Les responsables du Groupe des six (6) partis politiques de l’opposition togolaise continuent leur lobbying pour la réalisation des réformes politiques et la décentralisation au Togo. Après les ambassadeurs, le représentant de la CEDEAO, ils viennent de rencontrer la conférence des évêques et les églises presbytériennes et méthodistes du Togo.

Le Groupe des six poursuit son opération de charme auprès des instances nationales et internationales. Après la commission de réflexion sur les réformes et les ambassadeurs de l'UE, de la France et de l'Allemagne au Togo, le Groupe a rencontré jeudi, l'ambassadeur permanent de la CEDEAO au Togo. Les deux entités ont échangé sur l'épineuse question des  réformes politiques et institutionnelles.

Du 06 au 08 décembre 2016 s’est déroulé à Lomé, un atelier national sur la décentralisation. Un rapport de synthèse sur plusieurs points a sanctionné les travaux. Parmi ces points,  le renouvellement et la composition  des Délégations Spéciales avant la tenue des élections locales annoncées pour l’année 2018. Depuis quelques jours, le gouvernement est accusé de débaucher les militants de l’opposition dans les communes concernées. Mais le ministre Payadowa Boukpessi rejette les accusations et fustige la mauvaise foi des partis d'opposition.

Rares sont les partis politiques de l’opposition togolaise qui ne se sont pas encore prononcés sur les évènements qui se sont déroulés mardi à Lomé et qui ont conduit à la mort d’une personne parmi les manifestants contre la nouvelle hausse des prix des produits pétroliers. La majorité des formations politiques condamne la répression sanglante, exigent une enquête pour élucider les circonstances de la mort du jeune et invite l'autorité à rapporter sa décision.

Une rencontre s’est tenue jeudi à Lomé et a réuni le Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015) et le Groupe des six partis de l’opposition (ADDI, FDR, Le Togo Autrement, Les Démocrates, MCD et Le Parti des Togolais). Ces deux regroupements veulent adopter une stratégie commune face au régime de Faure Gnassingbé.

Le groupe des six partis de l'opposition a trouvé une issue favorable à son courrier du 09 janvier adressé à certains ambassadeurs accrédités du Togo  sollicitant une séance de travail avec eux. Ils ont été reçus mercredi à Lomé par les Ambassadeurs de la France, de l'Allemagne, des USA et de l'Union Européenne au Togo.

Le Collectif de résurgence de la Diaspora togolaise (CRD-Togo) et le Mouvement Kekeli (MK) ont estimé cette semaine que l’élection présidentielle du 25 avril est une mascarade qui n’a ni failli dans sa conception ni dans sa conclusion, portant encore Faure Gnassingbé au pouvoir pour les cinq prochaines années. Pour le CRD-Togo et le MK, la victoire sans surprise de Faure Gnassingbé consacre l’échec d’une certaine forme d’opposition politique au TOGO. Les deux mouvements dressent un inventaire sans complaisance dans une véritable approche systémique de la longue crise sociopolitique togolaise.

Le retour du " Bélier Noir", à tête du parti politique Comité d'Action pour le Renouveau (CAR) alimente les débats depuis le week-end dernier au Togo. L'opinion y trouve un refus de s'inscrire dans un renouvellement générationnel mais plusieurs leaders politiques disent respecter, le choix des militants de cette formation politique.

Le Nouvel Engagement Togolais (NET) vient de faire sa première sortie médiatique de l'année 2017. Devant la presse jeudi à son siège à Lomé, le parti  de Gerry Taama s'est prononcé sur les différents sujets de l'heure au Togo. 

Six partis politiques de l'opposition togolaise décident à nouveau de faire route ensemble. Ils disent  former une union informelle et  inclusive pour travailler sur les réformes et la décentralisation. L'information a été révélée à la presse lundi à Lomé.

  1. Popular
  2. Trending
  3. Comments

Facebook