1

La LCT appelle à des solutions aux manquements graves dans les TIC

La communauté internationale célèbre ce 17 mai la journée mondiale des télécommunications sur le thème : « l’entreprenariat dans le secteur des TIC au service du progrès social ». Au Togo, l’occasion a été pour la Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) d’exhorter les autorités nationales à trouver une solution idoine aux différents manquements graves constatés dans le domaine des TIC au Togo.

Dans son message rendu public le mardi 17 mai, la LCT note avec regret que beaucoup de choses restent encore à parfaire pour satisfaire les consommateurs togolais dans le domaine des NTIC.

« Le Togo notre pays est dans une situation monopolistique dans le secteur des télécommunications, animé  par Togo Télécom et sa filiale Togo cellulaire » a  mentionné le message.

Pour LCT il est tant que l’Etat procède à la libération des TIC au Togo  en favorisant la venue de nouveaux opérateurs de téléphonie mobile. 

L’association d’Emmanuel Sogadji souligne  aussi l’insatisfaction des consommateurs sur le plan de qualité de l’internet, la couverture du réseau, les coûts d’accès exorbitants et les traitements réservés aux consommateurs de la part des sociétés concernées.

Au regard de tout cela, la LCT recommande entre autres la réduction des coûts de communication et de l’internet; le traitement des différentes plaintes des consommateurs via associations et l’annulation des promotions nocturnes qui par doigté ne profitent à personne. 

La journée mondiale des télécommunications est commémorée chaque 17 mai en vue de faire un bilan des avancées obtenues dans le domaine.

 




Denyigba Nyo se redynamise pour la cause des couches sociales les plus démunies

L’ONG Denyigba Nyo s’est faite peau neuve avec l’installation officielle mardi à Lomé d’un nouveau Bureau Exécutif. Ce nouveau bureau chapeauté par un président du Conseil d’Administration s’est donné comme défis le relancement et la redynamisation des activités de l’ONG.

Autrefois appelé SOS Enfant Déshérité, Denyigba Nyo est une organisation à but lucratif qui a toujours volé au secours des couches sociales les plus démunies.

L’ONG a déjà aidé un nombre important de jeunes filles et de jeunes à faire des apprentissages entre autres  en couture, et  en coiffure.

L’installation d’un nouveau bureau exécutif de trois membres ce jour veut amener les premiers responsables à aller  au-delà de ces activités et surtout  s’insuffler un nouveau dynamisme.

Désormais l’ONG opte pour une participation populaire au développement et à l’éducation pour tous et pour la gestion des quartiers par les communautés elles-mêmes.

« Nous allons prochainement travailler avec les chefs quartiers, les CDQ pour le développement de nos différents quartiers », s’est engagé Kokou Aziatrogo, président du Conseil d’Administration du nouveau bureau.

Ceci dit, l’ONG se plonge ainsi dans la reprogrammation de ses activités qui viseront entre autres  à promouvoir la notion de citoyenneté chez les citoyens togolais. 

« Grande sera notre joie de travailler avec Denyigban Nyo…sauf que pour le moment je leur demande seulement de bien vouloir respecter à la lettre leur programme à notre endroit », a indiqué Togbui Mawouko Aklassou.




La CNSC-Togo à l’avant-garde de l’action citoyenne au Togo

La Concertation Nationale de la Société Civile du Togo (CNSC -Togo) n’est pas restée en marge de la célébration de la Journée Mondiale de l’Action Citoyenne de cette année. A l’occasion  de cette journée, avec l’appui financier de World Alliance For Citizen Participation (CIVICUS) elle a organisé samedi 14 mai à son siège à Lomé une journée porte ouverte pour amener la société civile à continuer par réfléchir à  l’espace citoyen et un forum sur la liberté d’association, d’expression et de réunion au Togo.

« Nous nous sommes réunis au sein de la CNSC-Togo pour témoigner de notre vivacité et redonner confiance aux citoyens, les rassurer qu’ils ne sont pas seuls dans la promotion des actions  citoyennes et surtout leur  rappeler que la citoyenneté refuse tout ce qui est amorphe ». C’est en ces termes que Jacqueline Agounké, Presidente du Conseil d’Administration de la Concertation a expliqué  le bien-fondé de la commémoration de la journée mondiale de l’action citoyenne de cette année au Togo.

