1

Khardiata Lo Ndiaye: ‘L’APD a montré ses limites, les africains doivent prendre en charge leur développement’

Khardiata Lo N’diaye, la Coordinatrice du Système des Nations Unies au Togo, par ailleurs représentante résidente du PNUD était l’invité du  Club diplomatique de Lomé (CDL) vendredi. Cette nouvelle séance a été présidée par Robert Dussey, le Chef de la diplomatie togolaise, initiateur du CDL.

« Aide ou partenariat au XXIe siècle : entre idées reçues et nouveaux paradigmes ». C’est le thème abordé par Khardiata Lo Ndiaye devant les membres du Club.

Dans son intervention, Mme Le Ndiaye a indiqué que l’aide publique au développement (APD), ce dispositif mis en place après la seconde guerre mondiale pour aider à la reconstruction de l’Europe et assister les nouveaux Etats indépendants d’Afrique a montré ses limites.

« Si l’on revient sur l’historique de l’APD et sur ses résultats, il faut avoir l’honnêteté de dire que tout le monde, donateur comme récipiendaires, a pu se  tromper à un moment sur la méthode’, a-t-elle déclaré.

La coordinatrice du Système des Nations Unies au Togo explique que beaucoup de chose ont changé dans la relation entre pays donateurs et receveurs. Pour elle, l’aide est désormais guidée par le dialogue qui se fait désormais dans un véritable partenariat.

Toujours dans son intervention, Mme Lo Ndiaye relève que des pays africains feront encore les frais d’agendas qui ne sont pas les leurs s’ils ne prennent pas en charge leur propre développement.

Elle explique que l’APD est en baisse constante.  Le relais des Etats est pris par les multinationales et les fondations privées. De ce fait, les Etats africains devront développer de réelles de promotion de leur diaspora.

En effet, pour Khardiata Lo Ndiaye, la Diaspora joue un rôle de premier plan. 

« Par ses transferts importants, elle est un formidable relais de croissance à condition d’utiliser judicieusement cette manne bien souvent supérieure aux montants octroyés par les donateurs internationaux », a-t-elle préconisé.

Le Club diplomatique de Lomé (CDL), un cadre de haut niveau de discussions et de débats initiée depuis 2014 par le ministre des Affaires étrangères, Robert Dussey pour aborder les questions de l’heure touchant à l’économie, à la politique ou à la géopolitique, etc. Il est une association apolitique qui ambitionne de devenir le cadre privilégié d’échanges sur les grandes questions mondiales.




Mise enceinte par son père, elle chasse sa maman de la maison

Où va le monde ? se demande-t-on très souvent devant des faits de société qui choquent l’entendement humain et devant lesquels on reste sans réponses. Au Togo, une jeune fille mise enceinte par son géniteur, se permet de chasser sa maman de la maison… Elle veut être seule à s’occuper de « l’homme ».

Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, ce n’est pas une fable lorsque des médias ou des organisations de la société civile révèlent que des jeunes filles sont mises enceintes par leurs propres pères. On se rend souvent à l’évidence lorsque les faits de produisent sous ses propres yeux.

Cela vient encore de se produire à Lomé il y a quelques mois. Alors que sa maman remarque les signes de grossesse chez elle, Edjonavi (nom prêté par la rédaction à cette jeune fille) cherchait à cacher la réalité. Mais des semaines plus tard, et après qu’elle ait échoué à trouver une solution à la grossesse, elle a fini par avouer. Mais alors qui est l’auteur de la grossesse ?

Pendant que la famille cherchait au dehors, l’auteur était si près et réfléchissait à quoi faire. Dépassée par la pression, Edjonavi finira par déclarer que c’était son père qui se la faisait (couchait avec elle) jusqu’à ce qu’elle ne tombe enceinte.

Choquée, la famille parle d’une abomination. Mais la jeune fille ne compte pas supporter indéfiniment les reproches et les insultes journaliers de sa mère. « Dépassée », elle demande à sa maman de plier bagage et de quitter le foyer pour lui laisser la place.

« Mon Papa m’a mise enceinte. Tout le monde est déjà au courant. Qu’est-ce que tu as à nous le rappeler toutes les fois et à m’insulter tous les jours. Si cela ne te convient pas, prends tes effets et parts…», balance-t-elle à la figure de sa mère.

Comme quoi, le monde est à l’envers.




Sécurité maritime: Examen de la Charte de Lomé par des experts

Des experts, juristes et ministres des pays africains examinent depuis jeudi à Lomé, le projet de Charte de l’Union africaine sur la sécurité maritime dénommé « Charte de Lomé ». Les travaux devront permettre de parvenir à une mouture finale qui sera adoptée et signée par les chefs d’Etat et de gouvernement des 54 pays de l’UA le 15 octobre à Lomé, lors du Sommet de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique.

Selon Charles Chatouang, président du Comité des experts de l’UA explique que la session de Lomé vise à examiner le projet de charte et de veiller à ce que les préalables pour son adoption sont respectés. 

« Après cet examen, le projet sera transmis à la réunion des ministres de la justice qui logiquement devrait connaître de l’examen de ce projet avant la soumission au conseil exécutif et à la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement », a indiqué Charles Chatouang.

 En dehors du projet de charte de Lomé, six autres documents font également objets de débat entre experts. Il s’agit notamment du statut du mécanisme africain de coopération policière (AFRIPOL), les questions de genre et des femmes, le commerce, l’industrie, l’agriculture et l’environnement.

Le but est de donner plus de temps au bureau du conseiller juridique de pouvoir traduire les textes dans toutes les quatre langues de l’UA, les mettre à la disposition des ministres de la justice, du conseil des ministres avant que ces textes n’arrivent au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement.

La réunion des ministres de la justice des pays de l’UA est prévue à Lomé les 8 et 9 septembre prochains. Ils finaliseront les débats sur Charte de Lomé sur la sécurité maritime.

C’est le 15 octobre prochain que s’organise à Lomé, le sommet extraordinaire sur la sécurité maritime et le développement en Afrique.

 




Adebayor: ‘Si je ne trouve pas de club, ce n’est pas la fin du monde’

Emmanuel Adebayor n’ira ni à Rizespor ni à Fullham. Le marché du transfert s’est refermé à minuit et le togolais ne s’est toujours pas engagé avec un autre club, lui qui est en fin de contrat avec Crystal Palace depuis juin dernier. L’ancien gunner est toujours à Lomé et ne se pose pas trop de questions sur son avenir.

« Je suis actuellement libre. Il y a plein de clubs qui me veulent mais je suis toujours en discussions », a déclaré Emmanuel Adebayor mercredi à l’issue de la deuxième séance de mercredi à Lomé.

Adébayor qui se satisfait de son parcours déclare n’être pas pressé pour trouver un nouveau club. 

« Je suis très fier de ce que j’ai réalisé dans ma carrière jusque-là. Il y a des discussions mais pour l’instant rien. Si je trouve un club qui me convient avec toutes les conditions, je vais y aller mais si je ne trouve pas, ce n’est pas la fin du monde », dit-il.

Situation qui ne devrait pas plaire aux fans du togolais qui auront envie de le voir évoluer sur le terrain dans les prochains.

Pour l’heure Adebayor se concentre sur le prochain match du Togo. Il veut battre Djibouti pour espérer se qualifier pour la CAN 2017.

 




FTF: 15 millions pour chaque club de D1 et 5 millions pour chaque club de D2

Guy Akpovy, le président de la Fédération togolaise de football (FTF) a indiqué mardi que les clubs de football de Première et de Deuxième Division bénéficieront d’un appui financier du gouvernement et de la fédération pour le démarrage des championnats nationaux de la nouvelle saison. Le montant de la subvention est désormais connu.

L’augmentation sensible de la subvention annoncée par le Colonel Guy Akpovy est désormais une réalité. Les 14 clubs de D1 bénéficieront chacun d’une subvention de 15 millions dont 3 en bonus de déplacement. Avant, ils recevaient 10 millions

Pour les clubs de 2e Division, le montant est de 5 millions pour le championnat. Cette subvention était de 3 millions avant.

