1

Les fermes directives de Dodzi Kokoroko aux écoles privées

Rich results on Google's SERP when searching for 'directives'

La rentrée scolaire 2021-2022 s’approche et les préparatifs ont démarré dans plusieurs écoles. En prélude, Prof Dodzi Kokoroko donne des directives aux chefs d’établissement et promoteurs d’écoles privées. Les instructions du ministre des enseignements portent sur le recrutement de nouveaux élèves en classe supérieure.

La sortie du ministre fait suite à une analyse de parcours des élèves. Pour Prof Dodzi Kokoroko, certains élèves, recalés dans leurs établissements en fin d’année, s’orientent vers d’autres écoles où ils se font inscrire en classe supérieure.

Pour le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, cette pratique est souvent encouragée par certains chefs d’établissements et promoteurs d’écoles privées mus par la recherche du gain facile. Et les directives de Prof Kokoroko sont fermes.

« Je rappelle que l’inscription dans une classe donnée, d’un élève nouvellement recruté, doit se faire conformément à la mention faite dans le livret scolaire ou sur le bulletin de notes que son établissement de provenance lui a délivré », a instruit le ministre dans une note.

Ainsi, Prof Kokoroko indique que pour tout besoin avéré de repêchage, « l’élève doit absolument suivre des cours de remise à niveau dans les disciplines où ses performances sont faibles ».

« Ces cours devront être organisés par les conseils d’enseignement qui en feront un rapport d’évaluation à l’inspecteur de tutelle », a-t-il ajouté aux directives.

Par ailleurs, Prof Kokoroko livre que les contrevenants cette directive s’exposent aux sanctions disciplinaires en vigueur.




Les forces de sécurité saisissent des effets militaires à Lomé

Rich results on Google's SERP when searching for 'sécurité'

Les forces de défense et de sécurité ont interpellé vendredi dernier 67 personnes dans les quartiers Gbomamé et d’Apédokoè (Adidogomé). C’était au cours d’une opération de bouclage et de contrôle. Elle s’inscrit dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes sur le territoire national.

Ces opérations ont été menées en exécution de la réquisition N°4227/PR/ 2021 du Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Première Classe de Lomé en date du 29 juillet 2021.

Les forces de défense et de sécurité ont également saisi 95 motos, 1 tricycle, des appareils électroniques, des effets militaires et divers autres objets au cours de leurs interventions.

« Les personnes interpellées ainsi que les objets saisis sont confiés à la gendarmerie nationale pour les besoins de l’enquête », a déclaré Général Damehame Yark, ministre de la Sécurité et de la Protection civile.

Le ministre a ensuite remercié les populations de la préfecture du Golfe pour leur compréhension et leur collaboration.

Pour finir, Gal Yark a invité les populations à la vigilance et à la collaboration pour la réussite des actions de prévention et de lutte contre la criminalité au Togo.




La 2e édition de Nanagan lancée par KDA Pro

Rich results on Google's SERP when searching for 'nanagan'

L’agence KDA Pro a lancé vendredi à Lomé la 2è édition du concours « Nanagan ». Un concept qui met en valeur les femmes rondes. Il est soutenu par le Fond des Nations Unies pour la Population (UNFPA). Le thème retenu cette année est « Rôle de la femme dans la riposte à la Covid-19 ». Le comité d’organisation entend ainsi accompagner le gouvernement dans la lutte contre la Covid-19.

« Les femmes rondes sont ce qu’elles sont. Nous les acceptons telles qu’elles sont et nous essayons de leurs fournir beaucoup de matière en termes de connaissance », a déclaré Kayissan Dominique Atayi, présidente du comité d’organisation Nanagan.

Au total, 10 candidates âgées de 21 à 30 ans, de nationalités togolaise et béninoise sont en lice. Elles ont été sélectionnées à l’issu d’un casting.

