1

Alaixys Romao en route vers le Standard de Liège

L’international togolais Alaixys  Romao pourrait signer dans les jours à venir au Standard de Liège. Selon les dernières informations  le club belge s’intéresserait au joueur. 

Libre de tout contrat avec l’Olympique de Marseille (Ligue 1 en France), Romao est convoité depuis lors par d’autres clubs de la ligue 1, le MLS et d’autres formations exotiques.

Le milieu de terrain togolais est aussi  annoncé en Allemagne mais le club qui semble manifesté ces derniers temps son désir  à son endroit est le Standard de Liège.

« Romao ayant envie de découvrir d’autres horizons, il ne devrait plus rester en ligue française », a indiqué le média belge.

Standard de Liège n’a que quelques jours devant lui pour se décider officiellement avant la fin du mercato prévue prévu le 31 août.

 




Des chèques et des kits pour six associations et 49 jeunes formés

Six (6) associations de jeunes dont les projets ont été retenus pour obtenir un financement ont reçu jeudi de la part du ministère en charge des jeunes des chèques qui vont de 800.000 FCFA jusqu’ à 1.300.000 FCFA. A l’occasion, des kits ont été remis en collaboration avec l’UNFPA à 49 jeunes formés dans les centres et maisons des jeunes.

L’idée d’allouer des ressources à des jeunes pour la réalisation de leurs projets. Une façon encourager et à valoriser l’engagement des jeunes au sein des associations de développement.

« Cette initiative qui est à sa deuxième édition, participe de la stratégie de mon département en vue d’aider à dynamiser la vie associative des jeunes. Il s’agit de valoriser le potentiel créatif et la participation active des jeunes à la vie sociétale », a indiqué le Ministre Guy Madjé Lorenzo, représentant son collègue du développement à la base. 

Six associations dont trois masculines et trois féminines ont été retenues sur les 32 candidates. Les trois associations masculines sont: association des jeunes volontaires pour l’éducation et la santé (1,2 millions), association aujourd’hui pour demain (800 000 Fcfa) et association de jeunes protecteurs de l’environnement (752.000 FCFA).

Féminisme en action et association vie précieuse, et women environnemental programme sont les associations féminines lauréates. Respectivement elles ont reçu 1.300.000 FCFA, 1.100.000 FCFA et 960.000. FCFA. 

Par ailleurs, 49 jeunes formés dans les centres des jeunes ont bénéficié  de matériels et équipements identifiés comme indispensables et nécessaires pour chacun des six corps de métiers retenus dans le cadre du projet. D’un montant de plus de 11 millions de FCFA, ces matériels offerts ont été possibles grâce à l’appui de l’UNFPA. 

Ces différentes remises s’inscrivent dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la jeunesse au Togo célébrée le 12 août de chaque année.




Djimon Hounsou veut former des acteurs hollywoodiens au Togo

L’international cinéaste béninois, Djimon Hounsou pourrait  avoir dans les jours à venir l’un de ses centres cinématographique au Togo. C’est ce qui a été convenu mercredi entre l’artiste et le ministre togolais de la communication, de la culture, des sports et de la formation civique Guy Madje Lorenzo.

En tournée sur le continent africain, Djimon Hounsou a posé mercredi ses valises au Togo où il a eu un échange de quelques heures avec le ministre Lorenzo. 

Plusieurs sujets ayant trait notamment à la promotion du septième art au Togo ont retenu l’attention des deux hommes. Instruit sur la situation cinématographique au Togo, l’icône du cinéma s’est rendu compte que le pays de Faure Gnassingbé ne dispose pas d’assez de centres de formation pouvant abriter les jeunes amoureux de cet art.

Ainsi, il décide d’apporter sa contribution en proposant au ministre Lorenzo l’installation d’un centre cinématographique au Togo. Une nouvelle dont s’est réjoui Guy Madje Lorenzo qui a promis à son hôte de  défendre son projet auprès du gouvernement pour que celui-ci se réalise à tout prix.

Connu pour ses rôles dans les films hollywoodiens comme Gladiator, Amistad, Blood Diamond, The Island, Forces Spéciales ou Never Back Down, Djimon Hounsou après Lomé se rend ce jeudi au puits d’esclave à Aného où il achève sa visite au Togo.




