La Synergie des travailleurs du Togo (STT) a invité mardi le gouvernement togolais à ouvrir un cadre de discussion dans les plus brefs délais  pour trouver les solutions durables et consensuelles dans la sincérité aux problèmes de toutes les corporations, tant du public, du privé, du parapublic que de l’informel.

Les enseignants mécontents de la posture du gouvernement vis-à-vis de leurs requêtes refusent aussi de fléchir. Ils ont entamé mardi une nouvelle grève de quatre jours et boycottent les compositions du premier trimestre si aucune solution n'est trouvée.

Il n'y a rien à mettre sous la dent après la discussion de jeudi entre Komi Tchakpéle, ministre des enseignements primaire et secondaire et les syndicats grévistes. Cette rencontre qui est sensée résoudre  la crise qui secoue actuellement le secteur de l'éducation au Togo n'a fait qu'empirer la situation. 

La menace de grève plane toujours sur l'entreprise de construction de route, CECO Group BTP. Les employés de ladite société comptent observer un nouveau mouvement de débrayage après celui du 31 octobre dernier.

Les employés du Groupe CECO BTP de Lomé ont en marre de travailler sans salaires depuis environ quatre mois. Ils l'ont exprimé explicitement à leur employeur ce lundi 31 octobre à travers un mouvement d'humeur. 

Le Syndicat national des professeurs de l’Enseignement technique du Togo (SYNPETT), le Syndicat national des Enseignants de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle (SNEETFP), le Syndicat des Enseignants du Secondaire du Togo (SESTO) et le Syndicat des Enseignants du Préscolaire et du Primaire du Togo (SEPPTO) appellent de nouveau à deux jours de grève reconductible. Cet appel à la grève lancé à seulement une semaine après la rentrée a pour but de protester contre les menaces et intimidations dont sont victimes plusieurs responsables syndicaux dans différentes localités.

Le Syndicat National Autonome des Sociétés de Transport Public du Togo (SYNASOTRAT), regroupant les agents de la Société de transport de Lomé (SOTRAL) menace d'entrer en grève dès qu'il le souhaite. C'est une décision prise lors de l'assemblée générale tenue lundi à Lomé.

Ça  grogne toujours à la Société Nouvelle des Phosphates du Togo (SNPT). Le mot d'ordre de grève de 72 heures observé par les employés de la Société  la semaine dernière a été reconduit ces 24 et 25  août. Ces derniers exigent la satisfaction de leur plateforme revendicative de 2013. 

  1. Popular
  2. Trending
  3. Comments

Facebook

Calender

« January 2017 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31