Ainsi, grâce à cette célébration, son association a offert l’opportunité à certaines organisations de la société civile togolaise en particulier les organisations membres de la CNSC-Togo de faire des expositions pour présenter leur structure et les actions menées sur le terrain.

Parallèlement, un forum a été tenu à l’intention des activistes et défenseurs des droits de l’homme, des professionnels de médias et des citoyens sur la liberté d’association, d’expression et de réunion au Togo.

C’était une tribune garantie aux uns et aux autres de réfléchir à la notion d’espace civique, comprendre leurs droits, soient davantage sensibilisés à l’importance de l’espace civique et à la nécessité de le surveiller et de le protéger.

L’ouverture de la journée a été faite par madame Messan, représentante du ministre de la justice chargé des relations avec les institutions de la République en présence du représentant de celui de la communication, de la culture, des sports et de la formation civique.

« La société civile est indispensable à l’essor de la démocratie participative. Notre grande richesse est dans cette mobilisation citoyenne qui entend donner une nouvelle dynamique à la société togolaise dans tous les domaines » a mentionné Madame Messan.

Pour rappel, la CNSC-Togo  est un réseau d’acteurs de la société civile et de mouvements sociaux au Togo.

Lancée en juin 2002, elle a pour mission de promouvoir la démocratie et l’Etat de Droit au Togo en renforçant la participation des communautés, avec l’appui des organisations membres.




L’énorme potentiel hydraulique du Togo confirmé par une étude égypto-togolaise

Le Togo et l’Egypte viennent à nouveau de mettre à profit l’excellente relation qui les lie. En effet grâce à la bonne coopération égypto-togolaise, deux experts égyptiens en hydraulique viennent de mener une étude prospective sur la maîtrise de l’eau dans le secteur agricole au Togo. Les résultats d’une telle étude, reconnue  d’emblée utile aux deux nations ont été présentés à la presse vendredi à l’ambassade de l’Egypte au Togo en présence du ministre togolais en charge de l’agriculture.

L’étude prospective sur la maîtrise de l’eau a été faite par Docteur Yasser et le Professeur Abdel Bary. 

Pendant deux semaines ces deux experts en hydraulique ont sillonné tout le  Togo. Dans chaque région du pays, ces experts ont avant tout,  approché les agriculteurs pour s’acquérir d’éventuelles difficultés qu’ils rencontrent dans l’exercice de leur activité avant de passer à l’essentiel.

Des découvertes ont été faites dans chacune des régions. Dans les savanes deux petits barrages hydroélectriques que sont Tantiegou et Dam dalaouk ont été décelés; idem pour Nangbeto et cascade de Kpimé dans les plateaux.

Alors que dans les centrales on a découvert une ferme agricole et à kara un terrain très riche, dans la région maritime beaucoup de ressources s’y trouvent. Outre les barrages, note-t-on la présence de système d’irrigation et une station de pompage d’eau à Agoméglozou.

Au terme de leur étude, les sieurs Bary et Yasser concluent qu’il n’y a  pas au Togo un réseau de canalisation d’eau adapté.

Tous ces résultats ne sont pas nouveaux pour le colonel Ouro Koura Agadazi de l’agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique.

« Nous avons été séduit par les résultats de cette étude prospective parce qu’elles confirment les chiffres de référence que nous avons à notre niveau » a déclaré M. Agadazi.

Une seconde mission est attendue bientôt à Lomé pour aider le gouvernement togolais à corriger les insuffisances relevées par cette étude et surtout aider à mobiliser au tant de ressources financières pour rendre l’eau disponible en tout coin du territoire afin d’accroître la production agricole dans le pays. 

Sur ce plan aussi, le Togo peut encore compter sur la République Arabe d’Égypte.

« Nous voulons développer une coopération sud-sud au mieux une coopération gagnant-gagnant avec le Togo. Nous sommes donc prêt à être à leur côté dans tous les domaines pour booster le développement de nos deux pays » a rassuré Karim Shérif, Ambassadeur d’Egypte au Togo.

 




ANIIT contre l’hypertension artérielle, le diabète et les hépatites virales

L’Association Nationale des Infirmiers et Infirmières du Togo(ANIIT) veut aider les Togolais à prévenir l’hypertension artérielle, le diabète et les hépatites virales. Pour ce faire, elle a organisé mercredi à Lomé une campagne de dépistage gratuit de ces maladies.

La campagne de dépistage gratuit de l’hypertension artérielle, du diabète et des hépatites virales de l’ANIIT  a eu lieu à la clinique Biasa sise à Lomé.

L’initiative vise à aider les uns et les autres à prévenir ces maladies et  s’inscrit dans le cadre de la célébration de la  journée internationale des infirmiers observée chaque 12 mai. 

« Ces trois maladies sont des maladies silencieuses graves qui nécessitent une prévention accrue. Voilà pourquoi nous avons jugé bon de sensibiliser nos populations sur leurs facteurs de risque » a indiqué Stéphane Tobossi, secrétaire général de l’ANIIT.

C’est aussi une occasion pour ces infirmiers et infirmières du Togo d’instruire sur les  signes annonciateurs des dites maladies et  le mode de vie qui leur est convenable.

Ce travail de sensibilisation sera continuel puisque l’association compte mettre sur place un service d’orientation pour le suivi de ceux dont les tests ont été révélés positifs. 

« Nous allons mettre sur pied un conseil qui va assurer le rôle de suivi. Sa principale mission va être de diriger les patients vers les  médecins spécialisés dans chacun des domaines » a laissé entendre Kochi Gagnon, infirmier. 

La présence campagne de l’ANIIT a déjà couvert l’intérieur du pays. Et demain jour même de la célébration, l’association organise à l’École Nationale des Auxiliaires Médicaux de Lomé une campagne de don bénévole de sang.




L’ANC renoue avec la rue pour exiger les réformes politiques

L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) entend renouer avec les manifestations de rue dans les prochains jours. Selon nos confrères de Togo vision, Jean Pierre Fabre et ses militants vont descendre de nouveau dans les rues dans les  jours à venir pour exiger du pouvoir les réformes. 

C’est le come-back dans les rues pour l’ANC qui y sera le 21 mai prochain pour obliger le pouvoir de Faure Gnassingbé à opérer les réformes  constitutionnelles et institutionnelles  sous peu.

Ces réformes politiques que préconise l’Accord Politique Global (APG) requièrent entre autres la limitation du mandat présidentiel à deux et l’adoption d’un scrutin uninominal à deux tours. 

Pour cette marche du 21 mai prochain, le parti orange aura ses côtés ses résidus du CAP 2015 que sont la CDPA de Kafui Brigitte Adjamagbo Johnson, le PSR d’ Abi Tchessa et l’UDS Togo d’ Antoine Folly.

L’ANC de Jean Pierre Fabre est reconnue pour ses diverses marches de rues depuis sa création en 2010. C’est une  stratégie propre à elle à travers laquelle elle exige soit  quelque chose du  gouvernement soit pour dénoncer. 

Sa derrière manifestation du genre remonte au 4 mars dernier où ses jeunes se sont retrouvés devant les locaux de  l’ambassade de la République Fédérale de l’Allemagne au Togo pour faire comprendre aux Allemands qu’ils ne profitent rien de la reprise de la coopération germano-togolaise.




Le Togo annoncé au 26e Forum économique mondial sur l’Afrique

Le 26ème Forum Économique mondial sur l’Afrique se tient du 11 au 13 mai prochain à Kidali au Rwanda. Le Togo sera présent à ce grand rendez continental par une forte  délégation que va conduire son président Faure Gnassingbé. 

Le Forum Économique mondial sur l’Afrique se tient chaque année pour évaluer l’impact transformationnel des technologies de l’information et de la communication sur l’économie et la société. 

