternance au pouvoir. Celui dont le parti vient de connaître un changement de dénomination pense être à même de réaliser cette ambition de la majorité des togolais dans les prochains mois. L’ancien Premier Ministre togolais dit "rêver être Président de la République togolaise". Dans cette optique, il appelle les patriotes à rejoindre le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) pour créer la dynamique du changement.

L’organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS) a changé de dénomination samedi et devient le Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD). Décision prise au cours du congrès statutaire de ce parti créé, il y a 10 ans, par Agbeyome Kodjo. L’ancien Premier Ministre togolais appelle déjà tous "ceux qui ne se retrouvent pas dans les deux blocs politiques qui s’affrontent actuellement" à rejoindre le "grand mouvement" afin de créer la dynamique du changement.

Le parti OBUTS tient sa Convention nationale les 19 et 20 octobre à Lomé. Il s’agit, selon les dignitaires de cette formation politique, d’un rendez-vous statutaire prescrit par les textes qui régissent son fonctionnement. Cette convention sera l’occasion pour les délégués de faire le point sur la vie du parti, et de concevoir de nouvelles orientations devant permettre de le revitaliser face aux nouveaux enjeux multiples. On apprend qu’à l’issue des travaux, OBUTS devrait laisser place un "mouvement populaire", porteur de nouvelles offres politiques.

Gabriel Agbeyomé Kodjo a confié vendredi à "Togo Breaking News" que l’accord de la 2e réunion du Comité de Suivi, tenue à Lomé le 23 septembre 2018, est un pas décisif vers une sortie heureuse de crise et qu’il n’éprouve aucune acrimonie quant à la sortie de la CENI, de sa formation politique, dès lors que « cet accord a emporté l’adhésion de l’ensemble de la population ». Par la même occasion, l’ancien premier Ministre exhorte les populations togolaises à s’inscrire massivement sur la liste électorale afin de ne pas compromettre les chances d’une alternance pacifique.

Le comité de suivi de la mise en œuvre des décisions de la CEDEAO n’a pas pu fixer un cap à l’issue de sa première réunion tenue à Lomé en présence des protagonistes togolais. Si le pouvoir en est indifférent et continue d’agir, la Coalition de l’opposition n’a pas caché sa déception et prévoit lancer de massives manifestations dans les prochains jours. De son côté, Agbeyome Kodjo n’est pas surpris par la tournure des évènements et explique que la CEDEAO ne peut pas maîtriser les réalités du Togo mieux que les togolais eux-mêmes. Celui qui appelle à un dialogue direct entre les protagonistes, craint que de nouvelles manifestations n'exposent les citoyens à des « difficultés imprévisibles ».

L'Organisation pour Bâtir dans l'Union un Togo Solidaire (OBUTS) multiple les propositions pouvant permettre à l’opposition et au pouvoir togolais de franchir l’étape déterminante qui est l’organisation des élections législatives, prélude à la résolution de la crise qui secoue le Togo. Pour le président de ce parti extraparlementaire, il sera nécessaire de rééquilibrer de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Agbeyomé Kodjo explique que la présence de l’opposition lors de la reconstitution du fichier électoral est primordiale.  

L’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS) a exprimé son étonnement mercredi de voir les parties au dialogue inter-togolais continuer de s’opposer et incapables de s’accorder pour la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO. Ceci en dépit des signes factuels d’accélération de la dégradation de la situation socioéconomique, qui plonge les plus vulnérables des togolais dans un profond désarroi. Après une analyse approfondie de la feuille route, le parti d’Agbeyome Kodjo propose à la classe politique une démarche méthodologique articulée en 4 points pour une mise en œuvre efficace et efficiente des décisions.

L’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) a réagi mercredi au sujet de la feuille de route de la CEDEAO pour une sortie de la crise politique togolaise. Le parti de Agbeyome Kodjo dit prendre acte des recommandations et considère que la plupart des revendications du Collectif des partis politiques de l’opposition rassemblés dans la Coalition ont trouvé des réponses convenables auprès de la CEDEAO. Il lance un appel à Faure Gnassingbé, à l’Assemblée nationale et à toute la classe politique pour l’aboutissement des propositions de l’organisation communautaire.

Dakhla, la ville marocaine a abrité début mai une rencontre africaine où il a été évoqué la mutualisation des expériences dans les domaines de l’intelligence économique et de la veille stratégique pour une Afrique Émergente. 23 pays africains étaient présents à cette rencontre. Le Togo était représenté par John Tata Boukary, ancien Directeur de l’Information et de l’Intelligence Économique de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo. L’ancien Premier Ministre, Agbeyomé Kodjo était également présent en qualité de personne ressource. Les travaux ont abouti à la mise en place d’un Forum Africain des Associations d’Intelligence Économique (FAAIE).

OTR