519 cracks du BEPC entament une Colonie de vacances à Notse

Les meilleurs élèves à l’examen du BEPC 2015-2016  ont pris le bus au palais des congrès de Lomé mercredi pour la ville de Notsè. Ils démarrent ainsi la colonie de vacances de cette année qui a lieu du 17 au 26 août prochain.

La colonie de vacances entamée en 2011 reste une initiative du ministère du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes. 

Elle vise à encourager les meilleurs élèves à l’examen du BEPC, leur offrir des moments de vacances saines et agréables, à promouvoir la culture de l’excellence et de contribuer à l’intégration sociale des jeunes de tout le pays. 

Pour cette septième édition, ils sont 519 lauréats qui auront à faire des sorties touristiques, des activités ludiques et sportives, des ateliers de travaux manuels, des conférences-débats et faire de diverses communications sur le civisme, la citoyenneté, la santé sexuelle, le VIH, entre autres. 

Le ministre de la communication, de la culture, des sports et de la formation civique était au départ pour souhaiter un bon voyage à ces vacanciers. 

« Nous sommes venus féliciter une fois encore ces meilleurs au BEPC et par là montrer aux autres que la recherche de l’excellence est toujours payante », a souligné Madjé Guy Lorenzo, représentant le ministre chargé de la jeunesse, Victoire Tomegah-Dogbe.

Sur l’esplanade du palais des congrès de Lomé, seuls les estivants venus des préfectures des Lacs, de Vo, de l’Avé, de Bas-Mono,du Golfe, de Lomé Commune et des centres d’écrits de Djagblé et d’Avéta ont pris le bus pour Notsè. 

Les autres estivants des autres régions du Togo vont rejoindre le groupe dans l’enceinte de l’Ecole Normale des Instituteurs (ENI) de Notsè où ils sont logés.




Bana Tchanile bientôt suspendu à vie pour organisation de faux matchs

L’ancien sélectionneur des éperviers du Togo, Tchanile Bana, les sieurs Jonathan Musavengana et Kirsten Nematandani sont dans de beaux draps. Alors que les deux premiers risquent une suspension à vie de toutes les activités du football, le dernier est bien parti pour écoper une sanction d’une durée de plus de cinq ans pour avoir organisé des matches truqués en préparation du mondial 2010. 

Instruit par la FIFA  amené une enquête sur les activités de Kirsten Nematandani, ancien Président de la Fédération Sud-Africaine de Football, Jonathan Musavengana, ancien officiel à la fédération zimbabwéenne de football en 2010, Djimbaraye Bourngar vient d’arriver à terme de sa mission. 

Dans le rapport qu’il a remis  à la Chambre de jugement de la commission d’Éthique, le Vice-président de la Chambre d’instruction de la commission d’Éthique Indépendante recommande une  suspension d’au moins six ans et une amende d’au moins CHF 10 000 à l’encontre de M. Nematandani pour violation des articles 13, al. 1-4 (Règles de conduite générales), 15 (Loyauté) et 18 (Obligation de déclaration, de coopération et de rapport) du Code d’éthique de la FIFA.

À l’encontre de MM. Musavengana et Tchanile, il recommande une suspension à vie pour violation des articles 13, al. 1-4 (Règles de conduite générales) et 21 al. 1 et 3 (Corruption).

Pour l’heure, les  accusés demeurent présumés innocents jusqu’à ce que la chambre de jugement de la Commission d’Éthique rende sa décision formelle. 

Ils sont soupçonnés d’avoir organisé des matches illégaux en prélude à la coupe du monde de football en 2010 tenue en Afrique du Sud.

Bana Tchanile aura bien été protégé dans cette affaire mais il est finalement rattrapé par le passé. Et c’est Antoine Folly qui devrait avoir le sourire aux lèvres.

On se souvient de l’organisation d’un match truqué en 2010 entre le Togo et le Bahreïn au temps du Comité intérimaire de gestion de la Fédération togolaise de football (FTF). Aux lendemains du match, Bana Tchanilé et l’ancien ministre des sports, Antoine Folly, alors membres du comité intérimaire de la FTF avaient été arrêtés. Pendant que M. Folly clamait son innocence dans l’affaire, Bana Tchanile qui jouissait d’une protection a recouvré sa liberté.

