Ad Top Header

Agbeyomé Kodjo se signale de nouveau depuis son « champs de maïs ». Cette fois, c’est pour démentir l’information selon laquelle sa formation politique, le Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) attend un partage de pouvoir. L’ancien Premier ministre d’Eyadèma affirme que son parti, qui agit depuis des mois dans le cadre de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK), n’a pas envisagé cette possibilité.

La Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) a salué jeudi l’interpellation faite au gouvernement français sur le scrutin présidentiel du 22 février 2020 au Togo par le Parlement de ce pays. Pour la DMK, la position du député français, Sébastien Nado condamne ceux qui pensent qu’il est temps de passer à perte et profit le contentieux électoral de 2020. En vue de résoudre une telle « crise », la DMK a indiqué jeudi être disposée à discuter avec le pouvoir de Faure Gnassingbé.

Le ministre togolais en charge de l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi rencontre ce mardi 19 janvier les partis politiques dans le cadre des prochaines élections régionales. Sont attendues à cette réunion toutes les formations politiques ayant pris part aux dernières élections organisées dans le pays. A la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) on estime qu’il faut régler le contentieux électoral avant tout autre discussion.

La Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) a réaffirmé mardi sa détermination et son engagement à poursuivre le combat pour l'alternance politique au Togo. Pour ce regroupement de l'opposition, malgré les coups bas, il n'y a pas d'autre choix que de faire aboutir la lutte. A cet effet la Dynamique en appelle à "l'union de l'opposition". Par ailleurs, elle salue la bonne volonté de  l'archevêque Métropolitain de Lomé, Mgr Nicodème Anani Barrigah-Benissan d'aider à vider le contentieux né de la dernière présidentielle.

Remis en liberté provisoirement après pratiquement trois semaines de détention, Brigitte Adjamagbo-Johnson et Gérard Djossou ne lâcheront rien. Les deux responsables de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) ont annoncé à leur sortie de prison qu’ils poursuivront le combat jusqu’à ce que le Togo devienne le véritable Etat démocratique voulu par les populations. Il n’est pas question de lâcher, affirme Gérard Djossou pendant que Brigitte Adjamagbo promet un lendemain meilleur aux togolais.

Brigitte Adjamagbo-Johnson et Gérard Djossou sont désormais libres de leurs mouvements. Les deux leaders de la Dynamique Monseigneur Kpodzro incarcérés depuis fin novembre ont été libérés jeudi en milieu de matinée. Toutefois, ces opposants au pouvoir de Lomé sont placés sous contrôle judiciaire par le doyen des juges d’instruction.

L’arrestation et la détention de Brigitte Adjamagbo-Johnson et de Gérard Djossou continue de susciter indignation. Au Togo, les acteurs de l’opposition et de la société civile ont unanimement condamné cette entreprise du pouvoir de Faure Gnassingbé remettant en scelle la crise postélectorale. On en était là quand l’Internationale Socialiste réagit. L’organisation mondiale des partis sociaux-démocrates, socialistes et travaillistes dénonce une persécution politique et exige la libération de ses membres.

L’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI) condamne l’interdiction systématique des manifestations politiques et syndicales par le gouvernement togolais. Le parti d’Aimé Gogué dénonce une violation flagrante de la constitution. Au sujet de l’arrestation de Brigitte Adjamagbo et de Gérard Djossou, ADDI rappelle au gouvernement togolais que « De grands criminels économiques bien identifiés courent les rues » sans être inquiétés.

La Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) est remontée contre le pouvoir de Faure Gnassingbé. L’arrestation spectaculaire de Gérard Djossou le vendredi et celle de Brigitte Adjamagbo le samedi pendant qu’elle rendait visite à son collègue à la gendarmerie participent selon ce regroupement  d’un vaste complot  ourdi contre lui dans le but de le décapiter. Le but selon la conférence des président de la DMK, qui réclame d’ailleurs la relaxe pure et simple de ces 2 leaders, est d’empêcher le mouvement ayant soutenu Agbéyomé Kodjo à la présidentielle de 2020, d’assurer « l'alternance au sommet de l'Etat ».

OTR