Les candidates bénéficieront d’une palette d’enregistrement de qualité socioculturelle et comportementale. Celle-ci leur donne des connaissances utiles dans leur vie socioprofessionnelle et leur permet de relayer les informations reçues au cours de la formation.

L’agence KDA Pro annonce à l’intention des candidates des « ateliers KDA », dans le but d’assurer une continuité à Nanagan. Il s’agit d’un cadre d’échange et de discussion offert à des femmes rondes, des jeunes et à des hommes gratuitement.

« C’est notre manière de contribuer au développement socioculturel et économique du pays », a laissé entendre Kayissan Dominique Atayi.

Ambitions de Nanagan

Pour Mme  Olivia Amedjogbé-Kouevi, marraine Nanagan 2021, la tendance des silhouettes plus sveltes impose de nos jours une comparaison qui n’est pas raison (…).

« Le concept Nanagan aides les femmes rondes à découvrir et à murir leurs talents cachés pour mieux affirmer leur personnalité. Plus que jamais, elles deviennent aguerrie pour affronter les aléas de la vie avec courage et détermination », a expliqué Mme Amedjogbé-Kouevi.

De son côté, la représentante résidente FNUAP a salué l’initiative qui entre dans le cadre des objectifs  des Nations Unies.

« Les Nations Unies travaillent sans discrimination. Et ça fait partie de nos objectifs de développement durable. C’est dans ce sens que nous nous intéressons particulièrement au programme Nanagan », a indiqué Josiane Yaguibou.

Il faut noter que Nanagan le premier concours sous régional d’élégance et de valorisation de la femme africaine. Le comité d’organisation envisage d’ouvrir bientôt le concours à d’autres pays de la sous-région et plus tard à toute l’Afrique.




A Lomé, l’OCDE présente les perspectives du développement en 2021

Rich results on Google's SERP when searching for 'OCDE'

En séjour au Togo, le Directeur de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), Mario Pezzini, a présenté vendredi à Lomé le rapport de son organisation. Le document a été présenté devant les enseignants chercheurs et des étudiants de l’Université de Lomé (UL). La rencontre a été présidée par Myriam Dossou-d’Almeida, ministre du Développement à la base, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes. L’OCDE recommande plusieurs actions pour réduire les inégalités au sein des sociétés.

Ce rapport de l’OCDE porte sur « les perspectives du développement mondial 2021 ». Il met en exergue les conséquences dommageables que la pandémie de la COVID-19 a déjà causées. De même que celles qu’elle pourra encore avoir sur la création de la richesse, le bien-être des populations, la pauvreté et les inégalités socio-économiques.

Le rapport présente la nature et les causes de l’insatisfaction des populations dans les pays en développement. Il identifie également les défis à relever aux niveaux local, national et international avant, pendant et après la pandémie de COVID 19, pour une meilleure reprise économique.

Selon Mario Pezzini, dans plusieurs pays ces dernières décennies, il y a eu l’accroissement rapide du Produit intérieur brut (PIB) et la richesse. On retient aussi un recul de l’extrême pauvreté, l’émergence de nouvelles classes moyennes et l’amélioration des niveaux de vie.

Malgré ces avancées, le rapport identifie 4 problèmes majeurs. Il s’agit de l’accroissement des inégalités au sein des pays, l’inadéquation entre l’évolution des indicateurs du bien-être et la hausse des revenus, les contraintes liées à la main-d’œuvre mondiale, et le changement climatique.

Concernant l’insatisfaction des populations, le rapport de l’OCDE souligne que les protestations ont augmenté au cours de la dernière décennie dans toutes les régions.

« Ce phénomène s’est traduit entre autres par les manifestations dans les rues, l’effondrement de la cohésion sociale, l’apparition et la domination croissante de nouveaux acteurs d’intérêts privés sur les institutions publiques, le déclin de la confiance interpersonnelle, l’émergence et l’intensification des guerres culturelles », a dévoilé M. Pezzini.

Une batterie de recommandations de l’OCDE

Pour faire face à ces problèmes aux niveaux local, national et international, l’OCDE recommande, que des actions ciblées soient menées dans chaque pays avec le soutien de la communauté internationale. Ceci, en vue de contribuer à reconstruire les sociétés après la pandémie et à relever les défis du développement à long terme.

« Des stratégies nationales de développement basées sur une vision inclusive et participative visant à transformer l’économie, à renforcer les institutions, à lutter contre la pauvreté et le changement climatique doivent être privilégiées », a indiqué le directeur de l’OCDE.

L’organisation pense notamment que la communauté internationale a un rôle crucial à jouer en veillant à ce que les pays en développement puissent accéder aux vaccins et autres fournitures dont ils ont besoin pour lutter contre la pandémie. Il souhaite aussi que ladite communauté évite un certain nombre de crises humanitaires émergentes et coordonne l’allégement de la dette à court terme.

Selon l’OCDE, à long terme, les objectifs de développement durable et l’accord de Paris sur le climat constituent une feuille de route pour s’attaquer aux nombreuses causes de mécontentement avec des institutions mondiales véritablement inclusives à la hauteur de leurs ambitions universelles.

« Eu égard aux défis soulevés dans ce rapport et en réponse à la crise sanitaire mondiale de la Covid-19, le Gouvernement togolais a anticipé à travers l’adoption de la Feuille de Route 2025 dont la mise en œuvre permettra une création accrue de richesse partagée. A cela s’ajoutent la décentralisation, la stratégie efficace de riposte, de résilience et de relance post COVID adoptée par le Gouvernement avec la campagne de vaccination (…) », a livré Mme Miriam Dossou.

Pour Dr Sosoè, les réflexions sur les questions de développement économiques ne peuvent se faire en marge des universités.

« Vue les axes abordés, j’ai la ferme conviction qu’il sera la boussole pour orienter les futurs recherches au sein de la communauté scientifique togolaise », a affirmé le représentant du président de l’UL, Dr Kodjo Sosoè.

Rappelons que le rapport ainsi présenté  est un outil pertinent qui permettra aux décideurs de pouvoir agir efficacement sur les causes qui nourrissent les différentes tensions auprès des populations notamment les couches vulnérables.




Climat: AJECC contre le réchauffement au Togo

Rich results on Google's SERP when searching for 'ajecc'

L’Association des Jeunes Engagés Contre le Réchauffement Climatique (AJECC) a mené les 26 et 27 juillet derniers dans la commune d’Ogou 3, (région des plateaux), une opération de reboisement. L’initiative s’inscrit dans le cadre de son projet « un arbre pour le climat ». 

L’objectif est de restaurer les écosystèmes dégradés, conformément aux objectifs de la décennie des Nations Unies à l’horizon 2030. Ceci reste aussi dans la droite ligne de la campagne de reboisement lancée par le gouvernement togolais afin d’atteindre les 25% de la couverture forestière d’ici 2030.

« Nous savons tous que le changement climatique est un problème qui menace la vie des humains partout dans le monde. Au Togo par exemple, nous avons l’érosion côtière qui fait rage sans oublier la modification des saisons et autres. Ayant compris que nous jeunes, devons participer au développement de son pays, nous orientons nos actions vers l’environnement pour lutter contre le changement climatique », a exprimé Germain Assih, président de l’AJECC.

L’AJECC se donne pour objectif de mettre en terre 5000 plants sur toute l’étendue du territoire national. A savoir 1000 plats dans la région maritime, 2000 plants dans la région des plateaux et 2000 plants dans la région de la Kara.

AJECC dans le vif du sujet depuis le 1er juin

Elle a démarré officiellement ses actions le 1er Juin dernier, notamment dans les communes d’Ogou 2 et 3 en présence des autorités administratives et locales desdites communes.

Après cette étape a suivi celle de la région maritime, précisément dans le canton de Davié.