Depuis tout ce temps, l’affaire est pendante devant la justice et Antoine Folly a réclamé en vain la tenue d’un procès. Des années après, la FIFA a bien décelé le faux et les auteurs et la sensation sera à le mesure de l’erreur commise. 




‘Les héritages colorés de Maha’ ou la femme africaine à l’honneur à Lomé

Togolaise d’origine vivant au Maroc, Bilitis Aimée Adamah fait partie des pionniers qui ont fait découvrir le pagne aux Maghrébins. Allant dans ce sens de la promotion de cet élément d’identification culturelle de l’Afrique, la styliste organise le 19 août prochain à Lomé  sous le label Bilitis Fashion Style (BFS) « Les héritages colorés de Maha ». Il s’agit d’une série d’expositions et de démonstrations des techniques d’utilisation du pagne et des perles. 

En arabe fille de gazelle, une façon pour le Marocain de surnommer la femme jeune et belle, Maha entend valoriser la femme africaine en général et la femme togolaise en particulier.

Ce sera l’occasion pour BFS de  dévoiler ses nouvelles créations aux amoureux de la mode du Togo.

 » En dehors du défilé de mode, nous allons faire découvrir au public nos nouvelles créations composées d’accessoires en perles et pagnes ( boucles d’oreilles, colliers, manchettes, pochettes, chaussures, sacs….) et les techniques d’attache, de drapage seront mises sous projecteurs », a décliné Aimé Adamah. 

L’exposition de vente et défilé de mode ont lieu respectivement dans la matinée et la soirée au Grand Rex de Lomé.

Les Héritages colorés Maha, c’est surtout une occasion pour faire découvrir les femmes togolaises qui ont du style. BFS compte créer la surprise en invitant sur la planche des célébrités du Togo, une ministre de l’actuel gouvernement, une femme leader et une directrice générale d’une institution privée.

Sont attendus au défilé de mode, des mannequins togolais, béninois, marocains et même européens. La soirée va être rehaussée par les artistes de la chanson notamment Zeynab du Bénin et d’Awudia.




L’ONG UJRA donne les clés de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés

Chaque année des universités togolaises  déversent sur le marché de l’emploi des milliers de diplômés, qui malheureusement rencontrent, la plupart du temps,  des soucis pour s’insérer dans la vie professionnelle. Avec  pour soubassement  l’inadéquation entre la formation et l’emploi, cette situation préoccupe l’Union des Jeunes pour la Renaissance Africaine (UJRA), qui a lancé mardi à l’endroit d’une frange de ces diplômés une formation de renforcement de capacités.

Plus de 200 jeunes étudiants participent à cette formation qui se tient du 16 au 20 août prochain dans l’enceinte de l’Université de Lomé. Ils sont formés sur  techniques de montage de projets,  développement local et participatif et techniques de rédaction de rapport de mission. 

L’objectif principal est de rendre opérationnels ces étudiants une fois arrivés à la fin de leur parcours universitaire.

Le projet porté par l’ONG UJRA a débuté depuis 2009. Plus de 2000 jeunes y ont déjà participé et leurs performances  sur le marché de l’emploi laissent entrevoir que l’initiative  a déjà fait du chemin.

 » Aujourd’hui nous sommes contents parce que nos produits issus de cette formation ont eu la chance d’être intégrés dans les programmes du gouvernement et le feed-back que nous avons c’est qu’ils font tous des prouesses », s’est félicité Latevi Senam Lawson-Hellu, Directeur Exécutif d’UJRA. 

La formation théorique prend fin samedi et sera suivie d’une phase pratique qui a lieu la semaine prochaine.

Avec cette nouvelle vague de 200 jeunes, l’ONG UJRA porte le nombre total des étudiants formés en sept (7) ans à 2220.




