1

Agoè-Nyivé 1: Un laboratoire pour disséquer les problèmes

Les cadres d’Agoè-Nyivé 1, malgré leur appartenance à de différents  partis politiques  travailleront désormais ensemble. Réunis au sein de l’Association des Cadres de la Commune d’Agoè-Nyivé 1 pour le Développement (ACCAD) ils se donnent pour défi de fédérer les énergies en vue de l’émergence de ladite commune.

{loadmoduleid 212}

ACCAD a été portée à la connaissance du public au cours d’une assemblée constitutive tenue samedi dans le palais royal d’Agoè-Nyivé.

Elle est créée pour un développement participatif de la localité. Pour les initiateurs, l’État seul ne peut résoudre les problèmes dont fait face Agoè-Nyive. Il faut alors une implication forte des autochtones qui doivent se mettre en premier rang et n’attendre qu’en dernier ressort l’appui des autorités nationales.

« L’ACCAD est en quelque sorte un laboratoire où les problèmes seront disséqués, analysés afin de leur trouver des solutions adéquates », a défini Togbui Kodjo Helou Aristide Edmond Sedzro IV, Chef canton d’Agoè-Nyivé, président de l’Association.

Le tout premier bureau de l’Association est élu pour un mandat de 3 ans renouvelable une seule fois. Il est composé de 5 membres.

{loadmoduleid 214}

A l’ouverture des travaux de l’assemblée constitutive de l’Association, Kovi Adanbounou a exprimé son entière satisfaction sur la prise d’une telle initiative.

Pour le maire d’Agoè-Nyivé 1, la création de l’ACCAD est une nouvelle forme de soutien des populations qu’elles ne cessent d’apporter à la gouvernance de la jeune commune dont il a en  charge.

M. Adanbounou fait le serment d’aider l’Association à atteindre les divers objectifs auxquels elle s’est assignée. Pour lui, le rassemblement des cadres en interne va motiver ceux qui sont à l’extérieur pour participer au développement de la commune.

{loadmoduleid 220}