Ad Top Header

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise a répondu au discours à la nation du président togolais, Faure Gnassingbé. Le regroupement n'a pas manqué d'adresser un avertissement à ce dernier. C’était à l’occasion de sa conférence de presse de présentation des vœux de nouvel An au peuple togolais où les leaders de la coalition ont accusé le pouvoir de ne pas vouloir aller au dialogue. Les opposants menacent d’en découdre avec Faure Gnassingbé s’il tient à son projet de référendum

Les partisans de la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise ont de nouveau pris d’assaut les rues de Lomé et de certaines villes de l’intérieur samedi qui marquait l’apothéose de la nouvelle série de manifestations. La marche de ce jour a connu la participation du Chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre et de la coordinatrice de la Coalition, Brigitte Adjamagbo-Johnson qui sont de retour d’Accra. A l’issue, ces leaders ont déclaré à la foule que le dialogue qui va s’ouvrir dans les prochains jours connaîtra la participation d'un ou des médiateurs.

La manifestation organisée jeudi par la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition n’a pas abouti. Un peu comme mercredi, après que les cortèges se soient croisés au Carrefour Deckon, les manifestants ont refusé d’avancer vers la plage, point de chute initialement arrêté. Et pendant que les choses se mettaient en place pour permettre aux leaders de délivrer leurs messages de circonstance, la foule a été dispersée à coups de bombes lacrymogènes. Il s’en est suivi des courses-poursuites dans les quartiers Aguiar-Komé, Lome-Nava, Amoutivé, Bè-Kpehenou, notamment.

L’opposition togolaise n’a pas chuté sa manifestation de mercredi à la Plage comme prévu. Les cortèges s’étaient plutôt arrêter à Déckon. C’est à ce carrefour commercial, qu’après concertation entre les leaders de la coalition, un meeting a été tenu à la demande de la foule qui n’entendait plus se rendre à la Plage. Lors de son intervention au nom de la coalition, le Chef de file de l’opposition a réitéré la position de ce regroupement concernant le dialogue politique. Jean-Pierre Fabre a indiqué que le dialogue devra se tenir en présence d’un médiateur et rien d’autre.

Le Regroupement des Jeunes Africains pour le Développement et la Démocratie, section Togo (REJADD-Togo)  déplore  l'interpellation abusive mardi de trois membres du Parti National Panafricain (PNP). Dans un communiqué signé par son président Assiba Johnson, l’organisation demande au  gouvernement d'enterrer ces vieilles habitudes pour donner la chance au prochain dialogue d'aboutir.

Ancien secrétaire d’Etat chargé des relations avec les institutions de la République et actuellement Conseiller de Faure Gnassingbé, Christian Trimua est aussi catégorique que le Chef de l’Etat au sujet du départ immédiat de ce dernier du pouvoir comme le veut une frange de l’opposition togolaise. Pour M. Trumua, Faure Gnassingbé ne quittera pas le pouvoir sous la pression de la rue. Il estime que la résolution de la crise politique que connait le Togo passera aussi par le renouvellement de la classe politique...

Au Togo, pouvoir et opposition n’ont pas la même compréhension de la dernière position adoptée par la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) le 16 décembre dernier à Abuja. Si au niveau du gouvernement on estime que l’organisation communautaire a opté pour un dialogue sans médiateur externe, la Coalition de l’opposition relève que la médiation a été plutôt confirmée. Elle accuse le ministre Gilbert Bawara de n’avoir pas dit la vérité sur le sujet et appelle ses partisans à de nouvelles manifestations les 27, 28 et 30 décembre prochains.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise a indiqué samedi avoir mobilisé dans les rues de Lomé plus d’un million de manifestants. Ces manifestants réclamaient le retour à la Constitution de 1992 ou le départ de Faure Gnassingbé, le vote des togolais de la diaspora et l’abandon par le gouvernement des consultations engagées en vue de l’ouverture du dialogue politique. Au point de chute à la plage où un meeting a été tenu, Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition a dit ne pas attendre la communauté internationale. Des partisans de la coalition ont manifesté leur désir de marcher sur la présidence.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition était de nouveau dans les rues jeudi, pour le compte de la deuxième journée des trois jours de manifestations publiques démarrées mercredi. Le motif reste toujours le retour à la Constitutionnelle originelle de 1992, le vote de la diaspora, le vote uninominal à deux tours et la libération des  manifestants détenus. Au point de chute de la plage de Lomé, les organisateurs lancent un cri de cœur aux Chefs d’Etat qui participent ce samedi à Abuja au Sommet de la CEDEAO.

La crise que connait le Togo depuis le 19 août dernier entame la cohésion sociale, paralyse l’économie du pays et risque de conduire la nation togolaise à des lendemains incertains. C’est ce qu’indiquent jeudi le Collectif des jeunes pour le développement (CJD) et ses associations affiliées et organisations partenaires. L’organisation de Kovi Adanbounou réitère sa plainte contre la Coalition des 14 partis de l’opposition et demande à Faure Gnassingbé de prendre des mesures idoines et réalistes pour amener les leaders de l’opposition à surseoir aux manifestations.

© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN