Ad Top Header

Togo: le PPT contre la décapitation des médias critiques

By January 06, 2021 669

Le Patronat de la Presse Togolaise (PPT) qualifie d’excessive la décision de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC)  à l’égard du journal « L’Indépendant Express ». Pour cette organisation, la HAAC a tué « la mouche avec un marteau » en décidant de la saisine du Tribunal de Première Instance de Lomé aux fins du retrait de récépissé du journal de Carlos Ketohou. Isidore Sassou Akollor et ses collègues disent craindre pour la décapitation du PPT et lancent un cri d’alarme.

Au Togo, la HAAC a décidé en début de semaine de la saisine du Tribunal de Première Instance de Lomé aux fins du retrait de récépissé du journal « L’Indépendant Express ».

L’autorité de régulation reproche au directeur de l’hebdomadaire d’avoir publié l’article intitulé : « Scoop de fin d’année : femmes ministres interpellées pour vol de cuillères dorées » dont la véracité n’est pas établie.

En se prononçant mercredi sur cette décision, le PPT reconnait des manquements à l’article de son membre mais estime que la sanction infligée est trop lourde.

« Nous ne condamnons pas la décision de la HAAC. Mais nous trouvons excessive cette décision de notre autorité dont la mission principale, au-delà, est de garantir et d’assurer la liberté et la protection de la presse. Pour reprendre la moutarde, elle a voulu tuer la mouche avec la hache», a souligné Isidore Sassou Akollor, président du PPT en conférence de presse.

M. Akollor rappelle qu’il ya des étapes dans la gravité des délits de presse. Il faut d’abord une mise en demeure, un avertissement avant le retrait de récépissé qui implique la suspension du journal.

Le Patronat demande à la HAAC de revoir sa décision et dit être au regret de constater des sanctions en cascade à l’endroit des médias indépendants entre autres, Liberté, L’Alternative et Fraternité.

« Tout a l’air de la décapitation du PPT. Plus les membres de la PPT subissent alors qu’il y a des dérapages de tout bord. Nous sommes inquiets voilà pourquoi nous lançons un cri de détresse à l’endroit des organisations nationales et internationales », s’est-il plaint.

OTR