On note depuis le début de cette semaine, une accalmie dans le secteur de l’éducation au Togo. Accalmie qui fait suite à la décision du gouvernement de doubler la prime d’incitation à la fonction enseignante et l’annonce d’autres mesures devant aboutir à l’adoption d’un statut particulier. Après avoir appelé au calme, la CSET et la FESEN ont adressé lundi un courrier au gouvernement pour exiger un certain nombre de choses dont le reversement des précomptes au plus tard fin mars pour garantir la paix sociale.

La Coordination des Syndicats de l'Education  du Togo (CSET) et la Fédération des Syndicats de l'Education Nationale  (FESEN) ont décidé de mettre de l'eau dans leur vin après que le gouvernement ait annoncé de doubler la prime d'incitation de l'enseignant togolais. Les deux organisations syndicales disent  suspendre les  prochains mots de grève pour sauver l'année scolaire en cours. Par la même occasion, ils exigent le reversement des précomptes.

Une semaine après la réception du rapport du Groupe de travail sur l’éducation, le gouvernement togolais a rencontré vendredi les acteurs de l’éducation pour annoncer des mesures prises pour l’avancement du secteur. Parmi les décisions annoncées, le doublement de la prime de la fonction enseignante. A l’occasion, le Premier Ministre, Sélom Klassou a encore appelé au calme.

C’est totalement le chaos dans l’éducation au Togo. Depuis le début de cette semaine les enseignants poursuivent leurs grèves et les élèves ne cessent d’arpenter les rues, manifestant ainsi leur mécontentement pour le fait que plusieurs chapitres aient été sautés par ses enseignants qui ont vu leurs salaires amputés par le gouvernement.

Rares sont les partis politiques de l’opposition togolaise qui ne se sont pas encore prononcés sur les évènements qui se sont déroulés mardi à Lomé et qui ont conduit à la mort d’une personne parmi les manifestants contre la nouvelle hausse des prix des produits pétroliers. La majorité des formations politiques condamne la répression sanglante, exigent une enquête pour élucider les circonstances de la mort du jeune et invite l'autorité à rapporter sa décision.

Dans un communiqué rendu public mardi soir, le gouvernement togolais a condamné les manifestations contre la hausse des prix des produits pétroliers qui ont fait un mort et des blessés. Alors que plusieurs imaginaient que la décision d’augmentation sera rapportée, le gouvernement explique plutôt cette nouvelle flambée.

La Coordination des Syndicats de l'Enseignement au Togo (CSET), après un mois de concertation sans satisfaction lance un nouveau débrayage non-stop à compter de ce mardi jusqu’au dénouement de la situation. En plus de la grève, les copies ne seront pas corrigées et les bulletins non remplis.

Les évènements se sont déroulés dans la nuit du 08 au 09 février 2017 à Takpamba (préfecture de l’Oti). En effet, un braquage d’un commerçant qui a occasionné trois (03) décès et la répression de la population du milieu a fait 5 autres décès. Le gouvernement annonce que les investigations sont en cours.

Des délégations ministérielles sillonnent les différentes préfectures pour identifier les besoins urgents des différentes populations à travers le pays. Ces délégations se sont rendues différemment dans les préfectures de l'Ogou, de l'Agou, de Zio, de Tchamba, Kara, Bassar, de Dankpen, Yoto, Lacs, Haho, Tchaoudjo, Oti.

C’est le 14 janvier prochain que démarre la Coupe d’Afrique des Nations 2017 au Gabon. Le gouvernement togolais, qui vient de mettre sur pied des commissions pour une bonne campagne de l’équipe nationale, a dépêché une mission d’inspection à Oyem, ville où sera basé le groupe C.

  1. Popular
  2. Trending
  3. Comments

Facebook