Cet apport financier permettra aux différents clubs d’amortir les dépenses durant le championnat. 

Le championnat de D1 démarre le 11 septembre prochain. Celui de D2 est prévu pour démarrer le 28 septembre prochain.

 




Kokoè d’Almeida élue Miss Togo 2016

C’est Balbina Kokoè Mawubedzro d’Almeida qui portera la couronne de Miss Togo 2016. La candidate n°8 a été élue dans la nuit de samedi à dimanche au terme de l’élection Miss Togo et succède ainsi à Gaëlle Yayra Adjoh.

Balbina Kokoè Mawubedzro d’Almeida (20 ans) est étudiante en 2ème année de journalisme. Elle fait 1,82 mètre pour 71 kg.

Mlle d’Almeida aura pour première dauphine, Eyram Brenda Kankoué-Aho et pour seconde dauphine, Stéphanie Fortunée Ella Blandéyé.

La Miss Togo 2016 s’est illustrée positivement à l’issue de quatre (4) épreuves dont celle fatidique de l’interview où les questions aux candidates portaient sur l’environnement.

Balbina Kokoè Mawubedzro d’Almeida a un mandat d’un an.




45 personnes arrêtées, 233 motos et du cannabis saisis à Lomé

Le ministre de la sécurité et de la protection civile, Damehane Yark a dressé vendredi soir le bilan de la rafle qui a eu lieu vendredi dans les quartiers Adidogome et Avedji à Lomé. Selon le ministre, 45 personnes ont été arrêtées, 233 motos saisies ainsi que du cannabis.

Dans un communiqué rendu public, Yark Damehane explique qu’il s’agit d’une opération de prévention sécuritaire qui s’inscrit dans le contexte de la lutte contre la montée de la criminalité, de l’insécurité et des menaces terroristes dans le monde.

L’opération a été menée sur réquisition du procureur de la République près le tribunal de première instance de Lomé.

Les personnes interpellées ont été conduites au fichier central de la gendarmerie nationale pour identification pour des raisons liées à l’investigation de la police judiciaire.  Elles seront présentées à la justice pour des compléments d’enquête approfondie. De même que le matériel saisi.




Claude Leroy: ‘Il ne faut pas penser à une qualification pour la CAN 2017’

En conférence de presse vendredi à Lomé pour s’expliquer sur sa liste des 23 Eperviers convoqués pour le match de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2017, Claude Leroy a indiqué qu’on ne devrait pas penser à une qualification, même si le Togo a une infime chance.

Le sélectionneur du Togo est revenu sur sa tournée qui lui a permis de discuter avec les joueurs binationaux tels que Tolisso, Mlapa et Gilles Sunu.

Et Claude Leroy ne veut plus perdre son énergie pour essayer de faire venir Corenthin Tolisso en sélection togolaise.

« On n’a pas de chance d’avoir Tolisso. Il ne sert à rien de chercher à faire venir en sélection un joueur qui dit lui-même qu’il n’est pas togolais », a déclaré Claude Leroy.

Quant à Péniel Mlapa et Gilles Sunu, le technicien français demande au public sportif togolais d’espérer.

En effet, Peniel Mlapa arrive à Lomé, en compagnie de son père pour voir comment les choses s’organisent au niveau de la sélection.

« Mlapa viendra pour trois jours au stage. Il viendra voir comment ça se passe chez les Éperviers. Après, on verra », annonce le sélectionneur.

Le Togo joue le 4 septembre prochain Djibouti à Lomé. Actuellement le Togo compte 8 points derrière la Tunisie (10 points) et le Libéria (10 points). Seul le premier du groupe passera et le Togo espère un miracle en cas d’un nul et vierge entre la Tunisie et le Libéria et si lui-même arrive à battre Djibouti sur un score fleuve.




