Ad Top Header

Dans le but d’éviter une crise alimentaire au Togo après la covid-19, les autorités compétentes maintiennent les engagements. Aristide Agbossoumonde, Directeur général du Mécanisme Incitatif de Financement Agricole fondé le partage de risques (MIFA S.A), annonce l’activation du 5e pilier, relatif aux "Mesures incitatives" en début du 2e semestre de cette année.

Le ministère de l’agriculture compte développer les zones de transformations agricoles sur le modèle des partenariats public-privé. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la création des agropoles lancées depuis quelques années.

Le gouvernement togolais a entamé un processus de mécanisation des activités culturales dans la filière du coton. L’objectif est de permettre aux producteurs d’améliorer leurs conditions de travail, de gagner en temps et d’avoir une production massive.

Le secteur halieutique reste l’une des sources génératrices de l’économie togolaise. Mais le domaine en question n’échappe pas au problème d’exploitations anarchiques. Afin de mettre un terme à ce phénomène, le Projet d’appui au secteur agricole (PASA), met en œuvre des plans de gestion des pêcheries.

La culture maraîchère est en plein essor dans le village  d’Agban, canton de Kpinzindè, préfecture de la kozah. Dans ce village, Sandou-Assimarou Gnassingbé y a fondé une ferme dédiée à la culture maraîchère.

Le ministre togolais de l’agriculture, Noël Bataka a lancé officiellement en milieu de semaine la campagne de production cotonnière 2020-2021. Thème de cette campagne : « tous mobilisés pour la redynamisation et la modernisation de la filière cotonnière pour sa contribution à l’atteinte des objectifs du plan national de développement».

Le Ministère de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique reste strict sur la question de la consommation des produits locaux. En début de semaine Noël Koutéra Bataka s’est adressé officiellement aux acteurs de la filière avicole, en ce qui concerne l’approvisionnement sur le marché local.

L’agriculture togolaise prend de l’envol grâce aux agropoles. Ce projet a permis une amélioration de la balance commerciale des produits agricoles. Soit une réduction déficitaire de 11%, selon le chiffre donné par  ministre de l’agriculture, de la production animale et halieutique, Noël Bataka.

La préfecture de Doufelgou dispose désormais d’une usine de transformation des fruits. C’est un projet piloté par une dizaine de femmes qui formant la Coopérative « TMOUCTA ». L’initiative a été soutenue financièrement et techniquement par le Projet d’ Appui au Secteur Agricole (PASA), et l’Institut de Conseil et d’Appui Technique (ICAT). Les produits que transforme cette coopérative en jus de fruits sont naturels et sans additif chimique. Il s’agit de la mangue, le citron, l’orange, le pamplemousse, l’ananas, le tamarin et autres.

Le Projet d’appui au secteur agricole (PASA) a facilité la tâche aux apiculteurs d’Adjengré. Les anciennes techniques de production du miel dans cette localité ont connu des évolutions. Résultat, une importante quantité de miel 100% bio est produite par les apiculteurs.

OTR