Ad Top Header

Disparu des radars depuis plus quelques semaines, Jean-Pierre Fabre a réapparu en public mardi. Le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) a été contaminé au nouveau coronavirus. Sa situation a inquiété ses lieutenants et certains militants de son parti ayant appris la nouvelle. Plus de peur que de mal, le maire de la commune Golfe 4 a recouvré sa santé et donne des conseils.

Jean-Pierre Fabre, l’ex chef de file de l’opposition togolaise fait face à une fronde. Le président national de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) est vigoureusement critiqué par ses propres militants qui lui reprochent d’afficher une position étrange au parti. Une lettre, la 3è du genre vient de lui être adressée dans ce sens.

Jean Pierre Fabre n’a pas l’intention de garder le salaire du personnel de la commune du Golfe 4. Le maire d’Amoutivé a tenu à le préciser en début de semaine. Jean-Pierre Fabre répondait ainsi aux critiques pour une incapacité financière à faire face à ses obligations de la fin du mois. Pour l’opposant au régime de Faure Gnassingbé, le retard dans le payement est dû à un souci technique.

La municipalité du Golfe 4 a ouvert lundi à Lomé la session ordinaire budgétaire pour l’exercice 2021. Fait notable, l’ouverture des travaux a été marquée par des discussions entre le personnel de la mairie d’Amoutivé, les CDQ  et les chefs quartier de la localité. Ce qui a permis à Jean Pierre Fabre, ses collègues et les administrés de définir ensemble les priorités du Golfe 4.

C’est une des causes qui ont conduit à l’éclatement de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Le Président ivoirien, Alassane Ouattara avait remis le 30 juillet 2018 à Lomé une importante somme d’argent aux leaders de ce regroupement d’alors. Le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) avoue finalement la réception de ce présent. Pour Jean-Pierre Fabre, il s’agissait d’un « cadeau » ayant empoisonné l’opposition et la lutte politique

Jean-Pierre Fabre a été reconduit le week-end dernier à la tête de l’Alliance nationale pour le changement (ANC). Le parti fondé il y a 10 ans à la suite de la scission intervenue au sein de l’Union des forces de changement (UFC) tenait son conseil national à Lomé. La rencontre était une occasion pour le maire de Golfe 4 de régler ses comptes à certains leaders de l’opposition et d’appeler ses militants à rester mobilisés pour la suite de la lutte politique. Dans ses résolutions, les congressistes de l’ANC appellent le pouvoir à ouvrir des discussions.

Il y a eu  du mouvement dans la maison de Jean Pierre Fabre mercredi. Le président national de l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC) a reçu une visite inopinée des conducteurs de taxi motos qui,  disent-ils,  sont allés lui apporter un soutien moral. M. Fabre a au cours des échanges rassuré ses hôtes qu'il est toujours l'homme politique "intègre" qui ne change pas.

L’ex-Chef de file de l’opposition, Jean-Pierre s’est prononcé sur l’actualité sociopolitique à l’occasion de la commémoration du 60e anniversaire de l’accession du Togo à la souveraineté internationale. L’opposant dresse le constat d’une mauvaise gestion d’une « dictature militaire et clanique » et estime que le peuple doit continuer la lutte pour sortir le pays de l’impasse.

L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) a indiqué mardi que les chiffres définitifs de la présidentielle du 22 février publiés par la Cour constitutionnelle confirment le caractère frauduleux et factice, fantaisiste et farfelu des résultats de ce scrutin. Pour le parti, les  prestations de la Haute juridiction  ne sont qu’une mystification qui ne repose sur aucun résultat provenant des procès- verbaux régulièrement validés par les 9.389 bureaux de vote officiels de la CENI. L’ANC dit avoir saisi la Cour de Justice de la CEDEAO sur le sujet et demande l’annulation du scrutin.

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) conteste à son tour les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 22 février au Togo. Après le candidat de la dynamique Mgr Kpdrzo, le parti de Jean-Pierre Fabre a qualifié lundi les chiffres de la CENI de fantaisiste, manifestement fabriqués. Pour l’ANC, il s’agit d’un  nouveau coup de force électoral perpétré sans la moindre retenue, exactement comme ce fut le cas pour les cinq derniers scrutins présidentiels au Togo.

Page 1 of 9
OTR