Ad Top Header

Le ministre togolais de la fonction publique s’est longuement prononcé dimanche sur la situation sociale qui prévaut actuellement dans les secteurs de la santé, de l’éducation et également au sein de son ministère. Gilbert Bawara a réitéré la volonté du gouvernement à dialoguer pour que les différentes préoccupations soulevées puissent trouver des solutions. Par la même occasion, il a invité le Synphot à suspendre ses mouvements de grève, les enseignants et les agents de son département à se ressaisir.

Le Syndicat National des Praticiens Hospitaliers du Togo (SYNPHOT) durcit le ton de ses mouvements de grève. L’organisation a tenu mardi une nouvelle assemblée générale à la maison de la santé transformée en une manifestation spontanée qui a conduit les médecins devant les locaux du ministère de la santé et de la protection sociale. Les agents de santé, qui sont allés réclamer la tête de Moustapha Mijiyawa, ont au finish obtenu la mise en place d’un  groupe d’un travail formel à l’image de celui des enseignants.

Le Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT) a tenu lundi une Assemblée générale au cours de laquelle il a restitué à sa base la rencontre qu’il a eue la semaine dernière avec le ministre de la santé et de la protection sociale. L’organisation mécontente de la position du ministre de la santé exige toujours des discussions sur les points de sa plateforme revendicative. Elle observe à partir de mardi, 4 jours de grève avec un service minimum.

Le Syndicat des praticiens hospitalier du Togo (SYNPHOT) exige désormais la démission du ministre Moustapha Mijiyawa en charge de la santé. En assemblée générale vendredi au Centre hospitalier universitaire Sylvanus Olympio de Lomé (CHU-SO), cette organisation syndicale a lancé une nouvelle grève sèche de 3 jours pour la semaine prochaine pour obtenir la satisfaction de sa plateforme revendicative. Par la même occasion, le Synphot appelle à la fin du « harcèlement contre les médecins-professeurs » par l’entremise de la gendarmerie nationale.

L’affaire de manipulation de notes qui a soulevé un tollé tout au long de la semaine dernière et en début de cette semaine revient sur le tapis. Dans un communiqué daté de jeudi, le gouvernement togolais a déploré les amalgames et les velléités d’instrumentalisation du dossier avant d’exclure tout lien avec la politique. Il appelle les acteurs à la retenue et estime que la lumière doit être faite afin de préserver la crédibilité et l’image de la FSS et de l’institution universitaire.

Les médecins togolais ont mis en exécution lundi leur menace de fermeture des centres hospitaliers du Togo. Réunis en assemblée générale ce jour au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sylvanus Olympio de Lomé, les agents de santé membres du Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT) ont lancé une grève sèche à compter de mardi. Tous les hôpitaux resteront fermés pour une période indéterminée.

Page 3 of 3
OTR