Mobilisation à Kara contre les faux médicaments à l’initiative du Club Rfi

Au Togo comme dans la plupart des pays de l’Afrique, l’utilisation des faux médicaments et la contrefaçon des produits pharmaceutiques reste un fléau à combattre. Au Niger par exemple, selon les chiffres de l’OMS 2500 personnes sont décédées en 1995 à cause d’une contrefaçon de vaccins. Pour ne pas  en arriver jusque-là au Togo, le Club Rfi du pays a entamé l’année dernière une sensibilisation dans ce sens qui s’est poursuivie vendredi à Kara. 

Une table ronde de sensibilisation sur l’achat et l’utilisation des faux médicaments et la contrefaçon des produits pharmaceutiques se déroule depuis vendredi à Kara (420 km de Lomé). 

L’enjeu de cette 2e table ronde est de parvenir à réduire le taux d’utilisation de faux médicaments comme ce fut déjà le cas dans certains Etats de l’Afrique 

« L’année passée nous étions à Adéta pour la même cause, cela dénote de la gravité de ce mal qui gangrène nos sociétés. Et ce qui nous motive c’est qu’un pays par exemple comme le Burkina Faso a pu réduire de 40% l’utilisation des faux médicaments avec la sensibilisation accrue de ses populations. Nous aussi nous sommes dans ce dynamisme-là », a lâché Nick Amégadjé, chargé de communication de la coordination du Club Rfi Togo.

Docteur Innocent Kpéto, Président de l’Ordre national des pharmaciens du Togo et Kodjo Firmin Guidigan,  Ingénieur d’étude en sante publique, Biologiste Polyclinique de Kara ont été les orateurs. Ils ont montré à l’assistance les différents dangers auxquels un individu s’expose en s’adonnant aux faux médicaments.

Un médicament de rue ou faux médicament est tout médicament qui circule dans des circuits parallèles,  qui trompent la vigilance des populations et fabriqué uniquement par des trafiquants qui cherchent à gagner de l’argent, a expliqué le Dr Kpeto. 

Les conséquences qui en découlent sont entre autres le risque élevé d’intoxication pouvant entraîner de sérieux handicaps, voire décès et l’absence d’efficacité du traitement prévu. 

L’événement s’inscrit dans le cadre de la célébration des 18 ans du Club Rfi au Togo. Une kermesse, des causeries et un gala de football sont prévus samedi, toujours à Kara.




Eric Amétsipé et la RDI engagés pour l’éradication des faux médicaments au Togo




Sécurité maritime: Lorenzo prépare le sommet de Lomé avec les médias

Alors que les préparatifs du sommet sur la sécurité maritime se multiplient au département  des affaires étrangères, le ministre de la communication veut mettre à contribution les médias. Guy Madjé Lorenzo a rencontré jeudi les patrons de presse à qui il a rappelé les rôles qui devraient être les leurs avant, pendant et après ce grand rendez-vous. 

Ils étaient presque tous là, présidents d’association de presse, patrons de presse, directeurs de rédactions ou encore simple reporters à répondre à l’appel de leur ministère de tutelle. 

« Vous devez nous aider à informer le monde entier sur l’utilité de ce sommet, arriver à convaincre pour que nous parvenions à la charte relative à la sécurité et à la sûreté maritime », a résumé le ministre Lorenzo. 

Informer, ce n’est pas un souci pour ces hommes de médias mais avec quels moyens? Voilà la principale inquiétude que les journalistes ont fait comprendre au patron de la communication.

« Nous acceptons volontiers jouer pleinement les différents rôles cités par le ministre. Et là nous demandons que des conditions nous soient favorables. Nous sommes des entreprises privées et nous avons besoin de moyens financiers pour avancer », a lâché Carlos Kétéhou, Directeur de Publication du journal Indépendance Express, Président du Patronat de la Presse Togolaise.

En prélude au sommet de Lomé, un Réseau des Journalistes Africain de la Sécurité Maritime, une plate-forme de concertation et discussions entre hommes de média vient d’être mis sur pied. Le présent Réseau est lancé ce vendredi 12 août par le ministre en charge de la communication.

La conférence de l’Union Africaine pour le développement et sur la sécurité maritime a lieu le 15  octobre prochain à Lomé au Togo. Elle réunira des experts des quatre coins du monde entier.