Breaking News

Les militants du parti Union pour la  République (UNIR), comme annoncé,  étaient dans les rues  de Lomé mercredi  pour protéger les institutions  de la République.  Cette manifestation a  été une fois l’occasion pour les cadres du parti au pouvoir d’appeler les jeunes à la non violence. 

Le Projet de loi portant modification des articles 52, 59 et 60 de la Constitution togolaise adopté par le gouvernement et transmis à l’assemblée nationale a été soumis au vote des députés mardi. Sans surprise, il a été voté par les députés de la majorité parlementaire alors que les députés issus des partis de l’opposition ont boycotté la séance.

Payadowa Boukpessi, le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales est revenu mardi sur le projet de révision constitutionnelle actuellement sur la table de l’Assemblée nationale et qui porte sur les articles 52, 59 et 60. Un projet qui va perfectionner la démocratie togolaise selon lui. Mais pour Tikpi Atchadam, l’heure n’est plus aux réformes mais au retour de la Constitution de 1992 ou au départ de Faure Gnassingbé. Il propose à cet effet une transition.

« Un peuple qui refuse de faire l’histoire doit se préparer à la subir. Or choisir de subir l’histoire, c’est abdiquer ». C’est en ces termes que Tikpi Atchadam s’est adressé récemment à ses militants à Lomé. Le président du Parti national panafricain (PNP) mobilise ses partisans pour les prochaines manifestations de l’opposition et annonce un nouveau jour qui marquera la fin de la confiscation du pouvoir du peuple. Un jour qui sera annoncé par un soleil radieux d'Afrique qui brillera sur un Togo digne et respecté, un Togo réconcilié à jamais avec lui-même, dit-il.

Vivement préoccupée par la situation sociopolitique que traverse le Togo depuis quelques semaines, la Conférence des Evêques du Togo a tenu dimanche dans tous les diocèses du pays, une prière de supplication en faveur de la paix et plus précisément en faveur des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Selon les Evêques, l’idée est d’implorer la lumière de l’Esprit Saint sur les plus hautes Autorités du Pays afin qu’elles opèrent urgemment les réformes demandées par le peuple conformément à la Constitution de 1992. L’initiative a été sanctionnée par une déclaration.

Me Jean Yawovi Degli a-t-il une responsabilité dans l'instabilité politique que connaît le Togo ces dernières semaines ? Le pouvoir de Lomé cherche-t-il la peau de l'ancien ministre de la transition ? Ces questions restent posées depuis que l’avocat qui séjourne actuellement en France a annoncé avoir reçu des menaces de mort de la part du régime togolais.

A la suite de l’échec des discussions en commission des lois constitutionnelles pour l’adoption de la réforme constitutionnelle, la coalition de 14 partis politiques de l’opposition togolaise appelle le peuple togolais à témoin et l’invite à descendre encore plus massivement dans les rues de Lomé et de toutes les préfectures les 20 et 21 septembre prochains.

Les députés de l’opposition et ceux du parti au pouvoir ne se sont pas entendus sur le projet de loi du gouvernement vendredi lors des travaux en commission des lois. Jean-Pierre Fabre et les autres députés de l’opposition qui prenaient part aux travaux ont déposé 47 amendements devant consacrer le retour à la Constitution de 1992. Le rejet de ces amendements les a poussés à quitter la salle des travaux.

L’examen du projet de loi du gouvernement togolais portant modification constitutionnelle a démarré vendredi en Commission des lois constitutionnelles. Mais les débats ne se déroulent pas dans la sérénité. Comme l’on pouvait s’y attendre, les députés de l’opposition parlent de la Constitution de 1992 mais leurs collègues de la majorité pensent qu’il faut avancer sur le projet de loi du gouvernement.

C’est ce vendredi que démarre à l’Assemblée nationale togolaise, l’examen du projet de loi portant révision de la Constitution adopté le 5 septembre dernier par le gouvernement. Mais l’opposition togolaise pense qu’il n’y a rien de sérieux dans le texte et continue d’exiger le retour de la Constitution originelle de 1992. Pour Gilbert Bawara, c’est un subterfuge de la part des opposants qui cherchent à empêcher la réforme et créer un climat délétère dans le pays. Il déclare que le gouvernement est déterminé à faure adopter la réforme par toutes les voies autorisées par la Constitution.

SCHOOL ASSUR
  1. Popular
  2. Trending
  3. Comments

Facebook

Fermer