Ad Top Header

C’est ce jeudi que l’opposition togolaise entame une nouvelle série de manifestations de 3 jours. La nouvelle mobilisation vise à réclamer le rétablissement de la constitution originelle de 1992 ou le départ immédiat du pouvoir de Faure Gnassingbé, l’effectivité du vote de la diaspora et la libération des personnes arrêtées dans le cadre des manifestations. L’opposant Tikpi Atchadam vient d’appeler dans un message à une mobilisation record et fait un clin d’œil à l’armée togolaise.

Après le ministre de la communication Guy Madjé  Lorenzo, la télévision française France24 a reçu mercredi l’opposant Nathaniel Olympio qui représentait la coalition des 14 partis de l’opposition.  Le Président par intérim du Parti des Togolais (PT)  a réaffirmé l’engagement des Forces démocratiques de l’opposition à aller au bout de leurs revendications.

Ça semble être plutôt bien passé entre la coalition de l'opposition togolaise et l'émissaire du président ghanéen Nana Addo- Akufo qui discutaient mardi de la crise togolaise. La rencontre annoncée pour baliser la voie à un dialogue entre le pouvoir et l'opposition a permis à Jean Pierre Fabre et compagnie de faire des propositions au ministre ghanéen  de la sécurité.

Un groupe d’opérateurs économiques togolais réunis au sein du Collectif des victimes de la coalition des 14 partis de l’opposition se sent  léser  par  la levée d’interdiction  des manifestations en semaine. Le Collectif vient d’envoyer un  courrier au ministre de la sécurité et de la protection civile à propos. Il demande  au Colonel Yark Damehame d’interdire à nouveau les marches des jours ouvrables, pour diverses raisons.

La dernière intervention du Chef de l’Etat togolais lors de sa visite au 3e Régiment d’Infanterie (3e RI) de Témedja est toujours au centre des commentaires. Se prononçant lundi sur l’actualité, le professeur Magloire Kuakuvi de la Commission Épiscopale Justice et Paix estime que les propos de Faure Gnassingbé ont trahi ses réelles intentions qui ne vont pas dans le sens de l'apaisement. De l’autre, l’intellectuel togolais accuse l’opposition de commettre une grave erreur en demandant le départ immédiat de Faure Gnassingbé.

Le président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR) revient sur la crise que traverse le Togo. Pour Nicolas Lawson, le Togo est devenu le pays de la crise permanente avec des soubresauts de violences et de morts. Il assure que le présent n’assure rien de bon pour l’avenir. De même, il interpelle le Chef de l’Etat togolais à se mettre au-dessus de la mêlée partisane et à prendre toute sa responsabilité pour une sortie de crise qui doit se traduire par la formation d’un gouvernement de transition ou de salut public.

Le président togolais a eu une journée chargée vendredi dans la région des Plateaux, précisément dans la préfecture de l’Ogou. Faure Gnassingbé qui s’était déplacé pour l’inauguration d’une centrale photovoltaïque à Bavou et le lancement d’un projet d’hydraulique à Akapré, a également rencontré les militaires du 3e Régiment d’Infanterie (3e RI) de Témédja. A l’occasion, le Chef de l’Etat togolais s’est prononcé sur la crise politique et a dénoncé les violences qui ont fait des victimes.

Le ministre de la sécurité et de la protection civile s’est prêté jeudi  au traditionnel exercice de présentation de bilan des manifestations organisées par l’opposition togolaise. Devant la presse, Yark Damehame a indiqué que pour la troisième et dernière journée, tout est relativement bien passé sauf à Lomé où des incidents mineurs ont été observés.

Depuis les violentes manifestations qu’a connues la ville de Sokodé entre les mois d’août et de septembre et les violences enregistrées dans la ville voisine de Bafilo à l’occasion des manifestations de septembre, ces deux villes sont quadrillées par les forces de défense et de sécurité et les manifestations de l’opposition n’y sont plus autorisées. Mardi dernier, des militants de l’opposition avaient tenté de se regrouper mais ont été littéralement dispersés. La coalition de l’opposition prévoit une stratégie pour libérer ces deux villes.

Deuxième jour de manifestation de l’opposition,  deuxième bilan satisfaisant dressé par le ministre de la sécurité et de la protection civile. Un peu comme hier, la manifestation organisée par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition à Lomé et dans dix (10) autres villes s’est déroulée sans incidents, selon Yark Damehame. Seul fait notable, Sokodé et Bafilo se sont déconnectées du mouvement. 

© 2020 Togo Breaking News All Rights Reserved. Designed By JIREH & TBN