Ad Top Header

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition a achevé samedi à Lomé et dans plusieurs autres villes de l’intérieur du pays la série des manifestations des trois jours démarrée le mercredi dernier. A la plage, point de chute de la manifestation, les organisateurs se sont  réjouis  de la mobilisation. Occasion pour Jean-Pierre Fabre et les autres leaders de la coalition de mobiliser les troupes pour les prochaines échéances et de se prononcer davantage sur le prochain dialogue annoncé par le gouvernement. Ils exhortent également les croyants à prier pour l’aboutissement de la lutte. 

L’opposition togolaise a entamé une nouvelle série de manifestations mercredi à Lomé et en région. Dans les rues de la capitale, ils sont des milliers à battre le pavé pour réclamer le retour à la version originelle de la Constitution de 1992, l’effectivité du droit de vote pour les togolais de la diaspora et la libération des personnes arrêtées et emprisonnées dans le cadre des manifestations depuis le mois d’août. A l’occasion, Jean-Pierre Fabre a adressé un avertissement au régime de Faure Gnassingbé.

Le gouvernement togolais a annoncé lundi soir des mesures concernant l’allègement du dispositif de sécurité à Sokodé. En lieu et place de la présence militaire, les pouvoirs publics annoncent un plan sentinelle permettant un renforcement de la surveillance des lieux publics et la sécurisation  des marchés et activités économiques. Pour le ministre Gilbert Bawara, cet acte est la preuve que le Président togolais, Faure Gnassingbé veut rester pragmatique et concret, dans un lien de proximité et d’écoute avec les populations.

La Lettre du Continent, le journal d'investigation et d'enquête français est habitué à faire des révélations sur le Togo et ses gouvernants, sur l'organisation sécuritaire autour du Chef de l'État et sur la gouvernance du pays. Mais, le journal apprécié dans certains milieux togolais n'est pas en odeur de sainteté avec certaines personnalités qui l’accusent de manquer d'objectivité dans ses écrits. Il fait des mécontents aussi bien dans les rangs du régime en place que dans l’opposition.

Dans une tribune publiée mercredi, Dr Jean-Emmanuel Gnagnon, le Secrétaire chargé à la Communication des Forces Démocratiques pour la République (FDR) en appelle au bon sens du président Faure et de son parti Union pour la République (UNIR). Il leur demande de se baser sur les déclarations du Chef de l’Etat et de tirer leçon de ce qui s’est passé au Zimbabwe.

Introuvable à Lomé lors des dernières manifestations de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition, Jean-Pierre Fabre se trouve depuis une semaine en France. Le Chef de file de l’opposition s’y trouve pour des visites politiques personnelles selon le Secrétaire chargé à la Communication de l’Alliance nationale pour le changement (ANC). M. Fabre a rejoint mardi Tikpi Atchadam et Brigitte Adjamagbo-Johnson pour la rencontre de l’opposition avec Alpha Conde, le président en exercice de l’Union Africaine.

Me Tikpi Atchadam et Brigitte Adjamagbo-Johnson jouent la carte de la transparence. Le président du Parti national panafricain (PNP) et la Secrétaire générale de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) ont pris chacun lundi un vol en direction  de Paris où les attend le président en exercice de l’Union Africaine. Et ils l'ont annoncé publiquement.

En déplacement lundi à Abidjan, le président togolais s’est de nouveau prononcé sur la crise qui secoue son pays depuis le 19 août et sur le dialogue en préparation. Faure Gnassingbé annonce que le dialogue avec l’opposition togolaise s’ouvrira dans les prochaines semaines et qu’une décision consensuelle sera prise à l’issue des discussions.

En prélude à ses  manifestations du jeudi, vendredi et samedi prochains, la coalition des 14 partis politiques  de l’opposition a animé mardi  une conférence de presse  à Lomé. Les forces de l’opposition togolaise ont dans un premier temps répliqué à Faure Gnassingbé à la suite de sa déclaration du vendredi dernier aux éléments du camp militaire de Témédja, puis dénoncé ce qu’elles appellent  répressions aveugles. Elles sollicitent en dernier ressort l’appui de la communauté internationale pour la mise en place d’une enquête internationale afin de  situer l’opinion sur les violences en cours au Togo.  

Il y a eu de mouvement mardi au niveau de l’Hôtel 2 Février à Lomé. Des leaders de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise y ont rencontré des émissaires ghanéens envoyés à Lomé par le président Ghanéen, Nana Akufo-Addo.

© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN