Ad Top Header

Désavoué par la Conférence des Evêques du Togo (CET), Mgr Philippe Fanoko Kpodzro reçoit les honneurs de la  Coalition des 14. Quelques jours après que les  Evêques du Togo se sont prononcés sur les différentes sorties de l’Archevêque émérite, le regroupement de l’opposition a salué  mercredi le courage du prélat. Pour la C14, les sorties de l’ancien président du Haut Conseil pour la République (HCR, parlement de la transition) ne visent qu’une unicité d’action de tous les opposants togolais.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise a dénoncé jeudi des irrégularités dans l’organisation des municipales du 30 juin prochain. Face à la presse, elle a accusé la Cour suprême d’entretenir un « flou kafkaïen » autour du scrutin. Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson et ses collègues révèlent que certaines listes du parti au pouvoir,  Union pour la République (UNIR) continuent à se maintenir bien qu’elles soient rejetées par la Chambre administrative de la Cour suprême.

Un nouveau regroupement politique voit le jour au Togo. Il s’agit de « la Coalition Rénovée de l'opposition » regroupant trois formations politiques à savoir le Comité d'Action pour le Renouveau (CAR), le Mouvement Citoyen pour la Démocratie et le Développement (MCD) et le parti le NID. La « Coalition rénovée » se fixe pour objectif, la réalisation de l’alternance politique au Togo en 2020.

Sans surprise ! La coalition de l’opposition fustige les réformes constitutionnelles et institutionnelles opérées mercredi par les députés togolais. Pour ce regroupement politique, la modification constitutionnelle est taillée sur mesure pour permettre au président actuel, Faure Gnassingbe d’être totalitaire. Les 7 partis de la coalition condamnent une imposture contre laquelle ils appellent le peuple togolais à se soulever.

Le Comité d’action pour le renouveau (CAR) nourrit l’espoir de voir la lutte pour l’alternance aboutir au plus tard en 2020. Pour y arriver, le parti estime qu’il y a lieu de privilégier la méthode qui gagne. Me Yawovi Agboyibo affirme que la pression et le dialogue, dans le cadre d’une stratégie unitaire, permettront à l’opposition d’obtenir l’alternance au plus tard en 2020. Le parti des déshérités envisage son retour au sein de la Coalition à certaines conditions. Déjà l’ancien Premier ministre invite les leaders de l’opposition à travailler pour que l’alternance politique se réalise dans le respect des grands principes et dans la noblesse.

Le ministre togolais de la fonction publique s’est prononcé samedi sur les récentes évolutions politiques et socio-économique dans le pays. Gilbert Bawara, qui était sur tous les fronts lors de la crise sociopolitique, parle peu depuis quelques temps. Néanmoins, il se prononce sur le lancement du Plan national de développement (PND) et estime que sa réussite passera par la participation de toutes les forces politiques et sociales. C’est à ce titre qu’il salue l’entretien entre le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé et une délégation de la Coalition de l’opposition. M. Bawara se félicite également de l’esprit d’ouverture politique qui a caractérisé le renouvellement de la CENI.

C’est pratiquement le requiem pour la Coalition de l’opposition. Le regroupement de l’opposition, qui affiche un optimisme après sa rencontre avec le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, vient de perdre un influent membre: l’Alliance nationale pour le changement (ANC). Le parti de Jean-Pierre Fabre motive sa sortie de la Coalition par les « divergences grandissantes entre sa vision de la lutte de libération héroïque et historique du peuple togolais et les options inexplicables maintes fois retenues ».

La coalition de l'opposition vient de faire le point de sa rencontre tenue mercredi avec le Chef de l'Etat togolais. Le regroupement politique affirme que l'entretien avec Faure Gnassingbé  a porté sur trois sujets essentiels. A l'arrivée, la délégation conduite par Antoine Folly affiche son optimisme de voir le président togolais se plancher urgemment sur les dossiers évoqués.

La rencontre entre le Président togolais et les leaders de la Coalition de l’opposition s’est achevée  aux environs de midi. Dans une note diffusée à la suite des échanges, la Présidence togolaise a indiqué que les deux parties ont évoqué des sujets d’intérêt national. On apprend également que Faure Gnassingbé a demandé à ses interlocuteurs d’œuvrer pour l’enracinement de la démocratie et pour la consolidation de la paix au Togo.

La coalition des 14 partis politiques togolaise enregistre une nouvelle défection en son sein. Il s’agit de celle du Parti des Togolais (PT). La formation politique dirigée par Nathaniel Olympio a annoncé son retrait du regroupement de l’opposition après le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), le Togo Autrement, Santé du Peuple, le MCD et le Parti National Panafricain (PNP), dont la position n’est pas toujours explicitée. Le Parti des Togolais estime qu’il ne retrouve plus la cohérence qui a toujours caractérisé l’enchainement de ses positions.

OTR