Breaking News
Gilbert Bawara Gilbert Bawara

La fermeté de Bawara et du gouvernement va-t-elle résoudre la crise ? Featured

Written by  Déc 22, 2016

« Pour que le gouvernement puisse discuter avec les responsables de la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET), il faut que cette coordination se constitue en fédération légalement reconnue et qu’elle exprime ensuite la volonté de discuter au sein du Cadre permanent de concertation (CPC) ». Cette position est celle du gouvernement exprimée jeudi par le ministre Gilbert Bawara.

Reçu par nos confrères de Victoire FM, le ministre de la Fonction publique, du travail et de la réforme administrative, estime que le CPC est le cadre exclusif des discussions entre gouvernement et acteurs du secteur de l’éducation et qu’il n’est pas question d’ouvrir un autre front de discussion.

Pendant ce temps,  les mouvements de grève des quatre (4) syndicats d’enseignants continuent de paralyser les activités pédagogiques dans plusieurs localités du pays.

Pour Gilbert Bawara, le droit de grève est consacré et que chacun est libre de l’observer. Mais il avance que beaucoup de choses vont changer.

« Nous avons vu les effets de certains comportements et nous en avons tiré les conséquences, nous veillerons à ce qu’aucun établissement ne soit un lieu d’affrontement, de violence, ni entre enseignants, ni entre enseignants et élèves et quand on fait grève, on reste chez soi, dit-il.

Le ministre précise que le gouvernement prendra des mesures pour contrôler les présences dans les établissements publics afin que les agents du service public fournissent la prestation pour laquelle ils ont été recrutés.

La conclusion pour plusieurs observateurs de cette crise du secteur éducatif est que le gouvernement n’a pas changé de position au vu de la nouvelle sortie médiatique du ministre Bawara. Cette fermeté du ministre et du gouvernement va-t-elle résoudre la crise ? La question reste posée.

Les enseignants qui sont également restés fermes dans leur position observent depuis mardi dernier un mot d’ordre de grève de 4 jours qui finit demain vendredi, début des congés de Noël. Le mouvement a paralysé les compositions du premier trimestre dans plusieurs établissements publics.

Last modified on vendredi, 23 décembre 2016 05:53
T des Médias
  1. Popular
  2. Trending
  3. Comments

Facebook