Ad Top Header

Créée le 16 février 2001, Radio Zéphyr célèbre cette année ses 20 ans d’existence dans le landerneau médiatique togolais. La célébration officielle est prévue pour le 16 février prochain. Une grande opération quartier propre a donné le ton aux activités samedi dernier au quartier Hédzranawoé à Lomé.

La presse togolaise est-elle dans une période de turbulence ? Des organisations professionnelles du secteur s’inquiètent depuis la dernière sanction infligée au journal L’Alternative. C’est dans ce sens qu’elles ont rencontré mardi la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (HAAC).  

Le Patronat de la Presse Togolaise (PPT) revient à la charge. L’organisation de la presse dénonce une nouvelle fois un musellement des médias par les autorités ‘’décidées’’ à mettre la presse indépendante sous éteignoir’’.  Pour le PPT, cette  situation  risque de créer un climat délétère entre la HAAC et les organisations professionnelles de la presse.

Trois jeunes journalistes togolais ont eu maille à partir avec les forces de l’ordre et de sécurité à Lomé. Alors qu’ils interviewaient un chef quartier qui sortait d’une convocation du préfet de Golfe, ils ont été arrêtés. Ils ont été relâchés plus tard après un long interrogatoire.

La presse est face à des épreuves. Ces dernières semaines, des affaires ont remis au goût du jour l’application de certaines dispositions du Code de la presse et de la communication au Togo. L’actualité a motivé la section togolaise de l’Union de la presse francophone (UPF-Togo) à organiser une table ronde sur spécificités du code de la presse au cœur. Ministres, avocats, enseignants chercheurs et journalistes ont fait le tour de la question dans le cadre de la rentrée 2021 de l’UPF-Togo.

L’Association des Journalistes pour la Promotion des Droits de l’Homme au Togo (AJPDH) se sent interpellée sur le sexisme auquel est victime la gente féminine sur les médias. Elle a organisé mercredi à Lomé une conférence-débat sur la thématique. In fine, un appel a été lancé aux différents acteurs du domaine de la presse de refaire l’image de la femme qui reste écornée sur les médias depuis fort longtemps.

Des patrons de presse ne comptent plus laisser le Service central de recherches et d'investigations de la Gendarmerie nationale (Scric) continuer par se substituer à une autorité de régulation des médias. Dimanche, le Patronat de la Presse Togolaise (PPT) s'est insurgé contre des méthodes ubuesques de la Gendarmerie nationale portant atteinte à la liberté presse au Togo. Il invite dès lors le Scric à s'occuper de ses oignons pour laisser la HAAC réguler les médias.

Le Service centre de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC) de la gendarmerie togolaise a adressé samedi une convocation au journaliste Ferdinand Ayité. Le Directeur de publication du journal L’Alternative était invité à se présenter lundi prochain dans les locaux de ce service. Mais dans la soirée, la convocation a été retirée.

Le Patronat de la Presse Togolaise (PPT) qualifie d’excessive la décision de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC)  à l’égard du journal « L’Indépendant Express ». Pour cette organisation, la HAAC a tué « la mouche avec un marteau » en décidant de la saisine du Tribunal de Première Instance de Lomé aux fins du retrait de récépissé du journal de Carlos Ketohou. Isidore Sassou Akollor et ses collègues disent craindre pour la décapitation du PPT et lancent un cri d’alarme.

Carlos Ketohou a recouvré samedi sa libération. Le Directeur de publication de Indépendant Express a été interpellé nuitamment le 29 décembre dernier par des forces de l’ordre à son domicile. On apprendra plus tard que l'arrestation fait suite à la publication d’un article sur le vol des cuillères dorées par des ministres d’un gouvernement.

Page 1 of 9
OTR