Ad Top Header

Nicolas Lawson, le président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR) a qualifié mercredi d’égarement, la volonté de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de tenir les élections à tout prix. Pour l’ancien candidat à la magistrature suprême, les élections ne peuvent pas créer le climat souhaité et la remise en ordre de la nation togolaise. Pour régler le problème togolais, M. Lawson appelle Faure Gnassingbé à mettre sur pied une assemblée constituante devant proposer une nouvelle constitution et former un gouvernement de salut public pour combattre la misère.

La coalition des 14 partis politiques de l'opposition togolaise n'a pas abandonné son projet de reprise des manifestations. Le calendrier de ces manifestations annoncées en conférence de presse la semaine dernière vient d'être communiqué. Elles ont lieu ce week-end et seront menées par quatre équipes composées des leaders et membres du regroupement.

Le Comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations de la CEDEAO n’a pas pu départager les protagonistes togolais à l’issue des deux séances de sa première réunion tenue en début de semaine dernière. Et les regards sont désormais tournés vers les facilitateurs qui devraient proposer des solutions qui permettront de franchir les obstacles qui apparaissent dans l’exécution de la feuille de route de l’organisation communautaire. C’est dans ce cadre qu’un possible entretien est signalé entre le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé et ses homologues ghanéen, Nana Akufo-Addo et guinéen, Alpha Condé dans les prochains jours.

Christian Trimua accuse l'opposition de ne manifester aucune volonté pour la mise en œuvre de la feuille de la CEDEAO. Se prononçant ce week-end sur l'actualité politique du Togo, le Conseiller juridique du Chef de l'Etat, Faure Gnassingbé a estimé que la coalition des 14 partis politiques de l'opposition togolaise "entrave" l'implémentation des recommandations de l'institution sous régionale. Il réitère la satisfaction du gouvernement de voir la CENI poursuivre ses activités  travaux malgré les contestations du Groupe des 14.

Le comité de suivi de la mise en œuvre des décisions de la CEDEAO n’a pas pu fixer un cap à l’issue de sa première réunion tenue à Lomé en présence des protagonistes togolais. Si le pouvoir en est indifférent et continue d’agir, la Coalition de l’opposition n’a pas caché sa déception et prévoit lancer de massives manifestations dans les prochains jours. De son côté, Agbeyome Kodjo n’est pas surpris par la tournure des évènements et explique que la CEDEAO ne peut pas maîtriser les réalités du Togo mieux que les togolais eux-mêmes. Celui qui appelle à un dialogue direct entre les protagonistes, craint que de nouvelles manifestations n'exposent les citoyens à des « difficultés imprévisibles ».

Les "Forces Vives - Espérance pour le Togo"  multiplient les sorties pour aider le Togo à sortir de la crise. L’organisation regroupant les sociétés civiles togolaises au sein d’un creuset a tenu en milieu de semaine une conférence-débat à Lomé. La rencontre a été axée sur le thème « réussir les réformes politiques et rompre avec la longue crise au Togo ». Occasion pour les initiateurs de montrer la voie à suivre pour solder définitivement le problème des réformes constitutionnelles et institutionnelles qui persiste au Togo depuis 2006.

En attendant le relevé de conclusion du Comité de suivi de la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO, la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise a fait le point mercredi des discussions du début de la semaine à la presse.  A l’occasion, l’opposition s’est plainte « d’un manque de courtoisie » de la part du ministre Gilbert Bawara, porte-parole du gouvernement togolais. Dans la foulée elle annonce la reprise des manifestations publiques pour bientôt.

La première réunion du Comité de suivi de mise en œuvre des décisions de la CEDEAO s’est achevée mardi à Lomé. Elle a permis aux membres de cet organe de recueillir les positions exprimées par les parties prenantes togolaises dans un rapport qui sera transmis aux facilitateurs ghanéen, Nana Akufo-Addo et guinéen, Alpha Condé. La rencontre a également été l’occasion pour le président de la Commission de la CEDEAO d’annoncer les initiatives prises pour une assistance électorale au Togo. A l’issue, l’opposition a exprimé une déception pour le fait que la question de la CENI n’ait pas été tranchée. Le pouvoir, à travers le ministre Gilbert Bawara, assure que le processus continue et qu’il revient à l’opposition de rattraper le train. Les facilitateurs sont annoncés à Lomé pour tout trancher.

Me Yawovi Agboyibo a fait part mardi de sa déception à l’issue de la première réunion du Comité de suivi de mise en œuvre des décisions de la CEDEAO. Pour lui, il est inadmissible que la CEDEAO tourne autour du pot en ce qui concerne la question de la CENI en se contentant d’annoncer l’arrivée des experts pour réparer les dégâts. Le président du CAR appelle les autres leaders de la Coalition de l’opposition à réfléchir à une réorientation de la lutte, qui reste entière. Qualifiant la première réunion du Comité du suivi, Me Agboyibo parle d’une amorce angoissante d’échec.

L'Organisation pour Bâtir dans l'Union un Togo Solidaire (OBUTS) multiple les propositions pouvant permettre à l’opposition et au pouvoir togolais de franchir l’étape déterminante qui est l’organisation des élections législatives, prélude à la résolution de la crise qui secoue le Togo. Pour le président de ce parti extraparlementaire, il sera nécessaire de rééquilibrer de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Agbeyomé Kodjo explique que la présence de l’opposition lors de la reconstitution du fichier électoral est primordiale.  

OTR