Ad Top Header

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro crie toujours au voleur. A quelques jours de la prestation de serment de Faure Gnassingbe, il hausse le ton et révèle que la victoire de son candidat au scrutin présidentiel du 22 février  a été confirmée par un  éminent membre d'UNIR. Le prélat accuse les membres de la CENI et de la Cour constitutionnelle à qui il demande de venir se confesser.

La Dynamique Mgr Kpodzro ne lâche pas l’affaire. Alors que son candidat et les autres leaders sont placés sous contrôle judiciaire et interdits de parler de la dernière élection présidentielle, la branche internationale de l’organisation maintient le flambeau de la contestation du régime togolais. Dans un long message diffusé lundi à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance du Togo, la Dynamique entend « combattre Faure Gnassingbé sur tous les fronts » pour que l’alternance soit une réalité.

Arrêtés mardi dernier et conduits manu-militari à la gendarmerie, Agbeyome Kodjo et ses soutiens ont été libérés vendredi, tard dans la soirée. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire. Le juge d’instruction en charge de leurs dossiers leur a interdit la contestation de la victoire de Faure Gnassingbé.

L’ancien Premier ministre, Agbeyome Kodjo arrêté manu-militari mardi dernier par des soldats togolais a été libéré vendredi nuit. Brigitte Adjamagbo-Johnson et Fulbert Attisso, des co-accusés du candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro ont également recouvré leur liberté.

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) exprime sa désolation de ne pas pouvoir  intervenir  dans l’arrestation de l’opposant togolais Agbéyomé Kodjo. Pour Jean-Claude  Brou, l’institution sous-régionale ne peut pas porter un jugement sur le dossier du candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro retenu depuis mardi au Service central de recherches et d’investigations criminelles de la gendarmerie nationale.

Les habitants de la maison d’Agbeyome Kodjo ne sont pas au bout du supplice. Le domicile a enregistré jeudi une nouvelle visite inattendue d’une horde de soldats alors que le propriétaire est gardé à la Gendarmerie depuis mardi. Dans le même temps, Fulbert Attisso et Brigitte Adjamagbo-Johnson qui ont répondu à la convocation du SCRIC jeudi sont priés d’y retourner vendredi.  

Le supplice continue pour la Dynamique Mgr Kpodzro, organisation ayant soutenu la candidature d’Agbeyome Kodjo à la dernière élection présidentielle. Après l’arrestation spectaculaire de l’ancien Premier ministre et un dur interrogatoire imposé à Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, la Gendarmerie vient de convoquer Fulbert Attisso, le président du parti Le Togo Autrement et Brigitte Adjamagbo-Johnson, la Secrétaire générale de la CDPA.

Des Églises méthodistes, évangélique presbytérienne et catholique du Togo ont décidé d'aider à décrisper la tension socio-politique au Togo. Elles annoncent une rencontre éminente avec des acteurs politiques. Mais d'ores et déjà, elles rassurent que la libération d'Agbeyome Kodjo rendraient les choses faciles.

Les conditions dans lesquelles Agbeyome Kodjo a été arrêté mardi sont décriées par plusieurs acteurs. Mais pour le gouvernement togolais les choses ne pouvaient se passer que de cette façon. Le ministre de la Fonction publique qui se prononçait mercredi sur le sujet affirme que le candidat de la dynamique Mgr Kpodzro à l’élection présidentielle du 22 février n’est pas malade. Gilbert Bawara, qui égratigne les évêques, accuse le Président du MPDD d’avoir défié l’autorité de l’Etat et de la justice.

Essolissam Poyodi s’est prononcé sur l'arrestation manu militari de Gabriel Agbeyome Kodjo. Le procureur de la République justifie la descente "musclée" des soldats chez l'ancien Premier ministre par le fait qu'il a eu à décliner des invitations du Service central de recherches et d'investigations criminelles de la gendarmerie nationale (Scric). Le magistrat indique que  l'enquête judiciaire suit son cours normal.

OTR