L’opération est menée dans des écoles et implique les jeunes élèves. Le but étant de les amener à s’imprégner dans la protection de l’environnement.

« Nous remercions le ministère de l’environnement et des ressources forestières qui nous soutient par le biais de la direction des ressources forestières dans les régions concernées. C’est aussi le lieu de dire merci aux 3 associations (Afrique Eco 2100, IAAS-UL et CIADD) dynamiques qui travaillent en partenariat avec nous sur ce projet », a indiqué M. Assih.

Les responsables d’AJECC remercient particulièrement le maire de la Commune d’Ogou 3, le personnel de la mairie et les associations de la localité qui ont accueilli le projet dont ASJDO3 et GAADI.

L’AJECC annonce déjà sa présence dans la région de la Kara dans les prochains jours pour défendre les mêmes causes.




Dodzi Kokoroko met du sable dans un business des enseignants

Rich results on Google's SERP when searching for 'Dodzi Kokoroko'

Prof Dodzi Kokoroko interdit les cours de vacances payant dans les établissements scolaires. Selon le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, les cours de vacances dont il s’agit sont similaires aux cours de soutien et doivent être gratuits.

Quelques enseignants et fondateurs annoncent déjà le déroulement des cours de vacances payant dans leurs établissements en cette période de vacance. Il s’agit généralement d’un business des enseignants du privé qui s’en servent pour mieux faire face à la disette qu’ils traversent durant les vacances.

Des enseignants du public, dont les salaires sont pourtant garantis durant les vacances, participent également à ces cours.

Mais le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat ne voit pas les choses sous cet angle.

Dans une note circulaire diffusée jeudi, Prof Dodzi Kokoroko n’accepte pas ces cours payants et rappelle les organisateurs à l’ordre.

« Je m’empresse de rappeler que l’organisation des cours de vacances est similaire à celle des séances de soutien et de remédiation pédagogique », a-t-il dit.

Pour ceux qui comptent toujours les organiser, le ministre précise que « ces cours doivent être gratuits et se dérouler dans le respect scrupuleux des mesures barrières édictées par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la covid-19 ».

Par ailleurs, Dodzi Kokoroko invite les responsables des écoles, collèges et lycées qui initieraient les activités pédagogiques susmentionnées, à l’application des consignes de sa note circulaire.

Notons que les cours de vacances généralement appelés cours de remise à niveau. Ils permettent à l’élève en congé de relever son niveau sur les disciplines ou les matières dans lesquelles il rencontre des difficultés et des problèmes de compréhension.

Au Togo, ces cours restent une occasion d’anticipation sur les programmes scolaires de l’année suivante.




Faure Gnassingbé au sommet sur l’éducation à Londres

Rich results on Google's SERP when searching for 'éducation'

Le président togolais est à Londres. Faure Gnassingbé participe au Sommet mondial sur l’éducation. La rencontre est organisée par Global Partnership for Education (GPE), le plus grand fonds mondial dédié à l’éducation. Occasion pour lui d’évoquer les relations Togo-Angleterre avec les autorités britanniques.

Le sommet de Londres est organisé à l’endroit de plusieurs chefs d’État et de gouvernement, des partenaires multilatéraux ainsi que des membres des organisations de la société civile et du secteur privé.

Ce sommet vise à faire le bilan des progrès réalisés et des défis à relever dans le secteur de l’éducation, fortement impacté par la crise sanitaire. L’objectif, mobiliser des fonds et recueillir des promesses de contributions des bailleurs internationaux.

Lors des travaux, le chef de l’Etat togolais présentera les enjeux de la réduction des inégalités en milieu scolaire et de la mise en place des politiques pouvant aider les enfants à développer leurs compétences.

« Faure Gnassingbé partagera l’expérience togolaise en matière de promotion de l’éducation préscolaire ainsi que les actions menées dans le cadre de la politique nationale de la petite enfance, qui ont permis de plus que doubler le taux de couverture du préscolaire en cinq ans », indique la présidence togolaise.