Le Haut conseil pour la mer a peaufiné les derniers réglages du sommet de Lomé

Le président togolais, Faure Gnassingbé a présidé jeudi la troisième réunion annuelle du Haut conseil pour la mer (HCM) qui s’est tenue à la Présidence de la République. La réunion était sous le signe du Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement qui est prévu le 15 octobre à Lomé. Plusieurs personnalités dont tous les membres du gouvernement, les diplomates accrédités au Togo ont pris part aux travaux.

Cette 3e réunion a été marquée par l’intervention du Premier ministre, Komi Sélom Klassou et deux (2) communications données par le ministre des infrastructures et des transports, Ninsao Gnofam et le Préfet maritime, le capitaine de vaisseau, Vinyo Adzoh.

Selon le préfet maritime, le Togo, qui en 2011 n’enregistrait qu’entre 100 et 500 navires, a enregistré dans ses eaux 2.423 navires de janvier à juillet 2015. Sur la même période en 2016, 2.307 navires ont été enregistrés. 

A cette évolution, il faut ajouter qu’aucun acte de piraterie maritime n’a été enregistré dans les eaux togolaises depuis juillet 2013 alors que les actes de piraterie et de brigandage maritimes continuent de se commettre dans le Golfe de Guinée, indique le Capitaine de Vaisseau, Vinyo Adzoh.

A l’occasion, Robert Dussey le ministre des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine a rassuré le chef de l’Etat et les participants que tout est bien mis en œuvre pour la tenue du sommet des chefs d’Etat de l’Union Africaine sur la sécurité africaine et le développement le 15 octobre prochain à Lomé.

Le Professeur Dussey a indiqué que le sommet de Lomé sera le point de départ d’une nouvelle approche pratique concertée des Etats africains pour la sécurisation des mers et océans au service du développement. 

« La charte de Lomé en projet permettra à toutes les parties prenantes de décliner concrètement la stratégie 2050 AIM de l’Union africaine », a-t-il indiqué.

Quant aux préparatifs de la rencontre, le gouvernement a annoncé que 66 hôtels ont été retenus pour accueillir les 3.000 personnes qui feront le déplacement de Lomé.

Le sommet reste la plus importante rencontre internationale que le Togo va abriter depuis 16 ans, selon le président Faure Gnassingbé.

Rappelons que le HCM créé en 2014 est un organe qui a pour mission de lutter contre la piraterie maritime dans les eaux territoriales et dans le Golfe de Guinée. Il est présidé par le Présidé de la République lui-même.




Cina Lawson annonce la 4G et 3 autres fournisseurs d’internet au Togo

Dans une communication qu’elle a donnée mercredi en Conseil des ministres, la ministre des postes et de l’économie numérique, Cina Lawson a annoncé une prochaine attribution de licence 4G aux opérateurs mobiles Togo Cellulaire et Moov-Togo.

L’objectif est d’assurer la disponibilité de l’internet à haut débit et d’en faire un bien de grande consommation. Cina Lawson devrait engager des négociations avec ces opérateurs pour l’attribution des licences 4G.

« L’octroi de cette licence 4G devrait permettre d’accélérer la baisse des prix, améliorer la qualité de service et la disponibilité de l’internet haut débit sur le plan national », indique le gouvernement togolais. 

Mme Lawson a également évoqué dans une autre communication, l’attribution de licences à des fournisseurs d’accès internet au Togo.

Il est question d’accompagner les grands projets en cours d’exécution en vue de l’amélioration de l’accessibilité et de la qualité de la connexion internet dans notre pays, entre autres, la construction d’un data center, la mise en place d’un point d’échange internet, la construction d’un réseau de fibre optique de 140 kms reliant plus de 450 structures, la mutualisation des efforts de Togo Telecom et de Togo cellulaire.

Trois nouvelles licences devraient être prochainement attribuées à des fournisseurs d’accès internet au Togo.

« L’arrivée de ces nouveaux opérateurs permettra de renforcer la concurrence, d’améliorer la qualité de service internet et de baisser sensiblement les coûts », lit-on dans une note du gouvernement.