Ad Top Header

Demagna Kongo licencié abusivement depuis plus de dix (10) ans par Ethiopian Airlines n’en peut plus. Le dénuement dans lequel il est plongé depuis 2011 s’accentue suite aux nombreuses acrobaties d’Ethiopian Airlines visant à empêcher l’exécution de la décision rendue par la justice togolaise. Dépassé par les évènements, le togolais saisit le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé.

C’est une affaire qui défraie la chronique depuis bientôt dix ans. Pourtant, elle été tranchée par la justice togolaise à tous les niveaux jusqu’à la Cour suprême. Ethiopian Airlines condamnée pour avoir licencié abusivement un togolais refuse de s’exécuter. La compagnie éthiopienne ayant versé dans du chantage met à rude épreuve l’autorité des institutions républicaines togolaises. Même les tentatives de règlement à l’amiable peinent à aboutir pour cause de la condescendance de Ethiopian qui se prévaut des relations à la Présidence togolaise. La justice togolaise a-t-elle toujours son autorité ?  

Accusée d’être responsable du crash du Boeing 737, Ethiopian Airlines réagit et indique qu’elle fait partie des compagnies les plus sérieuses au monde. La compagnie africaine demande à cet effet à ses contempteurs de laisser l’enquête suivre son cours normal pour ne pas tomber dans des spéculations et déclarations fallacieuses.

Un Boeing 737 de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines s’est écrasé dimanche en Ethiopie quelques minutes seulement après son décollage. Il avait à son bord 157 personnes (149 passagers et 8 membres d’équipage). Aucun des passagers, dont un citoyen togolais, n’a survécu à l’accident.

OTR