Breaking News
MIRAMBEAU

L’actuelle situation sociopolitique du Togo devient de plus en plus inquiétante. Les incessants appels à manifestation populaire lancés par l’opposition togolaise pour réclamer les réformes ou le retour à la Constitution de 1992, les publications sur les réseaux sociaux et les réactions  tous azimuts d’une frange de la diaspora togolaise présagent  des « troubles  » au pays. Face à cette situation, de grands acteurs  de la société se mobilisent  depuis  quelques semaines pour appeler à l’apaisement et à une prise de responsabilité des acteurs politiques pour éviter le pire aux populations togolaises. Pendant ce temps, une société civile « politisée » tente de raviver les tensions en appelant les populations à se mobiliser aux côtés des organisations politiques. Est-ce le rôle de la société civile ? Non. Cette récupération politique est à dénoncer avec véhémence.

Des organisations de la société civile togolaise (OSC) disent prendre leur responsabilité face au « pourrissement de la situation sociopolitique au Togo, du fait des agissements du pouvoir de Faure Gnassingbé ». En conférence de presse lundi, 9 d’entre elles ont appelé les populations à descendre dans les rues aux côtés de l’opposition.

Selon les Organisations de la Société Civile (OSC), la cause profonde des tensions et malaises issus des récentes manifestations est l'absence de mise en œuvre des recommandations de la CVJR et de l'atelier de juillet 2016 du HCRRUN entre autres. A un point de presse tenu jeudi à Lomé, trente (30) de ces organisations ont condamné les violences notées lors de cette manifestation et appellent Faure Gnassingbe à œuvrer pour la concrétisation des différents accords relatifs aux réformes politiques.

La Concertation Nationale de la Société Civile (CNSC) forme ses moniteurs sur l'analyse citoyenne du projet de budget de l'État togolais. L'initiative s'inscrit dans le cadre du projet  intitulé "Élaboration, analyse du budget de l'État et des collectivités locales" qui vise à contribuer à l'amélioration de l'exécution budgétaire et au renforcement du contrôle des dépenses publiques.

Soixante-dix (70) acteurs issus de cinquante (50) organisations de la société civile togolaise sélectionnées sur toute l’étendue du territoire national participent depuis jeudi à un atelier de formation organisé par la Coalition des Organisations de la Société Civile pour un Développement Inclusif (COSCiDI). La rencontre a pour but de renforcer leurs capacités en matière Contrôle Citoyen de l’Action Publique (CCAP), de plaidoyer, et lobbying pour la mise en œuvre des politiques publiques et la mobilisation de ressources.

La Coalition des Organisations de la Société Civile pour un Développement Inclusif (COSCiDI) compte outiller les organisations de la société civile à améliorer leur contribution au processus de développement du Togo. Elle organise à leur intention un atelier de deux jours destiné à renforcer leurs capacités en matière Contrôle Citoyen de l’Action Publique (CCAP), de plaidoyer, et lobbying pour la mise en œuvre des politiques publiques et la mobilisation de ressources.

Quinze (15) Organisations de la Société Civile ont fait le point jeudi à la presse de leur rencontre avec les acteurs impliqués dans l'exploitation des carrières sauvages de sable au Togo. Fait notable, autorités et acteurs de la société civile fédéreront désormais leurs énergies pour mettre fin à l'exploitation anarchique des différentes carrières de sable dans le pays.

La Seconde audience pour statuer sur le sort des deux étudiants toujours détenus à la prison civile de Lomé se tient ce lundi. Dans une déclaration conjointe parue samedi, une douzaine organisations de la société civile fait appel au bon sens des juges pour dire le droit et de la population pour se mobiliser en vue de leur libération.

Toujours pas d'accalmie sur le campus universitaire de Lomé, 72 heures après l'arrestation du président de la Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (LTDE). Les étudiants qui manifestaient pour la libération de Foly Satchivi et ses camarades sont de nouveau tombés sur une horde des forces de l'ordre. De nouvelles arrestations sont enregistrées. Les OSC condamnent ces diverses formes de violence et exigent la libération sans conditions des détenus.

Huit (8) Organisations de la Société Civile lèvent la voix contre le drame environnemental que la multiplication anarchique des carrières sauvages d'exploitation de sable est en train d'engendrer au Togo. Cette pratique qui a déjà causé la mort à un citoyen contraint les OSC à prendre le problème à bras le corps. En conférence de presse mardi à Lomé, elles dénoncent le "silence coupable" des autorités sur le sujet et les interpellent à sévir.

SCHOOL ASSUR
  1. Popular
  2. Trending
  3. Comments

Facebook

Fermer