Ad Top Header

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition ne jure que par une médiation extérieure pour participer au dialogue politique annoncé. Pour ce regroupement de l’opposition togolais, le gouvernement n’est pas qualifié à mener les consultations ni à convoquer le dialogue. La raison évoquée est le manque de confiance entre les acteurs. Le président du Parti des Togolais l’a encore réitéré jeudi. De même, Nathaniel Olympio invite Faure Gnassingbé à réaliser qu’il partira prochainement et l’exhorte à résoudre la crise pour le bien-être des populations togolaises.

Le Colonel Yark Damehame a dénoncé mardi la vente et la consommation des stupéfiants notamment l’herbe du cannabis sur les points de départ et de chute des manifestations publiques qu’organise l’opposition togolaise ces derniers temps. Le ministre de la sécurité et de la protection civile  invite et les organisateurs des marches et les forces de sécurité à collaborer pour mettre fin à ce phénomène.

Les conducteurs du Togo  pourraient enfin fédérer les énergies pour contribuer à la  promotion de leur secteur et surtout trouver des solutions aux difficultés auxquelles ils sont confrontés. Ils ont porté sur les fonts baptismaux vendredi à Lomé  l’Union des Conducteurs et Transporteurs Togolais (UCTT). Le nouveau syndicat  exhorte les acteurs politiques à vite trouver une solution à la  crise sociopolitique qui secoue le Togo depuis le 19 août pour favoriser un bel essor de ses activités.

Lors de la conférence de presse animée jeudi par le gouvernement, le ministre de la sécurité et de la protection civile, Damehame Yark est revenu sur les évènements qui ont suivi la manifestation organisée samedi dernier par la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition dans la ville de Lomé. Des manifestants qui rentraient chez eux après le meeting de la Plage ont été déviés au Carrefour 3K et au niveau d’Attikoumé ; ce qui a dégénéré. Pour le Colonel Yark, ces évènements déplorables sont dus à une incompréhension.

Le Colonel Damehame Yark est toujours préoccupé par le fait que des armes soient emportées par les militants de l’opposition au cours des manifestations que connait le  Togo ces derniers mois. Le  ministre de la sécurité et de la protection civile a de nouveau évoqué  lundi le sujet  devant le Secrétariat du Traité sur le Commerce des Armes (TCA). Il  sollicite l’appui  de ce dernier à retrouver ces armes.

Il s’est tenu à Lomé lundi, le 18e dialogue politique entre le gouvernement togolais et l’Union Européenne. La session a permis aux deux parties d’aborder les questions sociopolitiques majeures de l’heure, la migration, les retombées du sommet Afrique-Europe, notamment. Les débats ont été dirigés par le Professeur Robert Dussey, Chef de la diplomatie togolaise et de Cristina Martins-Barreira, la cheffe de la délégation de l’Union Européenne au Togo.

Les deux derniers jours, la coalition des 14 partis politiques de l’opposition a pu manifester à Lomé et en région. En général, ces manifestations se sont déroulées pacifiquement. Faisant le bilan de celles de jeudi, le ministre de la sécurité a salué les efforts des acteurs qui ont œuvré pour la tenue de manifestations sans heurt. A l’occasion, Yark Damehame était revenu sur une des plaintes des partisans de l’opposition et a estimé qu’il n’est pas question de laisser certaines personnes réaliser leurs intentions.

Le président nigérian Muhammadu Buhari s’est exprimé jeudi sur la crise politique qui s’enlise au Togo. Alors que la sous-région a tout mis en œuvre pour qu’un dialogue inter togolais puisse se tenir rapidement pour résoudre la crise, pouvoir et opposition peinent encore à se mettre d’accord sur les modalités des discussions. Une situation qui inquiète les autres pays de la région dont le Nigéria.

La coalition des 14 partis politiques de l'opposition togolaise entame une nouvelle série de manifestations publiques de trois jours à partir de ce mercredi  toujours pour exiger essentiellement le retour à la constitution originelle de 1992. Comme il aime si bien le faire depuis un bon moment à la veille de chaque marche, Tikpi Atchadam a encore remobilisé les troupes  de l'opposition. Le leader national du PNP a cette fois demandé aux militants de l'opposition de garder  le cap en vue de réaliser  un exploit digne qui sera écrit dans les grandes annales de l'histoire contemporaine de l'Afrique.

<

Le Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD) et le Mouvement des Jeunes pour la Paix (MJP) viennent d'achever  leur meeting de sensibilisation de trois jours sur la paix. Après la mini tournée qui a sillonné certaines périphéries de la capitale, ils se sont retrouvés samedi à Adéwui où ils ont entretenu la jeunesse sur la "Culture de la paix et manifestations publiques: libertés et responsabilités". Occasion aussi pour Kovi Adanbounou et compagnie d'endosser la responsabilité des violences qu'a connues le Togo ces derniers temps à l'opposition.

OTR