Ad Top Header

Dans le canton d’Adangbé, préfecture de Zio, la chefferie traditionnelle et le litige foncier s’entremêlent. Pire, bien  que l’affaire soit pendante à la justice, elle continue par  cristalliser  les attentions. Face à la presse jeudi, la collectivité « Tozo-Djadjou  » a dénoncé un faux et  usage de faux  de la collectivité Aziamadi. Ceci en réaction à la sortie médiatique la semaine dernière des familles Ahoumey, Adjoyi et Topu  qui lient le conflit les opposant à une affaire de viol. 

Le litige foncier qui oppose l'allemande Guerard Amanda Tatiana aux habitants du quartier Bè-Kpota Atchantimé est  loin de connaître son épilogue. Dimanche, la population a de nouveau descendu dans les rues de Lomé pour crier le haro sur le baudet.  Elle accuse dame Amanda de faire une démolition sans titre.

Au Togo, les litiges fonciers s’empilent et se ressemblent. A Bè-Kpota Atchantimé, c’est une allemande du nom de Guerard Amanda Tatiana qui se réclame le titre foncier de  67 maisons menaçant d’expulser les occupants des lieux. Lundi, les habitants se sont mobilisés pour dénoncer une escroquerie orchestrée par l’allemande qui est soutenue par des juges togolais « véreux ». Le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbe est appelé au secours pour tuer dans l’œuf cette nouvelle crise sociale.

La cohabitation est difficile depuis plusieurs jours entre les communautés Konkomba et Lamba dans la Préfecture de Dankpen.  Depuis le 8 mai dernier, les deux communautés s’affrontent dans le cadre d’un litige foncier. Les affrontements violents ont fait déjà un mort, de nombreux blessés et plusieurs habitations incendiées. En plus, les Lamba ont dû fuir leurs domiciles. Faure Gnassingbé s’est saisi du dossier.

Les conflits fonciers entre Komkomba et Lamba reprennent de plus belle. De nouveaux affrontements armés se sont éclatés lundi dernier entre les deux communautés. Au bilan, on dénombre provisoirement 1 mort et de nombreux blessés ainsi que des maisons incendiées.

Les litiges fonciers se multiplient au Togo et les mêmes scènes se répètent dans plusieurs localités proches du Grand Lomé depuis quelques années. Vendredi dernier, une dame a débarqué à Klobatème (10 km de Lomé) pour réclamer le  titre de propriété de tout le village. Les habitants n'ont pas caché leur courroux.

C’est le calme apparent actuellement dans la préfecture de l’Oti-Sud. De violents affrontements entre les Tchokossi et Gangan ont endeuillé les 2 communautés, il y a quelques semaines. Le gouvernement togolais a pris la mesure de la situation et suit de près la situation. Au-delà du renforcement du dispositif sécuritaire, une assistance a été apportée vendredi aux personnes affectées par les conflits.

Le conflit foncier qui a éclaté la semaine dernière entre les Gangan et les Tchokossi dans la préfecture de l’Oti-sud a causé plus de dégâts que ce qui a été communiqué par le ministère en charge de la sécurité. Samedi, le Général Damehame Yark évoquait 2 morts, une dizaine de blessés et plus de 50 maisons incendiées. Un nouveau bilan établi fait état de 4 morts au total, un chef de village disparu et plus de 2000 déplacés.

Un conflit foncier crée la désolation actuellement à Gando dans la préfecture de l’Oti-Sud. Un lancinant différend qui a toujours opposé les Gangan et les Tchokossi a resurgi vendredi. Les affrontements entre les 2 communautés ont fait au moins 2 morts, une dizaine de blessés et plus de 50 maison incendiées. L’intervention de la police a permis d’éviter un carnage.

Les victimes d’expulsion et de démolition de biens à Agoè-Télessou le 14 janvier 2011 sont toujours déterminées à rentrer dans leurs droits. Après plusieurs démarches infructueuses, elles ont manifesté mardi devant le ministère de l’administration territoriale à Lomé à l’appel de leur collectif.

Page 1 of 2
OTR