Ad Top Header

Délitée et presqu’en débandade après avoir mal géré la grande mobilisation qu’elle avait réussi à faire aux lendemains du 19 août 2017, l’opposition réfléchit à des possibilités d’une renaissance. Tant des entités qui la composent avaient vanté leur notoriété, croyant pouvoir arriver seule à bout du régime, tant les résultats des élections locales du 30 juin dernier disent le contraire et imposent la conduite à tenir. L’élection présidentielle de 2020 a lieu dans environ 7 mois et une idée émerge pour rassembler les différentes forces démocratiques et mieux faire face au pouvoir.

King Yoshua Agboti dit avoir reçu de nouvelles révélations sur la situation sociopolitique du Togo. L’homme de Dieu a indiqué samedi que dans la nuit du 12 juillet 2019, Dieu lui a révélé que le problème du Togo est un fardeau sur sa tête. Le responsable de l’Eglise des Elus de la Nouvelle Jérusalem affirme avoir déjà assisté le 1er mai 2018 au ciel  à une grande cérémonie de passation de pouvoir au Togo et prophétise un Togo nouveau pour 2020.

Le président togolais sera investi pour être candidat par l’Union pour la République (UNIR) pour briguer un nouveau mandat à la tête. C’est ce qu’a indiqué jeudi le ministre togolais des affaires étrangères, de l’intégration africaine et des togolais de l’extérieur. Prof Robert Dussey estime que Faure Gnassingbé devrait continuer son travail pour la transformation politique, économique et social du Togo.

Le Nouvel engagement togolais (NET) s’est prononcé mercredi sur le déroulement des élections locales. Le parti de Gerry Taama a relevé des irrégularités mais note qu’elles ne sont pas de nature à influer sur les résultats proclamés. Crédités de 33 sièges de conseillers municipaux dans 29 communes, cette formation politique se tourne désormais vers la prochaine échéance qui est l’élection présidentielle de 2020. A ce sujet, Gerry Taama pense que l’union de l’opposition n’est plus une fatalité. Annonçant des primaires au niveau de son parti pour le choix d’un candidat à la présidentielle, le député invite chaque parti de l’opposition à chercher à occuper le terrain pour créer les conditions d’un second tour et fédérer ensuite les suffrages.

Le Chef de l’Etat togolais lançait mardi à Timbu (Préfecture de Cinkassé) l’extension du programme des transferts monétaires à 61 000 ménages. Le projet, affirment les pouvoirs publics, s’inscrit dans la droit ligne de l’axe 3 du Programme national de développement (PND) 2018-2023. Au cours de la cérémonie, les cadres de la Préfecture ont remis un cheval blanc ainsi qu’un boubou à Faure Gnassingbé afin qu’il remporte une « victoire propre et totale » à la présidentielle de 2020.

Le Parti National Panafricain (PNP) explore des pistes diplomatiques en attendant le 13 avril, date de  sa prochaine sortie dans les rues togolaises. Quelques jours de ses manifestations publiques, le secrétaire général du parti  s’est rendu à Paris où il a rencontré les autorités du ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Dr Kossi Sama et son hôte ont discuté des sujets d’intérêt général sur le Togo notamment  la nécessité pour le président Faure Gnassingbé de renoncer à briguer un 4e mandat en 2020.

Le retour de l'ancien ministre de l'intérieur du Togo, Akila-Esso François Boko au pays continue d’alimenter les débats. Si une bonne partie de la classe politique de l’opposition condamne le fait que l’ancien officier des Forces armées togolaise (FAT) ait été empêché de revenir sur la Terre de ses aïeux, d’autres rament à contre-courant. Nicolas Lawson accuse M. Boko d’être un officier corrompu et cynique qui mérite ce qui lui arrive. Dans le même sillage, Farida Nabourema pense que « qui tue par épée périt par épée ».

Empêché jeudi d’embarquer à bord du vol régulier d’Air France à destination de Lomé, François Boko accuse les autorités togolaises. L’avocat et homme politique, qui ambitionne d’être candidat à la présidentielle de 2020 au Togo, dénonce un « comportement d’un autre temps ». Pour lui, cette attitude est « indigne » d’un pouvoir qui prône « l’esprit de paix ».

François Akila-Esso Boko est omniprésent dans l’actualité politique togolaise ces jours-ci comme en 2005. L’ancien ministre de l’intérieur de Gnassingbé Eyadèma a annoncé son retour au Togo depuis quelques temps. Et si le mystère qu’il fait autour de sa candidature à la présidentielle de 2020 n’est qu’un mirage, c’est plutôt le sort qui sera réservé à l’ancien officier des Forces armées togolais (FAT), une fois qu’il foulera le sol togolais qui préoccupe plus d’un.

La Coalition de l’opposition togolaise a dévoilé mardi les conclusions de ses journées de réflexion. On retient que le regroupement entend se réorganiser et poursuivre la mobilisation populaire pour obtenir les réformes constitutionnelles et institutionnelles. La Coalition s’est restructurée et prévoit participer aux prochaines élections locales en groupe. La même stratégie est prévue pour l’élection présidentielle de 2020 avec le choix d’un candidat unique. Elle s’engage à tout mettre en œuvre pour gagner la prochaine présidentielle et faire du mandat, une transition devant impliquer tous les acteurs.

OTR