Il est observé cette année sous le thème » la connexion des ressources de l’Afrique grâce à la transformation numérique ». 

L’occasion sera donc offerte à Faure Gnassingbé et à  ses homologues africains, au président de la Banque Africaine pour le Développement à l’ ex premier ministre britannique Tony Blair, au nigérian Tony Elumelu et Graça Marcel entre autres de réfléchir aux stratégies à mettre en œuvre pour propulser les transformations structurelles profitables aux économies du continent noir. 

L’opportunité sera aussi offerte aux participants de tisser des partenariats public-public pour faire booster le numérique dans leur pays respectif.

Le choix du pays de Paul Kagamé comme hôte de ce 26eme rendez-vous international sur le TIC s’explique par la place de choix qu’occupe l’économie  dans ce pays. 

Le Rwanda a l’une des économies les plus compétitives du continent et un réformateur dans l’amélioration de l’environnement des affaires.




Gogué: ‘C’est lorsque tous les Togolais se sentiront obligés de revendiquer les réformes qu’elles seront opérées’

Le Président national du parti politique ADDI, Alliance Démocratique pour le Développement Intégral n’est pas du tout fier que les Togolais aient  vite passé à l’as la dernière lettre des Evêques du Togo, les rappelant la nécessité des réformes politiques. Très préoccupé par le contenu de cette note, le Professeur Aimé Guogué a fait mercredi une intervention inopinée sur les réseaux sociaux pour dire brièvement ce qu’il pensait de ce document de quelques pages. Aimé Gogué justifie sa réaction au micro de Togo Breaking News dans l’interview ci-après.

Togo Breaking News : Quelle analyse faites-vous de la lettre des Evêques ?

Aimé Gogué : C’est une lettre qui sort de l’ordinaire. Même si cette lettre a trait à l’actualité je pense qu’elle sort de l’ordinaire, puisqu’elle interpelait toutes les couches sociales de ce pays : la classe politique, la société civile, les chrétiens et surtout nos gouvernants. C’est dans ce sens que je trouve qu’il est important que les Togolais  s’approprient de cette lettre  contenant  des idées essentielles.

Togo Breaking News : En tant qu’un des leaders d’une opposition interpellée, que comptez-vous faire au niveau de votre parti ?

Aimé Gogué : Ce que nous comptons faire  au sein de l’ADDI, avec la lettre, nous avons d’ailleurs déjà commencé, c’est de la distribuer à toutes nos fédérations ; leur demander de la lire attentivement et minutieusement. Après nous irons  expliquer à nos militants  son  contenu, ses objectifs et leur dire au fin de compte ce  qu’il faut en faire avec.

Togo Breaking News : Avez-vous oublié les revendications concernant les réformes constitutionnelles et institutionnelles comme l’estiment les Evêques ?

Aimé Gogué : Pour nous,  la question des réformes demeure d’actualité. Mais nous réalisons que,  aussi longtemps qu’on juge que  les politiques ne sont pas crédibles, nous ne pouvons pas avancer. Nous, depuis longtemps on a voulu parler des réformes mais on se dit à quoi cela servira quand tout le temps on  est taché d’incrédules. Le fait frappant, c’est que lorsque j’ai battu campagne lors de la dernière élection présidentielle, j’ai remarqué que partout au Togo, que les gens soient de l’UNIR, de l’UFC, de l’ADDI et autres, tous veulent les réformes. Cependant si quelqu’un,  traité d’incrédule parle de quelque chose que tout le monde veut, il va de soi que cela n’aura pas de succès. C’est seulement  lorsque tous les Togolais qui se sentent concernés par ces réformes se sentiront obligés de les revendiquer, que celles-ci pourraient être opérées.

Nous, nous  sommes quand même  en train de penser à des initiatives que nous allons prendre dans ce sens, mais aussi longtemps que les Togolais ne se sentent pas concernés, cela donnera les mêmes résultats que lorsque nous avons introduit la proposition de loi portant révision de la constitution à la veille de l’élection.

