Ad Top Header

La Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) ne compte pas rester inactive face à la nouvelle augmentation des prix des produits pétroliers au Togo. L’organisation de la société civile dénonce une nouvelle inflation qui va  plonger  les togolais dans une misère plus ambiante. Elle s’indigne également contre le fait que la décision d’augmentation n’ait pas respectée la procédure habituelle. En réaction, elle projette une manifestation publique sur le 26 mars prochain pour demander aux autorités de rapporter la décision.

Quelques centaines de jeunes étaient dans les rues samedi à Lomé pour une caravane de sensibilisation  à la non-violence et à la culture de la paix. Organisée par le Mouvement Jeunesse Consciente du Togo (MJCT), la manifestation  a été une occasion de saluer la poursuite des mesures d’apaisement par le gouvernement et de convier les nouveaux élus du peuple à être attentifs aux préoccupations de la jeunesse. Le MJCT condamne les récurrents appels à manifester de l’opposition et craint « le retour des vieux démons ». 

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise accuse le gouvernement d’espionnage. Réagissant lundi au sujet des manifestations de samedi dernier, Eric Dupuy, chargé à la communication de ce regroupement  politique a estimé que leurs militants ont été infiltrés par des gendarmes. M. Dupuy a surtout déploré le fait que des drones aient été déployés par le pouvoir pour filmer la marche à des fins macabres.

La Coalition des 14 partis de l’opposition était dans les rues de Lomé et de certaines localités en région samedi. Comparativement aux récentes manifestations de ce regroupement, la mobilisation n’était pas au rendez-vous. Brigitte Adjamagbo-Johnson et les autres leaders de la Coalition pointent du doigt le dispositif sécuritaire mis en place par le régime pour dissuader les populations. Cette démobilisation n’inquiète pas Mme Adjamagbo-Johnson qui rassure pour l’obtention des réformes et de l’alternance au plus tard en 2020.

La coalition des 14 partis politiques de l'opposition togolaise entend déblayer le terrain pour le 26 janvier. En prélude à sa manifestation nationale, le regroupement de l'opposition annonce des meetings de sensibilisation et d'information dans plusieurs villes du Togo. Une note a été envoyée lundi au ministère de l'administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales à cet effet.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise a réagi mercredi à la décision du ministre de l’administration territoriale relative aux manifestations annoncées pour le 12 janvier prochain. Dans un courrier adressé à Payadowa Boukpessi,  le regroupement de l’opposition fustige l’interdiction de ses manifestations en région et accuse l’autorité d’abus du pouvoir. Toutefois, la Coalition reporte lesdites marches sur le 26 janvier, pour une meilleure organisation.

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition et le gouvernement togolais se déchirent à nouveau au sujet des manifestations annoncées pour le 12 janvier prochain. La marche nationale prévue par le regroupement politique sera finalement circonscrite dans le périmètre de la capitale togolaise. Le ministre de l’administration territoriale autorise les manifestations à Lomé mais les refuse à l’intérieur du pays. Pour Payadowa Boukpessi, la coalition n’a pas fourni les informations légales concernant les localités en région devant accueillir les manifestations.

C'est la période des réunions refusées pour le Mouvement Les Forces Vives "Espérance pour le Togo". Le ministre en charge de l'administration territoriale vient à nouveau d'interdire la conférence de presse que le Mouvement a prévu  lundi 24 décembre, après avoir refusé son meeting de sensibilisation la semaine dernière. Payadowa Boukpessi estime qu'il n'a été pas informé de la conférence de presse des Forces Vives. Que dit la loi du 16 mai 2011 à ce sujet ?

Les personnes handicapées craignent que le nombre d’handicapés gonfle au Togo. Touchées par le regain de violences dans les manifestations depuis samedi, ces personnes lèvent la voix et préviennent  les acteurs politiques qu’ils sont en train de fabriquer gratuitement d’autres handicapées. C’est le Réseau des Journalistes et Communicateurs sur le Handicap au Togo (RJCHT) qui fait part de leur inquiétude.

«Effectivement, le chef d’Etat-major général, comme à l’accoutumée, lorsqu’il y a un dispositif de sécurité sur le terrain, il sort pour vérifier l’efficacité. Quand il a évolué, il est tombé sur la barricade. Le véhicule a manœuvré pour faire marche-arrière. C’est au moment de la manœuvre qu’il a aperçu que l’escorte qui était derrière avait sorti l’arme sans en faire usage. Il lui a intimé l’ordre de ranger l’arme et ils ont rebroussé chemin ».

OTR