Ad Top Header

Le candidat de la coalition des Rassembleurs se retire de la course à la présidentielle de 2020. Ce dernier souhaite mettre l’intérêt général au-dessus de toute ambition personnelle. Il veut surtout être un soutien indéfectible pour le candidat désigné par Mgr Philippe Fanoko Kpodzro.

Brigitte Adjamagbo-Johnson et la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) sont solidement derrière Agbeyome Messan Kodjo. Après avoir pris acte dans un premier temps du choix porté sur l’ancien Premier ministre par la Dynamique Mgr Kpodzro, Mme Adjamagbo-Johnson apporte explicitement le soutien de son parti au candidat des forces démocratiques en lutte pour l’alternance politique. Plusieurs raisons fondent ce soutien à la candidature de Dr Kodjo.

Le candidat des organisations membres de la dynamique Mgr Philippe Fanoko Kpodzro s’organise pour lancer sa campagne. Agbeyome Kodjo a nommé lundi Fulbert Attisso, le président du parti Le Togo Autrement comme coordinateur général de sa campagne.

Mgr Nicodème Barrigah-Benissan a dit samedi sa messe de prise de possession canonique. C’était à la  cathédrale du Sacré Cœur de Lomé en présence de l’ensemble des  membres de la Conférence des Evêques du Togo, du Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, son gouvernement et des milliers de fidèles catholiques. Dans son homélie, le nouvel archevêque métropolitain a rappelé aux candidats en lice pour la présidentielle de février 2020 au Togo que le « fauteuil présidentiel » est celui du serviteur du peuple.

L’affiche du 1er tour de l’élection présidentielle du 22 février prochain s’est provisoirement dessinée. Neuf (8) personnalités se décident de conquérir le fauteuil présidentiel qu’occupe depuis 15 ans Faure Gnassingbé. A l’issue du dépôt des candidatures, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a enregistré au total 10 dossiers au départ. Finalement, une candidature a été retirée. L’institution en charge de l’organisation du scrutin transmettra les dossiers à la Cour constitutionnelle pour examen et validation. Qui sont les challengers du Président togolais ?

Aucun des candidats de l’opposition en lice pour la présidentielle de février 2020 au Togo n’inspire confiance à Abass Frederic Kaboua. C’est ce que le président du Mouvement des Républicains Centristes (MRC) a indiqué devant la presse jeudi à Lomé. Le député de Danyi appelle ainsi ses militants à plébisciter le 22 février prochain, Faure Gnassingbé qu’il estime mieux connaître.

Des députés de 9 mouvements indépendants ont salué jeudi la décision officielle de Faure Gnassingbé de se porter candidat pour les élections présidentielles de février 2020 au Togo. Pour la 2è force de la 6è législature, au regard de l’ensemble des composantes de la classe politique, le candidat d’Union pour la République (UNIR) est l’homme de la situation.

Gerry Taama n’a finalement pas déposé de candidature pour l’élection présidentielle de 2020. Ainsi en a décidé le Comité national du Nouvel engagement togolais (NET), parti qui le présentait à cette élection. La formation politique qui fustige la léthargie des opposants veut réorienter ses moyens pour avoir plus de conseillers régionaux et de sénateurs.

Investi mardi à Lomé, Faure Gnassingbé pourra compter sur la mobilisation et le travail de terrain des militants et sympathisants du parti BATIR. Le Bloc Alternatif Togolais pour une Innovation Républicaine a apporté mercredi son soutien au candidat de l’Union pour la République (UNIR). Pour les responsables de ce parti politique, aucun parti ou regroupement de partis politiques de l’opposition ne rassure à travers un projet de société clair et applicable pouvant propulser le Togo vers l’émergence dans la cohésion et la paix.

C’est désormais chose faite. Union pour la République (UNIR, au pouvoir) a réussi à investir Faure Gnassingbé candidat à un nouveau mandat à la tête de l’Etat togolais. Le Chef de l’Etat sortant a pris part mardi à un conclave des organes du parti au cours duquel il a été informé du souhait des militants de le voir se porter à nouveau candidat à l’élection présidentielle du 22 février prochain. Faure Gnassingbé explique sa décision finale par le souci de respecter la volonté des militants du parti.

OTR