Togo Breaking News : Pour vous l’opposition ne devrait pas être tenue tout le temps pour responsable des échecs. Que pensez-vous que les autres composantes de la société et le pouvoir doivent faire pour sortir de l’impasse ?

Aimé Gogué : D’abord le pouvoir doit savoir qu’on ne  dirige pas un pays en faisant seulement tout pour rester au pouvoir ; c’est totalement inadmissible et c’est seulement au Togo où on voit ça. C’est aussi  extrêmement grave que la jeunesse interprète le fait que le pouvoir appartient tout le temps aux mêmes personnes signifie  que l’opposition est incapable d’avoir une stratégie conséquente. Quand on est ministre c’est pour servir le peuple, comprendre les besoins de la population et agir.

La population quant à elle doit pouvoir exprimer clairement ce qu’elle veut. Ne pas se confiner chez soi pour dire que l’opposition seule n’a qu’à revendiquer ; chacun doit se lever pour revendiquer. Regarder les Organisations de la Société Civile, j’ai été choqué, je leur avais dit en 2010 ; d’aller observer les élections, c’est bien. C’est comme si vous êtes là, vous voyez quelqu’un qui va voler, vous attendez pour constater qu’il a volé, à quoi ça sert pour la société ? Empêcher le de voler. 

C’est comme lors de la dernière présidentielle, certains observateurs de la société civile qui m’appellent pour me dire qu’il y a des fraudes qui se font à un certain endroit au lieu de réagir. Agir aussi seul, sans l’ordre des opposants, c’est ce à quoi nous interpelons tous les citoyens togolais.




Nubukpo toujours préoccupé par la réforme du CFA

Le Professeur Kako Nubukpo reste toujours préoccupé par le sujet du franc CFA. Après sa conférence débat du 03 mai dernier à Lille en France  sur le thème » à qui profite le franc CFA? », l’homme est de nouveau attendu à la fin de ce mois pour une autre conférence.

La prochaine conférence de l’ex ministre togolais de la prospection et de l’évaluation des politiques nationales a lieu le 31 mai prochain à Paris en France. 

Elle porte sur le thème : « la francophonie économique: quel sens pour l’Afrique francophone? Perspectives ouest-africaines. 

L’actuel directeur de la francophonie économique et numérique de l’OIF aura pour co-conférencier le ministre ivoirien Tierry Tanoh sous l’égide de la Division Afrique de Sciences Po Alumni. 

A cette conférence l’occasion sera encore de nouveau pour le professeur Nubukpo surtout de prouver à l’opinion si le CFA est toujours utile aux pays africains francophones de nos jours.

Kako Nubukpo a même entamé la rédaction d’un ouvrage collectif sur le franc CFA dont la publication est attendue pour très bientôt.




JMD met au propre l’Agence Togolaise de Presse

La célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse, commémorée ce 03 mai n’est pas passée  inaperçue au sein des Journalistes en Mission pour le Développement (JMD). L’association a marqué l’événement par une opération de salubrité publique et d’échange avec  leurs confrères sur le sujet de développement.

L’opération de salubrité du JMD s’est déroulée dans l’enceinte de l’Agence Togolaise de Presse(ATOP)  où ces journalistes ont montré à leurs confrères de l’Agence leur volonté à nouer une sorte de partenariat avec eux.

« Les agenciers de la presse togolaise font le même  travail que la mission que le JMD s’est assignée. Etant présents à l’intérieur du pays, ceux-ci sont considérés inexorablement comme notre partenaire. Nous irons donc leur témoigner notre besoin de collaborer avec eux pour la réussite efficiente de notre mission » a expliqué Elom Kpodo, Coordonnateur de l’association. 

La journée offre aussi l’occasion à ces « jmdois » d’échanger avec les journalistes de ladite maison sur la contribution des médias pour le développement du Togo. 

Le JMD est une association à but non lucratif qui a été portée sur les fonts baptismaux le 03 mars dernier. Elle regroupe des hommes et des femmes des médias qui se sont engagés à mettre  leur plume ou micro au profit du développement de leur pays voire de l’Afrique toute entière.