Ad Top Header

La présidentielle de 2020 s’annonce disputée. Les partis d’opposition s’organisent pour conquérir le fauteuil de Faure Gnassingbé. Après le Nouvel engagement togolais (NET) et l’Alliance nationale pour le changement (ANC), le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) vient de désigner son candidat pour ce scrutin. L’ancien Premier ministre Agbeyome Kodjo est positionné comme une alternative pour la victoire.

Jean-Pierre Fabre a été investi samedi candidat à l’élection présidentielle de 2020 au Togo. Ainsi en a décidé le congrès de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) qui s’est tenu à Lomé. M. Fabre se considère comme « le porte-étendard » pour l’alternance en 2020. Le candidat s’engage déjà en cas de victoire à construire un Togo réconcilié avec lui-même.

Le droit de vote pour les togolais de l’extérieur a été l’une des réclamations majeures portées par le Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam. Si le retour à la constitution originelle de 1992 n’a pas été une réalité, la diaspora togolaise pourra prochainement s’exprimer dans les urnes lors du choix du Chef de l’Etat. Le gouvernement a donné suite à la recommandation de la CEDEAO portant sur ce point.

Gagner la présidentielle de 2020 et gouverner le Togo pendant les cinq prochaines années, le Nouvel Engagement Togolais (NET) y croit dur comme fer. Depuis l’investiture de Gerry Taama pour ce scrutin, le parti explore toutes les pistes. Après une tournée nationale qui a permis aux responsables de rencontrer les militants, le NET outille ses jeunes sur le cadre institutionnel des élections présidentielles.

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) a démarré vendredi à Lomé son 2e congrès ordinaire. Les travaux devront permettre aux congressistes de désigner le candidat du parti à la prochaine élection présidentielle. Le congrès s’est ouvert en présence de plusieurs partis de l’opposition dont la C14, le MPDD et de certaines organisations dont le Front citoyen Togo Debout. Dans son discours d’ouverture, Jean-Pierre Fabre, le patron de l’ANC a annoncé les couleurs de la présidentielle de 2020 et invite Faure Gnassingbé à exclure l’idée d’un autre mandat à la tête du Togo.

Le Togo connaître une nouvelle élection présidentielle dans environ 5 mois. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’active dans ce sens. Mais au Comité d’action pour le renouveau (CAR), on estime que le scrutin ne devrait pas se tenir dans les conditions actuelles. Le parti de l’ancien Premier ministre, Me Yawovi Agboyibo indique que le pays sera au pied du mur. Et pour que le pays ne franchisse pas un seuil irréversible « crise » qu’il traverse, le leader du CAR propose.

Abass Kaboua n’épouse pas l’analyse que certains  de ses frères de l’opposition font de la situation politique togolaise  à quelques mois de la présidentielle de 2020. Le président national du Mouvement des républicains centristes (MRC) pense que point n’est  besoin d’espérer des réformes électorales avant la prochaine  électorale. Il soutient qu’un 28 è dialogue inter-togolais est aussi impossible. Car, argumente-t-il, le dialogue est permanent à l’assemblée nationale et ceux qui veulent dialoguer doivent écrire à lui et à ses collègues députés et non au Chef de l’Etat.

Prof David Ekoue Dosseh en sait quelque chose sur l’épineuse question d’un probable 4è mandat de Faure Gnassingbé. Pour le porte-parole du Front citoyen Togo debout (FCTD), le Chef de l’Etat a bien l’intention de rempiler pour un nouveau mandat mais il est contrarié. Prof Dosseh affirme que le président du parti au pouvoir, Union pour la République (UNIR) « se trouve entre le marteau et l’enclume » à quelques mois de la présidentielle de 2020.

C’est à un grand oral que Gilbert Bawara s’est prêté dimanche. Le ministre togolais de la fonction publique, du travail, de la réforme administration et de la protection sociale est revenu sur l’actualité sociopolitique togolaise à 6 mois de l’élection présidentielle de 2020. Celui qui fait office de porte-parole du gouvernement togolais a abordé les questions liées à la loi sur les manifestations publiques, le problème des enseignants volontaires, la reconstruction du grand marché de Lomé, la candidature de Faure Gnassingbé à un 4e mandat sans oublier la dernière sortie de Tikpi Atchadam au sujet de 2020. M. Bawara affirme avec fermeté qu’il n’y aura pas de relecture de la loi Bodjona et avance que le leader du PNP est en perdition avant d’assurer que Faure Gnassingbé, un capitaine de bateau aguerri, devrait être de toute évidence candidat en 2020.

Le Mouvement patriotiques pour la démocratie et le développement (MPDD) a effectué sa rentrée politique 2019-2020 vendredi à Lomé. L’évènement a permis au bureau politique de rentrer les élus locaux et les parlementaires issus de cette formation politique que dirige Agbeyome Kodjo. Naturellement, le sujet lié à la Présidentielle de 2020 a été évoqué. L’ancien Premier ministre encourage l’opposition à construire une stratégie intelligente pour la réalisation de l’alternance en 2020. Dr Kodjo propose la mise en place rapide d’une CSRO.

OTR