Breaking News
MIRAMBEAU

Le Président du Parti national panafricain (PNP), Tikpi Atchadam a dénoncé jeudi une volonté du gouvernement de restreindre la liberté de manifestation au Togo. L’homme qui réagissait sur Rfi depuis son maquis dit craindre de nouveau pour sa sécurité et en appelle à l’intervention du président français, Emmanuel Macron pour faire entendre raison au président Faure Gnassingbé en vue du dénouement de la crise sociopolitique que traverse le Togo.

Le Togo traverse une crise politique sérieuse depuis exactement deux mois. La situation s’enlise et les conséquences sont déjà lourdes avec plus d’une dizaine de morts et de nombreux blessés. Au niveau sous régionale, des initiatives se prennent pour aider les protagonistes à trouver des solutions. La visite éclaire effectuée mercredi à Lomé par le président béninois, Patrice Talon en est une illustration.

Le président togolais, Faure Gnassingbé a effectué samedi un déplacement à Bamako où se déroule depuis jeudi une conférence sur « la situation sécuritaire dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest ». En sa qualité de Président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, Faure Gnassingbé a prononcé un discours dans lequel il a déclaré qu’il faut agir beaucoup plus pour venir à bout du terrorisme.

L’interdiction des marches en semaine annoncée par les ministres Payadowa Boukpessi de l’administration territoriale et Yark Damehame de la Sécurité mardi dernier ne dit pratiquement rien à la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Ce regroupement a appelé jeudi à 4 jours de manifestation avant la fin du mois d’octobre.

On en sait désormais un peu plus sur le déplacement effectué mercredi au Togo par le président béninois, Patrice Talon. Le Chef de l’Etat béninois qui était de passage à Lomé a longuement échangé avec son homologue togolais, Faure Gnassingbé sur les questions sous régionales et internationales. La crise politique togolaise a également été évoquée.

L’information selon laquelle une médiation sous régionale initiée par le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres a fait le tour des médias toute la journée de mercredi et colle parfaitement avec la situation que traverse le Togo. Une crise sociopolitique sérieuse qui crispe les attentions même jusqu’à l’international. Mais l’entourage de Faure Gnassingbé qui se dit sereine dément une telle information.

Le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, également président en exercice de la CEDEAO a ouvert jeudi les travaux du Forum des Premières dames de l’organisation sous régionale. La cérémonie s’est déroulée à Niamey en présence du président nigérien, Issifou Mohammadou.

Pendant que l’opposition manifeste dans les rues à travers le pays pour exiger le retour à la constitution de 1992 ou son départ du pouvoir, le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé recevait tranquillement plusieurs personnalités au Palais de la Présidence. Il a respectivement reçu les Présidents des Assemblées nationales de Madagascar, de la Guinée Bissau et du Mali.

Le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé a assisté mardi à Luanda à l’investiture de son homologue angolais, Joao Manuel Gonçalves Lourenço. Plusieurs autres chefs d’Etat ont assisté à la cérémonie d’investiture dont Alassane Ouattara.

L’information a fait le tour du web toute la semaine passée. L’avant-dernier numéro du journal Jeune Afrique avait été saisi à l’aéroport de Lomé. Longtemps une rumeur, elle vient d’être confirmée par les responsables de ce média panafricain qui dénoncent l’agissement de « censeurs paresseux et expéditifs ».

SCHOOL ASSUR
  1. Popular
  2. Trending
  3. Comments

Facebook

Fermer