Ad Top Header

A quelques jours de la clôture du premier cycle de la mise en œuvre du programme School Assur, son Comité de pilotage annonce une tournée de suivi opérationnel dans certaines localités du pays. La tournée qui démarre cette semaine par la Préfecture de Biltta a pour but d’évaluer l’impact du programme sur les bénéficiaires.

Les locaux du 1er collège scientifique privé du Togo, SIGMA créé pour former les futurs spécialistes des Sciences et de l'ingénierie générale au Togo ont connu une grande affluence samedi. Dans le cadre de la Journée Porte-ouverte organisée par la direction de cette école qui ouvre ses portes dès la prochaine rentrée scolaire, plusieurs parents d’élèves sont allés s’enquérir des nouvelles afin d’inscrire leurs enfants.

Le Collège Notre Dame de Fatima d’Avédji (NDF)  a primé  vendredi ses meilleurs élèves de l’année scolaire en cours. L’initiative s’inscrit dans le cadre de son programme intitulé « Soirée des Lauréats » qui vise à encourager et célébrer l’excellence en milieu scolaire. L’événement marque ainsi le début des vacances chez les élèves dudit collège.

L’on n’en parle pas assez mais le problème inquiète plus d’un. Le Togo traverse depuis août dernier une sérieuse crise politique. Au même moment, d’autres secteurs du pays connaissent des difficultés. Le secteur de l’éducation en est l’illustration parfaite avec les récurrentes grèves des enseignants. Ce mardi, est le début d’une nouvelle grève de 72 heures. Le mouvement visiblement suivi a poussé des milliers d’élèves et écoliers à sortir dans les rues de Lomé. Certains d’entre eux en appellent au chef de l’Etat, Faure Gnassingbé.

Le lycée technique d'Adidogome qui accueille plus de 16 mille élèves, jusque-là épargné par les manifestations d’élèves est entré depuis ce lundi dans la danse. Tôt ce matin, les élèves ont vidé  les salles de classe et tentaient d’occuper l’axe Lomé-Kpalimé avant de tomber sur une horde d’éléments  des forces de défense et de sécurité.

C’est totalement le chaos dans l’éducation au Togo. Depuis le début de cette semaine les enseignants poursuivent leurs grèves et les élèves ne cessent d’arpenter les rues, manifestant ainsi leur mécontentement pour le fait que plusieurs chapitres aient été sautés par ses enseignants qui ont vu leurs salaires amputés par le gouvernement.

Après Dapaong et d’autres localités de l’intérieur qui ont vu les élèves investir les rues pour réclamer leurs professeurs, c’est au tour de la ville de Lomé d'être touchée mercredi par le phénomène. Les élèves manifestants réclament les cours considérés comme faits en période de grève.

A Dapaong (650 km de Lomé), les élèves ont de nouveau récupéré la grève des enseignants jeudi en descendant dans les  rues. Et tout comme en 2013, on dénote déjà des blessés dans leur rang. 

Page 4 of 4
OTR