La Coordination des Syndicats de l'Enseignement au Togo (CSET), après un mois de concertation sans satisfaction lance un nouveau débrayage non-stop à compter de ce mardi jusqu’au dénouement de la situation. En plus de la grève, les copies ne seront pas corrigées et les bulletins non remplis.

La Coordination des Syndicats de l'Éducation du Togo (CSET) fera désormais la guerre sur deux fronts. En dehors de son combat engagé contre les mauvaises conditions de travail et de vie des enseignants, elle devrait également affûter ses armes  contre les intimidations dont sont victimes les grévistes. C'est ce qu'elle a fait comprendre à la presse lundi à Lomé.

L’Assemblée  Générale de l’Union  des Syndicats  des  Enseignants du Togo (USET)  de  mercredi,s'est transformée en une séance d'information des enseignants. Si plusieurs enseignants  attendus n’ont pas fait le déplacement pour cause de la contre consigne Sodja Kalaha, le Secrétaire  Général de l’USET, la rencontre a été transformée en une séance de clarification pour les autres membres du bureau de la fédération syndicale et des délégués.

Annoncer en fin de l’année dernière par le gouvernement, le « Groupe de travail sur le secteur éducatif », qui devrait trouver des solutions viables et durables aux crises récurrentes que connait le monde  de l’éducation national, a été mis en place mercredi par le Premier ministre, Sélom Klassou. Pendant ce temps, un nouveau mouvement de grève est en cours.

La Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo (CSET)  a décidé de mettre un peu d'eau dans son vin. Pas de mot d'ordre de grève en ce début de reprise des classes pour le compte du 2e trimestre.

Les enseignants du Togo ont désormais une Coopérative. Dénommée Coopérative d’épargne et de crédit des enseignants du Togo (COOPEC-ET), cette structure va aider à l’amélioration de leurs conditions de vie. Ses différents organes ont été mis en place mardi à Lomé.

« Pour que le gouvernement puisse discuter avec les responsables de la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET), il faut que cette coordination se constitue en fédération légalement reconnue et qu’elle exprime ensuite la volonté de discuter au sein du Cadre permanent de concertation (CPC) ». Cette position est celle du gouvernement exprimée jeudi par le ministre Gilbert Bawara.

Les enseignants mécontents de la posture du gouvernement vis-à-vis de leurs requêtes refusent aussi de fléchir. Ils ont entamé mardi une nouvelle grève de quatre jours et boycottent les compositions du premier trimestre si aucune solution n'est trouvée.

La TVT est mise à l’épreuve dans la crise du secteur éducatif. Après le passage des ministres Tchakpélé et Bawara sur la télévision nationale se prononçant sur l’actuelle crise qui secoue le système éducatif, la Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo (CSET) vient de demander à son tour un temps d'antenne au directeur de la télévision pour des droits de réponse.

  1. Popular
  2. Trending
  3. Comments

Facebook