Ad Top Header

L’assemblée nationale togolaise a nommé lundi 4 des 5 représentants de la coalition des 14 partis politiques qui doivent siéger à la CENI au titre de l’opposition parlementaire. C’était au cours de session plénière tenue ce jour. La nomination a été faite dans une ambiance surchauffée et a été boycottée par les députés de l’opposition. Désormais, 7 des 8 personnes proposées par la Coalition de l'opposition ont reçu l'aval du Parlement, en attendant une réaction du Comité de suivi de la CEDEAO.

Le bras de fer qui oppose la Coalition des  14 partis de l’opposition et l’Union des Forces de  Changement (UFC) au sujet de la CENI est loin d’arriver à terme. Selon Me Isabelle Améganvi, l’ANC ne laissera jamais l’UFC siégé à la CENI au nom de l’opposition. La deuxième vice-présidente du parti de Jean-Pierre Fabre affirme que le choix des représentants de la coalition des 14 partis de  l’opposition a été fait à la base des critères bien définis.  Des critères auxquels l’UFC ne répond nullement.

Au lieu de ses 8 représentants, seules 3 personnes désignées par la Coalition de l’opposition togolaise ont été votées mardi par l’Assemblée nationale pour rejoindre la Commission électorale nationale indépendante (CENI). La faute à la position de l’Union des forces de changement (UFC) qui bloque l’application de l’accord intervenu le 23 septembre dernier à l’issue de la 2e réunion du Comité de suivi. Jeudi, la Coalition des 14 dénonce des manœuvres du pouvoir et appelle à la vigilance de la CEDEAO pour le règlement de la crise.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise ne jure que par le recensement biométrique. En conférence de presse lundi, le regroupement a relevé des « anomalies » liées à cette opération en cours et pour laquelle il a appelé les populations au boycott. Pour la Coalition, ces anomalies montrent que le processus de recensement organisé dans la précipitation n’avait d’autres buts que de préparer la fraude aux prochaines échéances électorales. Le Groupe des 14 s’est aussi prononcé sur ses représentants à la CENI et exige un nouveau découpage électoral.

Le ministre togolais de la fonction s’est encore longuement prononcé sur la situation togolaise et le processus électoral. Au micro d’Afrikastrategies, Gilbert Bawara est revenu sur la recomposition de la CENI et de ses démembrements et surtout sur l’appel au boycott du recensement lancé par la Coalition de l’opposition togolaise. Le porte-parole du gouvernement s’est aussi prononcé sur les réformes à opérer à l’Assemblée nationale avant les élections du 20 décembre et sur la question de la candidature de Faure Gnassingbé en 2020. M. Bawara pense que son patron est le seul, à même de tenir le pays après 2020, parce que soutient-il « personne au sein de l’opposition n’incarne une alternative sérieuse et crédible » pour le pays.

Le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) a manifesté vendredi à Lomé pour exiger la libération de tous les détenus politiques et l’implémentation de la feuille de route de la CEDEAO. La manifestation a été soutenue par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise qui entend renouer avec les marches dans les jours à venir à travers tout le Togo.

Nicodème Habia a fini par être évacué mardi. Celui que le ministre togolais de la sécurité a traité de comédien, a refusé de s’alimenter depuis 14 jours et ce jusqu’à la libération des détenus politiques. Avant son évacuation, il a reçu la visite des députés de l'opposition et des responsables de la coalition des 14 partis, venus le soutenir. Aux dernières nouvelles, l'ambulance qui le transportait vers le Ghana n'a pas pu franchir la frontière Togo-Ghana. Nicodème Habia est ramené à la Clinique Biasa de Lomé.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition a finalement envoyé les noms des personnes devant la représenter au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). C’est à travers un courrier adressé dimanche au président de l’Assemblée nationale par la présidente du Groupe parlementaire ANC, Isabelle Ameganvi. On note que sur les 8, l’ANC se taille la part du lion avec 3 représentants. Le CAR et l’ADDI ont chacun un représentant et le 8e représentant est issu du Front citoyen Togo Debout.

Le Groupe des 5, composé des ambassades d’Allemagne, des Etats-Unis d’Amérique, de France, la coordination du Système des Nations unies et la Délégation de l’Union Européenne est satisfait des progrès réalisés en vue d'une résolution durable de la crise socio-politique. Des progrès obtenus sous l’égide de la CEDEAO et des facilitateurs guinéen et ghanéen. De même, ces chancelleries appellent l'opposition et le pouvoir togolais à prouver leur bonne volonté respective en assumant leurs responsabilités.

La promotion PYPA 2018 (Program for Young Politicians in Africa) se donne les moyens pour parvenir à ses objectifs. Celui d’accroître la participation et l'influence des jeunes en politique et dans la société dans le sens de la consolidation de la démocratie et des droits humains. Elle a ouvert vendredi à Lomé une session de formation sur le thème : « la jeunesse et gestion de conflits : cas d’une crise née d’un projet de loi sur le quota des jeunes au parlement ». La formation est prévue pour deux jours et devra permettre aux jeunes de s’armer pour gérer les conflits et s’incruster dans les instances décisionnelles.

OTR
© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN