1

Agbéyomé Kodjo, pourquoi croit-il encore que les réformes seront faites ?

Le Président national de l’Organisation pour bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) croit toujours à la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles. Invité lundi de Victoire Fm, Gabriel Agbéyomé Kodjo a laissé entendre que les réformes sont encore possibles avec la mise en place de la commission de réflexion sur les réformes présidée par Awa Nana-Daboya. 

Selon le Président national de l’OBUTS même si le Chef de l’Etat a dit sur les antennes de la Deutsche Welle qu’il faudrait que les universitaires réfléchissent sur la question des réformes avant leur opérationnalisation, il y a  toujours de quoi  croire que celles-ci se feront. 

Agbéyomé Kodjo invite à cet effet la classe politique à savoir raison garder et faire confiance au Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN). 

« Dans quelques jours, nous aurons un atelier national qui posera le problématique lié aux réformes. Si au terme de la réunion, il n’y a pas de conclusions assez fortes qui rassurent les Togolais, en ce moment-là nous pouvons nous prononcer valablement et dire que le Chef de l’Etat et sa formation politique sont hostiles aux réformes », a-t-il démontré. 

L’ancien Premier Ministre de Gnassingbé Eyadèma a prouvé par la suite que depuis la signature de l’APG s’il y avait une forte volonté politique et une organisation conséquente de l’opposition les réformes auraient été déjà opérées. 

« J’ai l’habitude de dire que lorsque l’APG a été signé en 2006, l’Assemblée Nationale qui était en activité devrait exiger que la constitution modifiée de 1992 puisse être remise  à son endroit », a ajouté M. Kodjo. L’homme interviendra au tout prochain atelier national du HCRRUN sus cité.

Il fustige les postures d’une certaine opposition qui de tout temps posé des obstacles pour que les réformes ne soient toujours pas faites. Ce qui permet désormais à Faure Gnassingbé de rester au pouvoir au-delà de 2020.

L’ancien Premier Ministre estime que dès lors qu’il n’y a aucune crainte pour le président de la République de rester au pouvoir au-delà de 2020, parce que la loi ne dispose que pour l’avenir, l’opposition doit tout mettre en œuvre pour avoir les réformes sans commettre les mêmes erreurs.

Pour lui, l’opposition doit se rassembler pour mettre en place une dynamique forte qui doit faire face au pouvoir parce que, dit-il, « la politique est une question de rapport de forces ». 

M. Kodjo dénonce la banalisation de la marche qui était par le passé un puissant instrument de pression sur le pouvoir. Il appelle à questionner les méthodes infructueuses et à reprendre celles qui ont fait leurs preuves de par le passé à l’instar de la mobilisation au niveau du Collectif sauvons le Togo (CST).

En ce qui concerne la question de la décentralisation, le patron d’Obuts demande au gouvernement d’écouter les partis d’opposition afin d’analyser la viabilité de la commune avant de procéder au découpage. Par ailleurs, il propose l’ouverture d’une filière à l’Ecole nationale d’administration (ENA) pour la formation des administrateurs de communes.




Environnement: Futur Foundation reboise le CEG Avénou

L’ONG Futur Foundation ne s’est pas contenté seulement du statut de partenaire de la Quinzaine de l’Environnement et du Développement Durable (QUEDD) initiée par l’ANGE et Valora Solution & Services. A la clôture de cet événement vendredi  l’ONG a joué un rôle de premier plan en mettant en terre des plants au CEG Avénou.

Environ 100 plants ont été mis en terre par l’ONG Futur Foundation en collaboration avec le Programme de Micro financement du Fonds pour l’Environnement Mondial au CEG Avénou dans la ville de Lomé. 

L’initiative est de mèche avec le Programme dont l’objectif est d’accompagner les communautés dans leurs efforts de gestion des ressources naturelles et de protection de l’environnement. 

« Conformément à notre Programme, nous voulons faire la restauration de la diversité biologique et contribuer au reboisement des établissements scolaires », a indiqué Koffi Atri,  Coordonateur national du Programme.

Pour la circonstance diverses espèces de plants entre autre les pleureuses et les manguiers ont été mis en terre. 

Pour Bamipo Kolani,  vice-président du Conseil d’Administration de Futur Foundation, une telle activité est perçue comme un impératif pour l’ONG qui veut à tout prix s’impliquer d’une autre manière aux activités du QUEDD.  » Malgré le fait que nous sommes partenaires de l’événement, nous ne voudrons pas rester en marge des activités foraines programmées;  notre choix a porté sur le reboisement », a-t- il laissé entendre.

En prélude à cette opération de reboisement,  les initiateurs ont sensibilisés les élèves et les enseignants dudit établissement sur les actes quotidiens à poser pour une gestion durable des ressources naturelles, l’un des objectifs crucial de la QUEDD.

Le reboisement du CEG Avénou clore ainsi la QUEDD 2016 qui a eu lieu du 05 au 17 juin.




Sida: renforcement de la riposte au niveau de 4 villes du Togo

Lancement jeudi à Lomé d’une opération de renforcement dans la lutte contre la pandémie du VIH/SIDA dans quatre (4) villes du Togo. L’initiative est du Conseil National de Lutte contre le Sida (CNLS) de concert avec l’Union des Communes du Togo (UCT). L’opération s’inscrit dans le cadre des efforts enclenchés au plan national  pour parvenir à l’objectif 90-90 -90 de l’ONUSIDA.

En  décembre 2014, les maires du Togo tout comme beaucoup d’ailleurs du monde entier ont signé à Paris une déclaration qui les oblige à éradiquer définitivement la pandémie du VIH/SIDA dans leurs villes respectives. Cette signature fait engager l’UCT à se conformer à l’objectif 90-90-90 de la communauté internationale qui veut que d’ici 2020, 90% des personnes vivant avec le VIH/SIDA connaissent leur séropositivité, 90% des personnes conscientes de leur statut sérologique soient mises sous traitement  antirétroviral  et que  90% des personnes sous traitement aient une charge virale indétectable. 

C’est donc dans le souci de rester fidèle à cet engagement que les deux entités entendent renforcer la lutte contre cette maladie dans les de  Lomé, d’Atakpamé, de Sokodé et de  Kara, des villes dont le taux d’infection est plus inquiétant.

 » Ces villes, parce qu’elles sont les plus infectées; ce qui montre que  le milieu urbain est deux fois plus infecté que le milieu rural », a expliqué Vincent Pitché, Coordonnateur du CNLS. Le choix stratégique de ces quatre villes est de mèche avec le plan stratégique 2016- 2020 du Conseil qui préconise la décentralisation des activités et le renforcement de la lutte dans les villes. 

Ainsi dans ces localités, il sera intensifié des campagnes de  sensibilisation sur le VIH/SIDA et la distribution des  préservatifs. 

Le Togo fait partie des pays ayant réduit de moitié à l’espace de 10 ans le taux de prévalence du VIH/SIDA. L’autre fait notable est que de nos jours la prévalence est de  3,5% en milieu urbain et de  1,6% en milieu rural.




Logoutrac, le mini-tracteur togolais qui va booster le secteur agricole

Logou Concept Togo (LCT) vient d’accoucher d’un nouveau bébé en matière d’innovation technologique. Après « Foufoumix » et « Pat-max », la société met désormais sur le marché un mini tracteur togolais baptisé « Logoutrac ». Cet engin censé faciliter la mécanisation de l’agriculture nationale a été présenté à la presse jeudi à Lomé.

Logoutrac, est un mini-tracteur made in Togo. Avec une puissance de 13 chevaux, il a la capacité de labourer un hectare (1ha) en quatre heures de temps et ne peut consommer que  10 litres de gasoil.

Robuste mais facile à conduire l’engin est bien adapté pour la petite  mécanisation. Fini donc chez le  paysan togolais, les soucis d’aspersion d’herbicides, de semence ou désherbage, de dessouchage ou encore le girobrouyage.  

« Je veux que le cultivateur togolais lui aussi à son retour du champs dans la soirée puisse affirmer qu’il a fait un ou deux hectares comme c’est le cas chez celui des pays développés », tel est le souhait de Minsob Logou, Directeur Général de LCT.

Le prix de sa machine n’est pas encore fixé, mais à ce stade de la réalisation de ce chef-d’œuvre il rassure que le prix du kit comprenant le mini-tracteur et les accessoires tournera autour de trois millions de francs CFA (3.000.000 FCFA). 

Avec une durée de vie oscillant entre 10 à 15 ans, Logoutrac est fruit de 15 ans de recherche.

LCT est un groupe de recherches, d’inventions et d’innovation technologiques. Il a déjà fait ses premières avec l’invention d’une machine à foufou, Foufoumix et la machine à préparer la pâte, Pat-mix toujours disponibles sur le marché à des prix très abordables.




e-gouvernement: Plus de 200 km de fibre optique déployés à Lomé

Les travaux préparatoires pour le démarrage effectif du projet e-gouvernement se poursuivent. Après avoir déployé plus de 200 km de génie civile dans la ville de Lomé, les exécutants du projet ont rencontré  mercredi à Lomé les points focaux des différents ministères et les institutions de la république. 

Selon les premiers responsables de E-Gouvernement la rencontre du jour vise à échanger avec les partenaires. « Il est important pour nous de rencontrer tous les points focaux qui sont nos partenaires du projet parce que c’est chez eux que nous déposons nos équipements », a éclairé Messah Amouzou, Coordonateur du projet.

Avec ses points focaux des différents ministères et des institutions de la république, l’équipe pilote du projet s’est attendue sur comment gérer ces équipements. 

En outre, les éventuels problèmes qu’ils rencontrent jusque-là dans la phase test du projet ont été passés au peigne fin.

Lancé il y a bientôt deux ans, le projet E-Gouvernement entend relier tous les services de l’administration publique togolaise par un réseau de fibre optique pour des besoins de connectivité et de fluidité de l’internet entre autres.

Le projet est pour l’heure à la phase test mais d’ores et déjà il se montre prometteur.

« Nous avons déployé plus de 200 km de génie civile dans la ville de Lomé; nous avons relié environ 500 bâtiments et si nous voulons nous prêter au jeu de petit calcul nous pouvons affirmer sans doute que nous avons déjà pris en compte dix mille (10.000) utilisateurs de l’administration supposé qu’il y a dix (10) prises informatiques dans chaque service », a annoncé M. Amouzou. 

Le coût global du projet est de 25 millions de dollars. Son démarrage effectif est attendu à la fin du 3eme trimestre de l’année en cours.




Jean-Pierre Fabre et l’ANC décentralisent les manifestations

L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) annonce la décentralisation très bientôt de ses manifestations. Après le meeting d’information du samedi dernier à Djifa-Kpota animé par la jeunesse du parti, Jean Pierre Fabre et les siens entendent mettre le cap sur Tsévié et Togbékopé prochainement.

Dans la préfecture de Zio, Tsévié précisément, la jeunesse de l’ANC va animer le 18 juin prochain un autre meeting d’information et d’explication à l’intention de leurs militants de ladite localité.

Au menu, le décryptage de l’actualité politique, sociale et économique du Togo, le processus « contesté » enclenché par le chef de l’État dans le cadre de l’épineux sujet de la décentralisation et les démarches entamées par le CAP 2015 en général et l’ANC pour arriver à tant aux réformes politiques. 

Le même exercice va être répété le lendemain à Togbékopé, une banlieue de la capitale togolaise. 

Et comme si pour  couronner le tout, le parti à la couleur orange sera de nouveau  avec ses pairs du CAP 2015 dans les rues de Lomé le 25 juin. Pour la troisième fois consécutive cette année, ils vont battre davantage les pavés pour exiger du pouvoir les réformes institutionnelles et constitutionnelles.




Près de 200 000 candidats à la conquête du premier diplôme togolais

199 751 candidats ont débuté mardi sur toute l’étendue du territoire togolais l’examen du Certificat d’Étude du Premier Degré (CEPD). Pour constater le démarrage effectif de ses épreuves, le ministre des enseignements primaire et secondaire s’est rendu tôt le matin dans certains centres d’écrit  de Lomé.

La tournée  de circonstance a amené le  ministre Komi Tchakpélé et sa délégation respectivement à l’EPP Aflao-Gakli, à l’EPP Batomé et à l’EPL La Source. Partout ils ont félicité et encouragé les jeunes candidats de quoi leur rehausser le moral. 

Avec une variation de 9,51% par rapport à l’année précédente les inscrits de la session 2015-2016 sont pour le ministre une suprise agréable.  »  La première impression qui me vient à l’esprit c’est le jeune âge des candidats. Dans certains centres je me suis demandé s’il s’agissait réellement d’un examen du CEPD ou d’un examen de passage du CP1 au CP2. Ma seconde surprise est basée sur la parité homme et femme », a exprimé Komi Tchakpélé.

Et parlons de la parité, les chiffres montrent que parmi les 199.751 qui passent cet examen il y a 96 133 filles soit de 48,21% avec une augmentation de d’environ 2% par rapport à l’année passée. 

Du côté des candidats, la sérénité et la confiance y est après la première épreuve d’ « Étude de texte ». 

 » L’étude de texte que nous avons fait est très facile. Je n’ai pas peur et je sais que je vais réussir à la fin », nous a confessé Daba Bakote, rencontré au centre d’écrit d’EPL La Source. 

Le CEPD est le premier diplôme scolaire de  ces jeunes candidats et leur ouvre les portes du Collège.




Don de l’Afrikom contre le trafic de drogue et la criminalité

L’Afrikom par le biais de l’ambassade des Etats Unis d’Amérique (USA) au Togo vient d’offrir au Togo de matériels sécuritaires. Ce don a été reçu lundi au ministère de la sécurité et de la protection civile par le Colonel Yark Damehane.  Le don est composé essentiellement de gilets par balles, de casques anti-balles, de lunettes de protection, de chaussures tactiques, de matériels de projection et de trois véhicules.

Évalué à environ 300 millions de francs CFA, ce don vise le renforcement de la lutte contre le trafic illicite des drogues et la criminalité transnationale au Togo.

Au-delà de ce rôle, le ministre Yark lui attribue une autre dimension. « Ce don va non seulement renforcer les relations entre la coopération sous régionale mais aussi aider à renforcer la sécurité sur le territoire national », a indiqué le Colonel Yark Damehame. 

Ce même matériel a été déjà  octroyé à deux pays voisins de la sous-région que sont le Bénin et le Ghana. Et ceci dans le cadre du projet de soutien à ces trois pays de la sous-région, piloté par Afrikom de l’armée américaine.

Avec un tel projet l’ambassade des USA veut soutenir les efforts des trois nations frontalières dans la sauvegarde de la paix et la sécurité sur leur territoire.




Pépite d’or pour le génie et les qualités d’entrepreneurs des jeunes

Le gouvernement togolais face au défi de l’emploi a mis en place des mécanismes pour promouvoir l’entrepreneuriat chez les jeunes. Parallèlement à cette politique, l’Agence Maxkom a lancé  samedi à Lomé « Pépite d’or » dont le but est d’éveiller en la jeunesse estudiantine le génie et les qualités d’entrepreneurs.

L’initiative s’inscrit dans le cadre de la 5ème édition de la foire Adjafi.  « Pépite d’or » se veut un challenge inter-écoles de talent entrepreneurial. Il entend révéler les talents et développer le goût d’entreprendre dans vingt écoles de formation supérieure qui vont y participer. 

 » Nous voulons diffuser l’esprit d’entrepreneur au sein de la jeunesse estudiantine, éveiller en eux le génie et le qualités d’entrepreneurs et aussi distinguer et encourager les meilleures idées d’entreprises », a expliqué Lamine Agossou, Président du Comité d’organisation. 

Pour participer à ce challenge, chaque école est conviée à présenter une équipe de 3 à 5 étudiants qui va concevoir un projet innovant. A la cinquième  foire Adjafi qui a lieu en août prochain,  les projets sont présentés dans de différents stands et sont soumis à une évaluation selon les critères définis dans le règlement de la compétition. A la suite de cette présentation  dix meilleurs sont retenus pour le grand oral qui a donné l’occasion à chacun de défendre la pertinence de leur projet. Des dix projets présentés au grand oral, trois sont primés, synonyme des vainqueurs de « Pépite d’or ».

Le premier va gagner une enveloppe de 2.000 000 (deux millions) FCFA, le second quant à lui va partir avec 1.000.000 (un million) FCFA contre 500.000 (cinq cent mille) FCFA pour le troisième établissement d’enseignement supérieur.




La 13e FIL, la Foire Made in Togo et le salon des cosmétiques lancés

La 13ème édition de la Foire Internationale de Lomé (FIL)  a lieu du 18 novembre au 5 décembre 2016 sous le thème : « Promotion de l’agro-industrie, gage de développement économique ». En prélude à celle-ci deux autres  événements de grande  envergure que sont  la Foire « Made in Togo » et le Salon International des Cosmétiques et de la Beauté sont prévus. 

Ces trois événements ont été lancés jeudi à Lomé par le ministre en charge de l’agriculture en présence de l’Ambassadeur de la République Arabe d’Égypte au Togo, pays invité d’honneur de la FIL 2016. 

Ouverte aux opérateurs économiques du Togo, de la sous-région et du reste du monde, la 13ème FIL offre aux participants des plusieurs opportunités entre autres la promotion des échanges de produits et services de tous les secteurs d’activité économique des pays de la sous-région et des autres continents, l’accroissement du niveau de l’activité commerciale entre les pays de la sous-région et les possibilités de rencontres entre professionnels et spécialistes pour un développement de leur activité commerciale.

L’événement a lieu au CETEF « Togo 2000 » et en  inclut deux autres faisant état d’une des plus grandes innovations que la FIL vient de connaître depuis treize éditions.  La première est la Foire « Made in Togo » qui se tient du 22 juillet au 2 août prochain. 

Selon le directeur général du CETEF Togo, Kueku-Banka Johnson, la Foire Made in Togo répond à la nécessité de rendre visible les produits locaux afin d’être connus sur le marché international. Elle entend donc promouvoir les produits agroalimentaires, la culture, l’élevage et l’entrepreneuriat chez les jeunes togolais.

A la Foire « Made in Togo », vient s’ajouter le Salon International des Cosmétiques et de la Beauté de Lomé attendu du 15 au septembre 2016. Pendant trois jours, il offre l’occasion au monde togolais de la cosmétique de se faire connaître. Il a été choisi à cause des avantages qu’il pourra apporter au plan sanitaire à la population et des intérêts du fait de la probable utilisation des matières premières locales pour leur fabrication. 

La FIL 2016 a pour pays invité d’honneur la République Arabe d’Égypte qui à travers son Ambassadeur se montre déjà rassurant.

« Nous comptons faire de cet événement un succès sans précédent par le nombre des exposants et la qualité des produits à présenter au public africain », a indiqué Mohamed Karim Shérif.  

Le ministre Ouro-Koura Agadazi, a quant à lui rassuré le pays invité d’honneur qu’un bon accueil lui sera réservé.

{loadmoduleid 233}