Six mois après sa naissance, les Universités Sociales du Togo (UST) se dotent d'une charte contraignante. Les Organisations de la société civile qui la composent ainsi que des citoyens et citoyennes engagés partageant son esprit ont procédé à la signature samedi à Lomé.

La grande marche des Organisations de la société civile togolaise pour réclamer la réouverture de la télévision LCF et la Radio City FM, deux organes du Groupe Sud Média n’est pas allée à son terme. La manifestation a été réprimée par les forces de l’ordre et de sécurité au niveau du Carrefour Lomégan.

Les Organisations de la société civile craignent leur musellement et l'étouffement des difficiles transitions démocratiques en cours au Togo avec le projet du gouvernement de modifier la loi du 1er juillet 1901. Six organisations d'entre elles que sont ACAT-Togo, ATDPDH, CEJP, GRAD, SADD et SYNPHOT réunies en conférence de presse mardi à Lomé demandent à l'autorité de revoir sa copie.

Aucune des manifestations de réouverture du Groupe Sud-média démarrée ce mardi à Lomé ne saura chuter devant les locaux de la HAAC. C'est ce qu'on tenu à expliquer mardi les forces de l'ordre et de sécurité. Les autorités administratives reconnaissent à la société civile le droit de marcher dans les rues mais s'opposent à leur point de chute.

Les organisations de la société civile ont ratissé large mardi dans les rues de Lomé pour dénoncer le retrait des fréquences aux organes du Groupe Sud Média, LCF et City FM par le président de la Haute Autorité de l’audiovisuelle et de la Communication (HAAC), Pitang Tchalla.

Après les assises des Universités Sociales du Togo (UST), les organisations de la société civile reviennent sur l’une des recommandations qui l'ont sanctionné : la décentralisation. Une formation à l'endroit de ses membres et sympathisants se tient samedi à Lomé.

Les Organisations de la Société Civile (OSC) semblent trouver la stratégie qu'il faut pour amener la HAAC à rouvrir la chaîne de télévision LCF et la station de radio City FM. En conférence de presse mardi, elles annoncent des actions de grande envergure qui pourraient bouger les lignes dans les jours à venir.

Six (6) organisations de la société civile s'insurgent contre la marginalisation des défenseurs des droits de l'homme dans le processus d'élaboration du nouveau projet de loi portant liberté d'association au Togo. C'est en substance ce qu'on pourra retenir des conclusions de leur journée de réflexion tenue vendredi à Lomé autour de la loi du 1er juillet 1901. 

Six Organisations de la Société Civile ont tenu vendredi une rencontre à Lomé. Axée sur le thème " la loi de 1901 est-elle adaptée au contexte togolais? Qu'impliquerait réellement la modification de cette loi? La liberté associative en danger?", cette rencontre est une occasion d'analyser et de réfléchir aux atouts et aux inconvénients de la loi du 1er juillet 1901. 

  1. Popular
  2. Trending
  3. Comments

Facebook