Selon les données officielles, le gouvernement togolais a consacré près de 20% du budget (hors dette) au secteur éducatif dont 8% pour le préscolaire et le primaire, sur la période 2018-2021.

Education et diplomatie

Depuis 2008, le pays a instauré la gratuité de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire. Un programme de cantines scolaires est également mené pour lutter contre les abandons.

Notons qu’à Londres, Faure Gnassingbé devrait s’entretenir avec le Premier ministre britannique. Une audience est prévue dans ce sens avec Boris Johnson en marge des travaux. Les deux personnalités feront un tour d’horizon des relations d’amitié et de coopération entre le Togo et l’Angleterre.

Les perspectives du processus d’adhésion du Togo au Commonwealth devront également être évoquées lors des échanges. Mercredi déjà, Faure Gnassingbé et d’autres personnalités ont pris part à un dîner de travail au palais de Buckingham, à l’invitation de la Reine Elizabeth II.




Pegasus: le PPI invite le Parlement à interpeller le gouvernement

Rich results on Google's SERP when searching for 'PPI'

Le Parti du Peuple et d’Intégrité (PPI) s’insurge contre l’espionnage des togolais à l’aide de « Pegasus ». Pour ce parti, il est inadmissible d’exercer une telle pratique à l’encontre des journalistes, des hommes politiques issus de l’opposition et des militants des droits de l’homme. Le PPI demande à l’Assemblée Nationale de trouver une voie pour contraindre le gouvernement à soumettre pour approbation par un magistrat toute forme de surveillance d’un citoyen Togolais.

L’espionnage des togolais à l’aide de Pegasus a été révélé faite par des médias. L’affaire enflamme la toile ces derniers jours. Le PPI manifeste son indignation.

« Au moment où les discussions quotidiennes des Togolais se résument à comment faire face à la vie chère actuelle, survenue par manque d’une politique d’anticipation de la part de leurs Gouvernants, ces derniers ont choisis plutôt de déployer de lourds moyens afin de contrôler la vie privée des pauvres citoyens », s’est offusqué Zato Kadambaya, représentant dudit Parti aux Etats Unis.

Pour ce dernier, si cette affaire s’avère, « ce sera une violation des droits fondamentaux de la libre expression que les Togolais ne vont pas tolérer à leur gouvernement ».

« Le PPI qui soutient les efforts et outils permis au gouvernement de lutter contre le terrorisme dans la protection du peuple Togolais, condamne par contre avec fermeté toute attitude peu orthodoxe qui tendrait à appliquer nos lois sécuritaires dans un cadre hors de l’esprit et de réelles intentions prévues par nos lois en vigueur », lit-on dans le communiqué du parti.

Par ailleurs, les responsables de cette formation politique demandent au gouvernement et surtout aux ministères concernés, de rassurer les togolais que leurs discussions de survie quotidienne ne font l’objet d’écoute.

Le parti demande également à la Présidente de l’Assemblée Nationale, Djigbodi Yawa Tségan, de convoquer les représentants du peuple en une session extraordinaire pour interpeller le gouvernement afin que des explications soient données au peuple togolais.




Zlecaf: Début des consultations des femmes commerçantes

Rich results on Google's SERP when searching for ' Zlecaf '

Le Togo a entamé jeudi les consultations nationales des femmes commerçantes dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF). L’activité est organisée par le ministère du commerce, de l’industrie et de la consommation locale. L’initiative porte sur l’implication des femmes dans le commerce intra-africain.

Les consultations sont prévues sur toute l’étendue du territoire national. Elles s’organisent en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), ONU femmes et le secrétariat de la ZLECAF.

L’objectif est de fournir une plateforme permettant aux femmes d’exprimer leurs besoins et leurs intérêts en matière de commerce dans le contexte de la Zlecaf.

Talime Abé, le secrétaire générale du ministère du commerce justifie ces journées par l’importante participation des femmes aux activités commerciales. A l’issue, leurs préoccupations seront prises en compte.

« Les femmes jouent un rôle important dans le commerce intra-africain. Elles représentent généralement la majorité des commerçants transfrontaliers à travers le continent. C’est pourquoi le secrétariat de la Zlecaf a pris l’initiative d’inclure celles-ci dans le projet. Ce qui permet d’organiser des consultations nationales », a exprimé M. Abé.

Les opportunités de la Zlecaf

La consultation auprès des femmes entrepreneurs devra aboutir à une participation inclusive. Ainsi, le ministère du commerce ira à leur rencontre pour faire l’état des lieux, afin de trouver les voies et moyens pour qu’elles aient accès aux opportunités qu’offre la ZLECAF. 

Une tournée démarre dans ce sens vendredi au niveau de tous les acteurs qui sont concernés par le commerce informel des femmes. 

 « Il est important de consulter les femmes à la base, avant de faire un protocole qui sera basé sur leurs besoins réels. C’est là tout le but de l’exercice que nous sommes en train de lancer aujourd’hui », a exprimé Candide Bamezon-Leguede, formatrice des participantes. 

La zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA, ZLEC ou Zlecaf) est effective depuis le début de l’année. Le projet vise à intégrer à terme l’ensemble des Etats membres de l’Union africaine.

Ce projet vise d’augmenter de près de 60% d’ici 2022 le commerce intra-africain et de donner un coup de fouet à l’ensemble de ses économies.




Togo: le Patronat invité à Paris par le MEDEF

Rich results on Google's SERP when searching for 'patronat'

Le Conseil national du patronat du Togo (CNP-Togo) est invité par le Mouvement des Entreprises de France (MEDEF) à prendre part à la Rencontre des Entrepreneurs Francophones (REF). La rencontre se tiendra du 23 au 25 Août prochains à Paris (France). Mercredi, la ministre de la promotion des investissements, Rose Kayi Mivedor et l’ambassadrice de France au Togo, Jocelyne Caballero ont fait  connaissance de la délégation qui représentera le Togo. 

La Rencontre des Entrepreneurs Francophones (REF) est un évènement qui regroupe les hommes  et femmes d’affaires francophones à Paris. Elle est organisée par le Mouvement des Entreprises de France (MEDEF).

Le Togo est attendu à l’édition 2021. Une invitation a été adressée au Conseil national du patronat du Togo (CNP-Togo) par le MEDEF.

La délégation togolaise est composée de 19 opérateurs économiques issus de différents secteurs. Elle a été présentée mercredi à Rose Kayi Mivedor et Jocelyne Caballero au siège du patronat à Lomé

A Paris, les participants togolais iront à la rencontre d’autres entreprises. Ils auront l’occasion de créer un réseautage afin de chercher des marchés et trouver des investisseurs pour le Togo.

« Le Togo sera fortement représenté. Ce voyage reste une opportunité pour nous dans le sens de montrer ce que nous savons faire au Togo, les acquis que nous détenons dans le monde des affaires », a exprimé Laurent Tamegnon, président du patronat togolais.

Une opportunité pour le patronat

La ministre togolaise en charge de la promotion des investissements estime qu’il s’agit d’une belle opportunité offerte aux hommes d’affaires du Togo. Pour elle, le bouleversement que subit actuellement le monde économique pour cause de la crise sanitaire ne militait en faveur d’une telle invitation.

« C’est vraiment un bon cadre qu’on peut avoir, surtout que cela reste un moment d’échange et de partage d’expériences en vue d’aider les entreprises à faire remonter leur économie », a ajouté Rose Kayi Mivedor.

Pour sa part, l’ambassadrice de France au Togo a félicité l’engagement et le dynamisme des entrepreneurs togolais dans les préparatifs de la participation de ce séminaire.

Jocelyne Caballero a souhaité que la délégation togolaise revienne de cette rencontre avec des  résultats probants.